Wajdi Mouawad à la barre du Théâtre français du Centre national des Arts du Canada

Catégories:

Peter Herrndorf, président et chef de la direction du Centre national des Arts du Canada (CNA), a annoncé la nomination de la prochaine personne qui assumera la direction artistique du Théâtre français du CNA. À compter du 1er septembre 2007, l’auteur, metteur en scène et comédien Wajdi Mouawad succédera au metteur en scène Denis Marleau, lequel aura complété un mandat de sept ans (2000-2007). La saison 2008-2009 sera officiellement la première programmation de Wajdi Mouawad, qui sera à la tête du Théâtre français du CNA jusqu’en 2012.

Au cours des quinze dernières années, Wajdi Mouawad s’est imposé au Canada comme en Europe par la vigueur de sa parole et la singulière netteté de son esthétique théâtrale. Il s’est acquis une réputation internationale grâce à un théâtre mu par une très puissante quête humaniste, théâtre qui met de l’avant l’acteur comme porte-parole au sens fort de ce terme. Sa démarche va toujours dans le sens d’une prise de parole qui installe une tension entre la nécessité de la résistance individuelle et le non moins nécessaire renoncement à l’emprise du moi. À ce propos, il aime citer Kafka : « Dans le combat entre toi et le monde, seconde le monde. »

De Wajdi Mouawad, le public du Théâtre français du CNA a pu voir Pacamambo au printemps 2001, Ce n’est pas de la manière qu’on se l’imagine que Claude et Jacqueline se sont rencontrés (coécrit avec Estelle Clareton) au printemps 2002, Incendies à l’automne 2003 et sa mise en scène des Trois Sœurs de Tchekhov à l’hiver 2004. Sa plus récente création, Forêts, sera présentée au CNA du 27 au 31 mars 2007. Il a aussi dirigé en mai 2004 le troisième Laboratoire du Théâtre français auquel il a donné comme titre Architecture et géométrie du récit. Le Théâtre anglais du CNA a créé en 1996 Wedding Day at the Cro-Magnons’ (la version anglaise par Shelley Tepperman de Journée de noces chez les Cromagnons) et a récemment commandé à Linda Gaboriau une version anglaise d’Incendies. Cette traduction, Scorched, sera présentée par le Théâtre anglais du CNA du 4 au 21 avril 2007 en coproduction avec le Tarragon Theatre de Toronto et en collaboration avec la Scène Québec.

Portrait de Wajdi Mouawad

Né au Liban en 1968, Wajdi Mouawad fuit la guerre avec sa famille qui s’installe à Montréal après un passage de quelques années à Paris. En 1991, après ses études en interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada, il entreprend une quadruple carrière de comédien, d’auteur, de metteur en scène et de directeur artistique – assumant parfois les quatre rôles au sein d’une même production comme dans Willy Protagoras enfermé dans les toilettes qui lui vaut en 1998 le prix de la meilleure production (Montréal) décerné par l’Association québécoise des critiques de théâtre.

Que ce soit à travers ses pièces (une douzaine de textes dont Journée de noces chez les Cromagnons, Littoral, Rêves et Incendies), ses adaptations (dont Voyage au bout de la nuit d’après Céline et Don Quichotte d’après Cervantès) ou ses mises en scène (mentionnons Macbeth avec le Théâtre Ô Parleur, qu’il a fondé avec Isabelle Leblanc, Les Troyennes et Les Trois Sœurs au Théâtre du Trident, Œdipe roi au Théâtre Denise-Pelletier, Reading Hebron avec le Théâtre Teesri Dunyia, Trainspotting et Six personnages en quête d’auteur au Théâtre de Quat’Sous), Wajdi Mouawad exprime l’idée que « l’art est un témoignage de l’existence humaine à travers le prisme de la beauté ».

De 2000 à 2004, on a confié à Wajdi Mouawad la direction du Théâtre de Quat’Sous, à Montréal; il y a précisé sa volonté de faire en sorte que l’art dramatique prenne sa place comme voix dans la Cité, une voix qui ne capitule pas devant la pensée unique, une voix soucieuse du devoir de mémoire, une voix qui cherche le sens du présent. Et en 2005, il fonde avec Emmanuel Schwartz deux compagnies de création qui se répondent de part et d’autre de l’Atlantique : Abé carré cé carré (au Canada) et Au carré de l’hypoténuse (en France).

Wajdi Mouawad a aussi réalisé un long métrage, Littoral, d’après sa pièce de théâtre du même titre. Il est également l’auteur d’un roman, Visage retrouvé. Il a publié sous le titre « Je suis le méchant! » une série d’entretiens de fond avec le metteur en scène André Brassard (qui de 1982 à 1989 a été lui aussi le directeur artistique du Théâtre français du CNA) et a lui-même fait l’objet d’un livre d’entretiens réalisés par le sociologue Jean-François Côté : Architecture d’un marcheur. Entretiens avec Wajdi Mouawad.

En janvier 2002, le gouvernement français a décerné à Wajdi Mouawad le titre de chevalier de l’Ordre National des Arts et des Lettres pour l’ensemble de son œuvre. Wajdi Mouawad a reçu plusieurs prix pour ses textes, ses productions et ses mises en scène, notamment le Prix littéraire du Gouverneur général du Canada dans la catégorie Théâtre pour Littoral en 2000 et le prix de la Francophonie en 2004 décerné par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) pour l’ensemble de son œuvre. En mai 2005, il a refusé le Molière du meilleur auteur francophone afin de protester contre l’indifférence des directeurs de théâtre en France à l’égard des auteurs contemporains.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire