Volet extérieur gratuit de la 28e édition du Festival International de Jazz de Montréal

Catégories:

Le Festival International de Jazz de Montréal a dévoilé la programmation de son volet extérieur gratuit, qui transformera à nouveau le cœur culturel de la métropole en une grande fiesta musicale, du 28 juin au 8 juillet 2007.

Avec le début de l’été arrive l’excitation. La même depuis bientôt 30 ans, et pourtant chaque fois renouvelée. L’excitation de savoir que, dans quelques semaines à peine, Montréal se mettra au diapason de la planète musicale et des rythmes entraînant de son Festival de Jazz. L’excitation aussi de savoir que pendant 11 jours, cet événement profondément rassembleur fera de la métropole francophone d’Amérique le lieu de rendez-vous des amateurs de toutes les musiques liées au jazz comme des aficionados du jazz le plus pur.
Le Festival est un événement ouvert sur les gens, ouvert sur le monde : pour la première fois, 30 pays y sont représentés par le biais d’environ 3000 musiciens et amuseurs publics. Au fil de ses quelque 500 concerts, dont 350 gratuits, nous assisterons, comme les 250 000 touristes qui viennent chaque été, à autant de découvertes que de retrouvailles musicales. Car au Festival, la musique se conjugue sous toutes ses formes, de la parade quotidienne de la Louisiane à la démesure des grands événements, du concert intime ou d’avant-garde aux spectacles des plus grandes légendes vivantes, des jam sessions à la Petite école du jazz, de la Croisière jazz aux ateliers animés par les grands noms de la scène ou de la lutherie.

Le site du Festival au cœur de la fête

Le site du Festival est unique au monde avec ses 10 scènes extérieures de spectacles gratuits, aménagées dans les rues et les parcs avoisinant la Place des Arts, sans oublier l’utilisation d’une dizaine de salles de spectacle situées dans le même périmètre, ce qui nous permet de vous offrir près de 50 concerts par jour dans des conditions techniques idéales. Une bonne partie du centre-ville de la métropole est carrément fermée à la circulation pour toute sa durée, ce qui procure au visiteur l’impression que la ville a déroulé le tapis rouge pour lui !
Cette année, le site revêt d’ailleurs de nouveaux habits, avec notamment des drapeaux gigantesques, un tout nouveau ciel étoilé sur De Maisonneuve et de nouvelles entrées de site. Les activités gratuites du SIMMM s’étendront désormais sur la durée entière du Festival grâce à General Motors. Une nouvelle aire de repos et d’animation, l’Avenue General Motors, sera aussi aménagée sur le coté ouest de la salle Wilfrid-Pelletier ; un endroit festif à souhait où les festivaliers seront heureux de se retrouver ! Le populaire Parc musical sera aussi amélioré avec de nouvelles activités pour les enfants grâce à la venue d’Alcan, notre nouveau coprésentateur et il y aura plus de spectacles gratuits et d’animation en après-midi.

Les festivaliers retrouveront, sur l’esplanade de la Place des Arts, le Village du Festival et son ambiance de fête foraine avec ses multiples installations pour se détendre, casser la croûte ou prendre un verre entre amis. On pourra se rendre quotidiennement au populaire Bistro SAQ et au Petit bistro SAQ, au Pub Heineken et au Jazz Bar Heineken. Le Bar et la Terrasse Amarula, le Resto Cajun et le Resto Mexicain, le Point de rencontre Loto‑Québec, la friterie, le barbecue, la fruiterie « soleil et fraîcheur », la sandwicherie, ainsi que le comptoir à salades, les chariots à hot-dogs, le bar laitier, ainsi que la grande Boutique‑souvenirs du Festival y auront également pignon sur rue. On ne manquera pas non plus de s’arrêter à la Tente disquaire Best Buy, érigée sur la rue Sainte-Catherine. Les petits futés pourront toujours emprunter l’allée piétonne surélevée longeant le Théâtre Maisonneuve le long de la rue Saint-Urbain, une voie d’accès en raccourci jusqu’au Village. À l’extrémité sud-est de ce passage, les festivaliers pourront visiter la Tente XM Radio Satellite, installée sous chapiteau directement sur la terrasse surélevée du Théâtre Maisonneuve donnant sur la rue Sainte-Catherine.

Programmation gratuite de plus de 350 concerts et activités

En plus de la Parade de la Louisiane animée par le Swing Tonique Jazz Band, chaque jour dès 17 h 15, une trentaine de séries de concerts gratuits exaltants présentés sur l’une ou l’autre des 10 scènes du site extérieur donneront au public l’occasion exceptionnelle de découvrir des artistes réputés ou méconnus, et d’assister aux multiples interventions dans la foule des fanfares dixieland et des amuseurs de rue.

Trois grands rassemblements gratuits

Le Festival International de Jazz de Montréal présentera, lors de sa 28e édition, pas moins de trois mégaconcerts extérieurs gratuits, sur la scène General Motors, scène principale du Festival. Pour ces trois grands événements spéciaux, plusieurs écrans géants — dont de nouveaux de part et d’autre de la scène General Motors — seront disséminés stratégiquement sur le site pour permettre d’apprécier ces grands concerts gratuits à leur pleine valeur, quel que soit l’endroit où l’on se trouve. Comme cela fait depuis des lustres partie de ses mœurs, le Festival fera une pause à sa mi-course pour présenter le très attendu Grand Événement General Motors. Les festivaliers seront comblés alors que leur sera présentés Seun Kuti & Egypt ’80, l’afrobeat en fête avec 18 musiciens et danseurs (mardi 3 juillet, 21 h 30), événement que le Festival dédie au 10e anniversaire de la disparition de Fela Kuti. En raison de l’immense succès, l’an dernier, du spectacle de Goran Bregovic et son Orchestre des mariages et des enterrements, le Festival, en collaboration avec Alcan, présentera à nouveau, en fin de parcours, une super fête de clôture : la soirée arabisante avec Rachid Taha et ses invités spéciaux (dimanche 8 juillet, 21 h). Cette série de mégaspectacles gratuits sera lancée avec rythmes et couleurs lors d’un spectacle d’ouverture à grand déploiement présentant un carnaval brésilien avec Carlinhos Brown (jeudi 28 juin, 21 h).

Scène General Motors (angle rues Sainte-Catherine Ouest et Jeanne-Mance)

La plus prestigieuse série, Les Performances General Motors, sera présentée à 21 h et à 23 h. Entre autres concerts à l’horaire, il ne faudra pas manquer le saxophoniste napolitain et ex-collaborateur de James Brown, Enzo Avitabile, appuyé par l’ensemble Bottari ; Le Sacre du Tympan, un étonnant big band français qui marie jazz, musique de film, vieux rock et musique de carnaval… ; ou encore la tornade blonde Lulu Hughes accompagnée du Montreal All City Big Band, qui interprétera les plus grands, de Frank Sinatra à James Brown en passant par Etta James !
Parmi les artistes et formations à surveiller cette année dans le cadre de la série Les Gammes General Motors, toujours sur la même scène, cette fois à 18 h, mentionnons le pianiste d’origine suisse et Montréalais d’adoption Félix Stüssi, qui interprétera avec son quintette les pièces de son tout récent album, Give me five ; le pianiste belge Eric Legnini, sideman des Nougaro, Salvador, Stefano di Battista et Stéphane Huchard ; ainsi que le brillant pianiste-arrangeur d’origine cubaine et Ontarien d’adoption David Virelles, lauréat 2006 du Grand Prix de Jazz General Motors. C’est d’ailleurs dans le cadre de cette série que se produira, le samedi 8 juillet, toujours à 18 h, le gagnant 2007 du Grand Prix de Jazz General Motors, qui constitue, en plus d’offrir de nombreux privilèges et avantages, une vitrine exceptionnelle pour les musiciens d’ici.

Galaxie, le réseau de musique continue de Radio‑Canada, remettra pour sa part le Prix Étoiles Galaxie de Radio‑Canada ainsi qu’une bourse au compositeur de la meilleure pièce musicale, choisie parmi celles des groupes en compétition. Les festivaliers sont invités à assister en grand nombre aux prestations des musiciens en lice (clairement identifiés sur la grille de la programmation). Une occasion unique de découvrir ce qui se fait de mieux sur le plan du jazz au Canada.

Scène du Carrefour General Motors (angle rue Jeanne‑Mance et boulevard De Maisonneuve Ouest)
La série Contact General Motors comprend toujours deux volets qui rassasieront les festivaliers avides de découvrir des musicalités d’outre-frontière ou d’outre-mer. On pourra par exemple y voir sur scène, d’abord à 18 h 30, Forestare, ensemble inusité de 12 guitares et contrebasse ayant la double vocation musicale et écologique et pour qui l’auteur, compositeur, interprète, cinéaste et activiste Richard Desjardins, l’un de leurs plus fervents admirateurs, a prêté sa voix sur le premier album ; le guitariste lyonnais d’ascendance gitane Juan Carmona accompagné de son groupe de six musiciens-danseurs dans la plus pure tradition flamenco ; et l’épatant California Guitar Trio réunissant l’Américain Paul Richards, le Belge Bert Lams et le Japonais Hideyo Moriya dans des envolées jazz, classique, cow-boy ou surf…

Se succèderont, toujours sur cette même scène, cette fois à 21 h, pour le second volet de la série Contact General Motors, les cinq Andalous de la formation Son de la Frontera, de Séville, l’un des groupes de flamenco actuellement les plus excitants et qui s’inspire du célèbre guitariste Diego del Gastor ; trois sublimes formations klezmer présentées en collaboration avec KlezKanada, soit Beyond The Pale, Shtreiml et The Klez Dispensers, respectivement de Toronto, de Montréal et de New-York. Dans un autre registre, on pourra également profiter de rares présences à Montréal comme celles d’un guitariste béninois en pleine ascension, Lionel Loueke, dont la façon d’intégrer l’Afrique, l’Europe et l’Amérique à sa musique apporte une contribution inédite au jazz ; et du guitariste sud-africain de grande renommée Louis Mhlanga, entre fusion et tradition.

Scène Alcan (porte du complexe Desjardins)
Les Soirées jazzy Alcan présenteront, à 20 h et 22 h, les deux « Blondes du nord » — Las Rubias del Norte ! —, chanteuses de formation classique qui s’évadent dans les styles boléro, rumba, cha-cha-cha, cumbia, airs de cow-boys ; les mélodies fortes et les propos convaincants de la jeune auteure-compositrice-interprète new-yorkaise Emily King que les Beatles, Sarah Vaughan, Radiohead, Michael Jackson et Neil Young ont beaucoup marquée… ; la Bostonnaise Robin McKelle, que l’on compare aux grandes Ella et Sarah et qui relit avec brio, de sa voix remarquable de contralto aux inflexions soul, le swing vintage des années de la prohibition, sur des arrangements de big band explosifs ; et la Torontoise Elizabeth Shepherd, étoile montante du Nu Jazz en Europe qui, avec son piano enjoué et sa voix captivante, apporte au jazz une touche à la fois funk, soul, blues et samba.

Scène de la Grande-Place du complexe Desjardins
Dans un tout autre registre, tous les jours à 11 h et 13 h 30, et ce dès l’ouverture du Festival et jusqu’au 4 juillet inclusivement, les enfants (et les parents…) ne se feront pour une fois pas prier pour retourner à l’école ! Alcan présente la Petite école du jazz et son équipe, les joyeux lurons de La Bande Magnétik, James Gelfand et ses musiciens et l’indispensable Jacques L’Heureux, qui les attendent pour une nouvelle session de musique en folie ! Les enfants pourront stimuler leur esprit de découverte et s’initier au langage musical du jazz. Leur cher ami, le chat Ste‑Cat, sera des plus heureux de les retrouver ! La deuxième semaine du Festival, soit à compter du 5 juillet, les tout-petits auront cette fois rendez-vous avec Le Castelet, un spectacle de marionnettes présenté à 13 h, face à la scène Alcan.
Scène Loto-Québec (parc Fred‑Barry)

La série Les Spectacles blues Loto‑Québec, à 19 h, nous fera apprécier de grandes pointures du blues nord-américain, comme Shakura S’Aida, nommée « Best Female R&B Vocalist » par le Real Blues Magazine, en 2005, qui dédie son spectacle au blues des années 40 et 50 qu’elle enrichit de sa riche voix soul ; la formation de blues traditionnel Bharath & His Rhythm Four, qui a récemment remporté la compétition « Talent Search », de la Toronto Blues Society ; et Chris Jagger, accompagné de sa formation Atcha, qui verse, contrairement à son illustre frangin, dans le gumbo blues, épicé roots et cajun.

À 21 h et en reprise à 23 h, la série Les Soirées Blues Loto‑Québec nous donnera à voir et à entendre du méchant bon blues avec notamment le spectacle-événement Harmonicarama réunissant Jim Zeller, Guy Bélanger et Carl Tremblay ; le Burnside Style, que continuent d’explorer trois fils du mythique R.L. Burnside, décédé en 2005 ; ainsi que l’incontournable guitariste Bryan Lee, dit Braille Blues Daddy, un favori du Vieux Carré, à La Nouvelle‑Orléans, depuis plus de 25 ans.

Club Jazz TD Canada Trust (parc Hydro‑Québec)
La toujours très appréciée série Les Soirées jazz TD Canada Trust conserve sa formule double, à 19 h et en reprise à 22 h. On y présente des artistes de très haut niveau tels le trompettiste danois Jens Winther, qui s’est démarqué aux côtés des Carla Bley, Kenny Barron et Max Roach et qui rappelle Miles Davis et Chet Baker ; le violoncelliste américain et fils de Dave Brubeck, Matt Brubeck, pour la première fois en duo avec David Braid, l’un des meilleurs pianistes canadiens ; et la toujours très inspirée Christine Jensen, qui nous fera voir et entendre son lumineux Paris de Look Left, accompagnée de son quartette.
Scène Samsung (avenue Président-Kennedy)

La série Les Rendez-vous Samsung sera présentée à 20 h et à 22 h. On pourra y apprécier les New-Yorkais du Budos Band ; Souljazz Orchestra, excellente formation groove qui nous vient d’Ottawa ; Nomo, dirigée par le multiinstrumentiste Elliot Bergman, de Détroit ; et Papa Groove, collectif afrofunk composé de 11 musiciens d'expérience issus de la scène jazz et world de Montréal, autant de groupes qui font honneur à Fela Kuti, le regretté créateur de l’afrobeat, dont on célèbre cette année le 10e anniversaire de la disparition. Également à l’horaire de cette série, l’atypique et étonnant quatuor israélien Boom Pam, de Tel-Aviv, comprenant guitares, batterie et… tuba ; et Whipcream, qui propose une musique dont le titre de son album révèle la teneur : Funky Jazzy Gogo Bar.

Scène Bell (Parc des Festivals, situé à l’angle de la rue De Bleury et du boulevard De Maisonneuve)
La série Les Tropiques Bell, présentée à 19 h 30, fait place à plusieurs artistes de renommée internationale. C’est par exemple le cas de la Montréalaise Lorraine Klaasen, qui recevait en avril un SOBA (Sounds of Blackness Award) pour souligner ses 20 ans de carrière et qui sera accompagnée de musiciens d’Afrique du Sud, dont elle est originaire ; de l’incandescente formation Forro in the Dark, ou le Brésil d’hier vu pas le New York d’aujourd’hui ; Andy Palacio & The Garifuna Collective, du Belize, dont le leader est consacré maître du punta rock, musique de danse issue de la culture afro-amérindienne garifuna, culture menacée de disparition ; et de l’une des plus grandes légendes d’Éthiopie, Mahmoud Ahmed, avec sa musique magnifique qu’il livre sur scène avec sa voix puissante, haute et envoûtante, sa présence charismatique et sa vertigineuse danse eskita. De grands moments et des frissons en perspective !

À 22 h, nous revient la série Groove Bell, qui nous présente également d’étonnants musiciens d’ici et d’ailleurs. Les festivaliers pourront notamment y apprécier le groovy quintette montréalais Pawa up First, qui propose une musique de style cinématographique amalgamant rock indie, jazz, hip-hop, dub et électro qui ralliera les inconditionnels des Phillip Glass, Cinematic Orchestra et Ennio Morricone ; la folle équipée torontoise God Make Me Funky, anciens étudiants en jazz, fanas de hip-hop, de R&B et de funk ; l’entraînant DJ Dolores & Aparelhagem, un maître du couper-coller capable de finement déconstruire les sons d’hier et d’aujourd’hui pour créer une musique dansante d’une fraîcheur et d’un groove étonnants ; ou encore le collectif new-yorkais Wax Poetic, qui crée un trip-hop apparenté à celui de Morcheeba. Wow !

Scène CBC / Radio‑Canada / Best Buy (esplanade de la Place des Arts)
Sont, entre autres, inscrits à l’horaire de la série Les Brunantes Best Buy, présentée à 21 h et à 23 h, le maître guitariste montréalais Antoine Berthiaume, qui en sera à sa quatrième présence au Festival, cette fois avec le batteur Robie Kuster et le contrebassiste Rémi Jean Leblanc ; Simon Legault Quartet regroupant le leader guitariste, lauréat du concours Jazz en Rafale 2007, la saxophoniste Annie Dominique, le contrebassiste Mishka Stein et le batteur Alain Bourgeois ; ainsi que l’étonnante contrebassiste Esperanza Spalding, professeure à Berklee dont tout le jazz jase actuellement.

Salon Jeanne‑Mance (niveau Foyer), Hyatt Regency Montréal (hôtel officiel du Festival)
Chaque soir dès 23 h, les Jams Sessions Samsung se dérouleront de nouveau cette année sous la gouverne du pianiste John Roney. Son trio de haut niveau, que complètent Zack Lober à la basse et Jim Doxas à la batterie, très apprécié l’an dernier, improvisera l’ambiance parfois feutrée, parfois enlevée de ce très populaire rendez-vous de fin de soirée auquel se joindront certainement plusieurs des artistes inscrits à cette 28e programmation. À noter que la Carte des Amis du Festival donne un accès exclusif et gratuit aux Jam Sessions Samsung. Nombre de places limité (18 ans et plus).

Savoy du Métropolis (59, rue Sainte-Catherine Est)
À partir de minuit, la série Nightcap Heineken Couleur Jazz invite les noctambules à prendre part à une équipée en direction de Terra Firma, l’audacieux projet du très créatif Dan Thouin. Le musicien québécois (claviers et textures), l’un des rares à être aussi à l’aise dans l’univers électro-pop que dans celui du jazz contemporain, sera entouré de Max St‑Pierre (trompette), Joçelyn Tellier (guitare), Al Baculis (basse) et Tony Albino (batterie). Bonnes nuits !
Le jazz répand sa joie de vivre partout sur le site, dès l’heure du dîner !

Terrasse Amarula (fontaine du Musée d’art contemporain de Montréal), scène Alcan (porte du complexe Desjardins) et scène CBC / Radio‑Canada / Best Buy (esplanade de la Place des Arts)
Dès midi, tous les jours sauf les 28 juin, 3 et 8 juillet (jours de présentation des trois grands événements gratuits), les amateurs de jazz traditionnel ont rendez-vous à la Terrasse Amarula, à 13 h et 14 h, pour la série Les Midis Amarula ; puis à l’heure de l’apéro, dans le cadre des séries Les Après‑midi Alcan, sur la scène Alcan, à 16 h ; et les 5 à 7 CBC Television, sur la scène CBC / Radio‑Canada / Best Buy, à 16 h 45 et 18 h, de même qu’en début de soirée, de retour à la terrasse Amarula, dans la série Les 7 à 8 Amarula, à 19 h. Ils pourront apprécier la dizaine de formations de style dixie auxquelles se joignent des groupes à saveur world, soit Marsh Dondurma!, irrésistible formation israélienne de 15 musiciens aux influences jazz et funk, gypsy, klezmer, latine et moyen-orientale ; et, présenté avec l’appui de KlezKanada, le Goldenshteyn Bessarabian Band, groupe hybride inspiré du regretté grand maître moldave du klezmer, réunissant les musiciens de Shtreiml et The Klez Dispensers, respectivement de Montréal et de New York, qui nous feront goûter à l’essence même de la tradition musicale juive.

Scène General Motors (angle rues Sainte-Catherine Ouest et Jeanne-Mance)
Tout en profitant du temps estival, les festivaliers ne voudront pas non plus manquer les ensembles de jazz scolaires, de niveaux secondaire, collégial et universitaire, qui s’empareront de la scène principale du Festival, dans le cadre de la série Les Découvertes General Motors. Nouveauté cette année, la populaire série se dédouble ! En effet, deux séries de spectacles, soit à midi puis à 15 h, permettront d’apprécier le talent de 15 excellentes formations. Place à la relève !
Soirées jazz Upstairs

Tous ces concerts gratuits s’ajoutent aux quelque 150 concerts présentés en salle, dont la programmation était dévoilée au début du mois de mai dernier, ainsi qu’aux prestations (payantes, celles-ci) des artistes et nombreux groupes qui se produiront dans plusieurs bars du centre-ville, dans le cadre des Nuits de Montréal, et des Soirées jazz Upstairs, présentées au Upstairs, à 22 h (du 28 juin au 7 juilet) en collaboration avec Heineken, Enja / Justin Time, Champion Imaging et Healthy Shoppers. S'y succéderont notamment le « prince du piano » Wray Downes, en quartet, la brillante formation multiethnique Minsarah, l’étonnant Sean Jones Group, et une figure centrale de la scène du jazz montréalais depuis le milieu des années 70, Dave Turner & the Earth Tones, pour ne nommer que ceux-ci. On peut se procurer les billets sur Ticketpro : ticketpro.ca, 514 908-9090 ou 1 866 908-9090, et au Upstairs (1254, rue MacKay ; 514 931-6808).

Le Festival appuyé par son public
Rappelons que toutes les ventes sur le site sont réalisées par le Festival, une société sans but lucratif, et que tous ses profits servent exclusivement au financement de ses spectacles et concerts gratuits. Trente-six pour cent des revenus du Festival proviennent ainsi des ventes au public, que ce soit à la billetterie, dans ses restos-terrasses ainsi qu’avec la Galerie du Festival, la Carte des Amis et le CD Hommage à Paul Simon.

Une œuvre de Robert LaPalme à la Galerie du Festival
La Galerie du Festival offrira encore au public l’occasion de se procurer une sérigraphie d’art tirée de l’affiche officielle, Lien Vital — ce magnifique papillon illustre à merveille comment la communion musicale entre deux musiciens peut leur donner des ailes —, numérotée et signée par Yves Archambault, notre affichiste en résidence. À l’occasion du 40e anniversaire d’Expo 67, nous avons aussi l’honneur de présenter une sérigraphie inédite, tirée d’une œuvre magnifique de celui qui en fut le directeur artistique, Robert LaPalme. Intitulée simplement Jazz, l’œuvre fait preuve d’un modernisme qui ne laisse pas deviner qu’elle a été créée en 1945 !
Hommage à Paul Simon en CD

Le Festival lance ce mois-ci un CD tiré du Grand Événement General Motors 2006, le magnifique spectacle hommage au grand Paul Simon, à qui les organisateurs remettaient l’an dernier le Montreal Jazz Festival Spirit Award. On y retrouvera la frénésie qui anima le tout Montréal lors de ce spectacle historique conçu par André Ménard et qui réunissait entre autres Colin James, Sam Robert, Elvis Costello, Zachary Richard, Allen Toussaint, Michel Rivard, Ariane Moffatt, Jim Cuddy et Kevin Parent. Le CD réalisé par Patrice Duchesne constitue une véritable anthologie de cet artiste d’exception qui a réussi, mieux que quiconque, l’intégration de différents courants telles les musiques africaine, brésilienne, latine et, bien sûr, le jazz et le blues, dans l’ensemble de son oeuvre.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire