Une installation de Robert Lepage au MBAM en 2012

Catégories

Début de l'événement

Image

Cette installation sera montée dans le cadre de la Biennale internationale d'art numérique (BIAN), en 2012 à Montréal. L’art, la culture et la technologie numérique sont en fait les trois principaux ingrédients qui constitueront le nouvel événement que les organisateurs du Festival Elektra préparent pour le printemps 2012 : la Biennale internationale d’art numérique (BIAN).

Cette grande exposition, entièrement dédiée aux oeuvres utilisant les outils technologiques numériques de manière inédite, innovante ou critique, sera l’une des premières du genre à l’échelle internationale, et la seule biennale au monde à avoir un caractère spécifiquement axé sur l’art de l’installation en conjonction avec les nouvelles technologies numériques.

Le coup d’envoi de cette première édition de la BIAN aura lieu le 18 avril 2012, lors du vernissage de Fragmentation (ReACTOR), la première installation numérique de Robert Lepage, qui sera exposée jusqu’en septembre 2012 au Carré d'art contemporain du Musée des beaux-arts de Montréal.

Sous le thème Phénomènes / Phenomena, la Biennale internationale d’art numérique fait écho à cette citation de l’auteur Arthur C. Clarke : « Toute technologie suffisamment perfectionnée est indiscernable de la magie. (Any sufficiently advanced technology is indistinguishable from magic.) » Le numérique est devenu en effet invisible, presque magique, tellement il parvient à se dissimuler dans nos vies et à s’intégrer à nos environnements. Nous avons perdu la conscience du développement, de la vitesse d’évolution, de la transmission des données et des codes qui régissent notre quotidien. C’est le travail de perception de ce phénomène qui sera au coeur de la BIAN 2012.

La Biennale internationale d’art numérique se déploiera au printemps 2012 dans plusieurs lieux et l’ACREQ va collaborer avec des organismes qui partagent le même intérêt pour l’art numérique tels que le Musée des beaux-arts de Montréal, l'Usine C, la Cinémathèque québécoise, DHC/ART, la Black Box d’Hexagram-Concordia et Hexagram-UQAM, Oboro, articule, le Centre des arts actuels Skol, le Centre Clark, Eastern Bloc et le réseau Accès culture de la Ville de Montréal. D’autres lieux, dont certains espaces publics, seront dévoilés prochainement.

Premiers éléments de programmation : Robert Lepage au MBAM et la France à l’honneur

Au sein d’une programmation internationale regroupant des oeuvres et des artistes d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, l’ACREQ a choisi de mettre à l’honneur la France à l’occasion de cette 1re édition. À ce titre, une partie de la programmation internationale est mise sur pied conjointement avec le Festival Némo d’Arcadi, basé à Paris.

Elektra et le MIAN, deux autres temps forts marquant le rythme de la BIAN :

La 13e édition du Festival Elektra ponctuera la Biennale internationale d’art numérique le temps de quatre jours exclusivement dédiés aux performances, du 2 au 6 mai 2012 à l’Usine C. La 6e édition du Marché international de l’art numérique (MIAN) viendra créer le pont entre ces deux manifestations et sera l’occasion d’un grand réseautage entre professionnels des arts numériques qui se déroulera à la Cinémathèque québécoise.

De plus amples informations concernant la première édition de la Biennale internationale d’art numérique seront dévoilées au cours des prochains mois.

Pour info : www.elektramontreal.ca http://www.facebook.com/elektramontreal http://twitter.com/elektrafestival