Vernissage de l'expo «Alu See Nations» du photographe Victor Diaz Lamich le 24 novembre

Catégories

Début de l'événement

Image

Coulées andines, de Victor Diaz Lamich.

Après le succès de l'exposition sur l'Inde des Jeunes musiciens du Monde en 2004, ainsi que celle sur le désert d'Atacama vue par plus de 800 000 personnes dans le cadre du Montréal en Lumière 2008, voici l'exposition «Alu See Nations», un recueil d'œuvres grand et très grand format qui expriment les improbables trouvailles du photographe Victor Diaz Lamich.

« Au moment où plusieurs se demandent comment donner un sens à l'existence, je me retrouve dans un des plus grands cratères de la planète, devant l'un de ses plus beaux geysers avec sous mes yeux, la première forme de vie sur Terre. Nait alors un abstrait pur. Une vie primitive qui sculpte activement le minéral et suscite l'éloge et sa contemplation. » C'est ainsi que Victor Diaz Lamich décrit les œuvres qu'il a réalisées en observant les plus subtiles beautés de la nature.

Le 24 novembre, le Studio Nikita revêtira ses plus beaux tableaux. Abstraits et figuratifs, lieux humains et songes paradisiaques traduits en uniques perspectives métalliques vous y attendent. Œuvres à la vente, découvertes, musique, rencontres, sourires et mignardises seront également au rendez-vous.

PHOTO : « Coulées andines », Impression sur aluminium brossé, 36 sur 24 po.

Alu See Nations de Victor Diaz Lamich

Le mardi 24 novembre à partir de 17 h
5425 De Bordeaux, local 313
(Coin Masson et De Lorimier)
Montréal

À propos de Victor Diaz Lamich

Curieux, passionné, engagé, Victor Diaz Lamich va épouser deux passions: la conscience sociale et l’environnement.

Certains se lanceraient en politique, lui a choisi d’offrir ses yeux au public. C’est dans sa lentille, qu’il promène partout dans le monde, que Victor Diaz Lamich veut éveiller les consciences. Exilé du coup d’état chilien, il partagera l’importance des racines, en immortalisant les plus belles images de sa terre natale. Personnage atypique, il mettra à contribution ses connaissances en chimie environnementale pour réaliser des instantanés des désastres écologiques. Son arme de conviction massive, c’est son appareil photo qu’il transporte avec lui dans toutes les circonstances. En Inde, sur la route des jeunes musiciens du monde, donnera naissance à un livre photographique de référence. Il sera des plus grands festivals au monde où son œil aiguisé, réussira à arrêter le temps.

La sensibilité de Victor Diaz Lamich est celle des grands créateurs, des grands artistes. On peut aisément penser qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour qu’une photo prenne naissance, quelle hérésie! Allez dire à Rodin qu’il suffisait de modeler et ensuite de fondre du bronze pour créer le penseur. Allez dire à Botticelli qu’il suffisait de lever les yeux pour peindre un plafond comme celui de la Chapelle Sixtine… Réussir à saisir le moment, l’endroit, le portrait, l’évènement, est un art. L’offrir au public pour le faire grandir, est le meilleur exemple de la générosité humaine.

Victor Diaz Lamich fait parti de ces artistes qui partagent, qui questionnent, qui doutent également. Toutes ces qualités sont retrouvées dans ses œuvres. Créateur, travailleur et inlassable chercheur, il nous propose aujourd’hui de donner une deuxième vie à ses photographies. À moins que l’aluminium qui les supporte nous révèle une autre histoire… À vous de le découvrir.

– Robert Frosi, Radio-Canada

Pour plus d'informations :
http://lamich.ca