Zappa Plays Zappa : Funk mon Daddy

Catégories:

À la suite de Montréal, Québec recevait le 1er août l’évènement multimédia Zappa Plays Zappa : Tour de Frank. L’ensemble mené par le fils de l’illustre compositeur à moustache, Dweezil Z., a interprété les compositions de Frank Zappa dont la discographie officielle compte plus de 70 titres.

C’est à près de trois heures de concert et quelques 25 pièces couvrant une bonne part de la carrière du compositeur que nous avons eu droit.

Tout au long du concert, Dweezil Zappa ne fut pas chiche en introductions, explications et anecdotes éclairantes sur le parcours de son père et les pièces présentées. En réponse à la foule qui manifestait bruyamment sa joie après chaque pièce, Dweezil répondit à un moment : «Celine Dion come from Quebec right ? Now I better understand where her intensity come from! ».

La présentation visuelle du concert valait le déplacement. Outre les éclairages ingénieux et le bass drum à moustaches, un écran à l’arrière de la scène recevait des projections de films rares de Zappa jouant de la guitare et chantant, accompagné par Dweezil et son band. Une mention spéciale pour la pièce Cosmik Debris, où, grâce à ce dispositif, père et fils ont pu échanger quelques solos (avec la même guitare !) ce qui a soulevé pour une énième fois le millier gens présent à la salle Albert-Rousseau de Ste-Foy.

Parmi les moments fort de la soirée, la pièce Pygmee Twilight où Dweezil Zappa a livré le meilleur solo de guitare de la soirée, l’improvisation Blind Ecstasy prénommée par une spectatrice à la demande du leader et, enfin, le moment où ce dernier à intimé la séduisante Sheila Gonzalez de nous livrer un solo à deux saxophones…

Mis sur pied il y a environ trois ans, le projet Zappa Plays Zappa propose une sélection annuelle de pièces de Frank Zappa. Considérant la discographie du compositeur, de Freak Out ! (1965) à Yellow Shark (1993), l’ensemble peut en avoir pour un bout à proposer un nouveau concert chaque année. Zappa Plays Zappa en est à sa deuxième tournée et privilégie cette année une sélection de pièces de la première période du compositeur.

L’ensemble comptait Aaron Arntz à la trompette, mélodica et claviers, Scheila Gonzalez aux saxophones, flute et claviers; Pete Griffin à la basse; Jamie Kime aux guitares; Billy Hulting aux percussions et marimba, Joe Travers à la batterie et l’invité spécial Ray White à la guitare et voix.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon