Une virée en transport hors du commun : Journée mondiale du théâtre 2010

Catégories:

Ce jeudi matin, un autobus du RTC attend quelques journalistes invités à une virée des lieux qui font le théâtre d’aujourd’hui à Québec. Les porte-paroles de la Journée mondiale du théâtre, les comédien(ne)s et metteur(e)s en scènes Olivier Lépine et Marie Gignac, sont les animateurs de cette balade amicale où différentes activités sont proposées aux usagers de ce transport théâtral.

Premier arrêt, le Théâtre de la Bordée sur Saint-Joseph. Un jeu-questionnaire bon enfant rappelle aux usagers que le célèbre comédien Jacques Leblanc assure d’une main de maître la direction artistique du Théâtre. D’ailleurs, on nous remémore tacitement que les gens sont invités à assister à la prenante pièce d’Isabelle Hubert, «La robe de Gulnara», présentée jusqu’au 27 mars.

Sous un soleil radieux, les badineries se poursuivent jusqu'à destination du Théâtre Le Trident. Sur place, les comédien(ne)s Claudiane Ruelland et Jean-Michel Girouard prennent part à la grande virée en nous offrant généreusement un court extrait de la pièce «Reconnaissance» de Michel Nadeau, présenté au Trident l’automne dernier. Sur place, l’affiche du brillant «Caligula» de Gil Champagne orne la façade du Trident et nous rappelle que la pièce est jouée jusqu’au 3 avril. Quelques jours encore pour savourer cette hallucinante performance de Christian Michaud dans la peau d’un Caligula impossible et tyrannique.

La petite randonnée matinale se poursuit non loin, entre Premier Acte et le Théâtre Périscope. Olivier Lépine et Marie Gignac rivalisent d’anecdotes et faits cocasses pour divertir les usagers du transport hors du commun. Évidemment, tout n’est pas sans hasard, cet arrêt me permet d’écrire que «Bang!?», une mise en scène de Michel Nadeau, est à l’affiche de Premier Acte jusqu’au 3 avril. De l’autre côté de la rue, le Théâtre Périscope présente «À la défense des moustiques albinos» jusqu’au 3 avril. Une mise en scène signée Philippe Soldevila.

Lors d’un arrêt devant le Palais Montcalm, monte à bord le comédien Fabien Cloutier pour nous servir une charge pamphlétaire humoristique contre le théâtre et tout ce qu’il incarne. Nous sommes invités à participer à sa manifestation en brandissant avec lui nos poings au ciel pour chacune de ses charges abolitionnistes. Moment fort apprécié. Un magnifique brulot déclamé avec aplomb. Ce texte, écrit par le comédien, mérite presque une adaptation sur scène tant sa force et son humour sardonique amusent. Sait-on. Nous aurons d’ailleurs la chance de voir le comédien sur les planches dans la pièce «Charbonneau et le chef», présentée au Trident du 20 avril au 15 mai.

L’âge d’or du théâtre dans le Quartier Latin

Cette sortie n’est pas qu’amusante, Marie Gignac et Olivier Lépine nous mettent habilement au défi de nommer les théâtres qui ont animés le Vieux-Québec autrefois. On oublie évidemment qu’il fût une époque faste où le théâtre était roi à l’intérieur des murs de Québec. Que sont devenus le théâtre du Chanteauteuil, le Théâtre de la Bordée, le Théâtre du Vieux-Québec, L’Institut Canadien de Québec, le Café Rimbaud et le Théâtre du Conservatoire ? Comme nous le savons, le premier est dorénavant un sympathique café et le second a déménagé ses pénates dans ce que l’on peut nommer le nouveau Quartier Latin. Sinon, L’Institut Canadien de Québec, créé en 1848 et comptant comme membre fondateur Octave Crémazie, a vu sa vocation changer au fil du temps… Le Café Rimbaud est disparu au tournant des années '80 et Le Théâtre du Vieux-Québec fermera avec l’arrivée du Trident. Du Groupe des six ne reste plus que le Théâtre du Conservatoire sur Saint-Stanislas. Ajoutons, par ailleurs, que Le Théâtre jeunesse Les Gros Becs, bordant l’ineffable McDonald, est aussi bel et bien vivant sur Saint-Jean, et que la pièce «Kiwi» (dès 12 ans) est présentée du 6 au 10 avril.

Lorsque nous quittons l’autobus du RTC, une seule chose se confirme sans doute dans l’esprit de chacun : Québec est sans contredit une ville de théâtre. Les téléromans sont peut-être à Montréal, mais la poésie, elle, est bien à Québec. Bon théâtre!

Michaël Lachance pour patwhite.com à Québec (lachance.michael@videotron.ca)

*crédit photo : Arianne Lapointe

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon