Yaron Herman, l'authentique

Catégories:

Alors qu’il nous avait présenté son projet Muse, qui impliquait un quatuor à cordes, il y a plus d’un an, à L’Astral, Yaron Herman est revenu hier soir au même endroit, mais en trio cette fois. Dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal, le pianiste israélien était accompagné d’un contrebassiste et d’un batteur pour nous introduire à leur plus récent projet, Follow the White Rabbit.

Singulier, Yaron Herman joue du piano comme nul autre le fait. Ne serait-ce que pour cette raison, le billet en valait la peine même si, au total, le concert ne fut pas des plus époustouflants. C’est que le pianiste se lève, s’assoit, se met à genou, se dandine... Bref, il fait tout de son corps, non pas pour le spectacle, mais bien parce qu’il vit intensément et sincèrement sa musique, à sa manière. On l’aura compris, Yaron Herman n’a rien d’une technique classiquement apprise. Il est plutôt de ceux qui créent leur propre méthode, pour le meilleur et pour le pire. Les idées du pianiste semblent, en effet, parfois bloquées par cette technique impressionnante, certes, mais quand même limitée. Sinon, force est de reconnaître un immense talent de compositeur en ce musicien qui, rappelons-le, ne s’est mis sérieusement au piano qu’à l’âge de seize ans. Ses pièces, souvent influencées par la pop, sont toutes remarquables par leur authenticité. Le pianiste a, comme il l’avait fait lors de son dernier passage à Montréal, interprété sa propre version de Toxic en rappel, hit de Britney Spears qu’il s’est si bien approprié.

Mis à part un contrebassiste difficile à juger, car on n’entendait pratiquement rien de ce qu’il jouait, le Yaron Herman trio a somme toute offert un beau spectacle, plus agréable qu’impressionnant. Le pianiste, très sympathique par ses interventions, promet si l’on considère tout ce qu’il a accompli depuis l’âge de seize ans. Notons-le, il n’a que vingt-neuf ans et côtoie déjà les plus grands noms. À suivre.

En ce qui me concerne, c’est ici que se termine le Festival International de Jazz de Montréal, pour cette année, qui nous aura réservé de très belles surprises par sa programmation extrêmement riche et diversifiée.

Sur ce, à très bientôt!

Maude McConnell-Legault

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon