Une cargaison «zéro carbone» : Simons a le vent dans les voiles cet été!

Catégories

Image

La maison Simons met le cap sur l’innovation grâce à son partenariat avec le négociant transatlantique Port Franc. Le 28 juillet dernier, le port de Québec a accueilli le voilier Picton Castle, chargé d’une cargaison de vêtements français haut-de-gamme, authentiques et résolument tournés vers le futur. Objectif : empreinte carbone nulle !

Plus qu’un simple clin d’œil à l’histoire qui lie les Amériques au vieux continent, monsieur Peter Simons estime qu’il s’agit surtout d’un pas de plus dans la bonne direction : « D’une part, l’industrie de la mode serait la deuxième plus grande source de pollution dans le monde, notamment en raison des méthodes de grande distribution. D’autre part, les consommateurs sont de plus en plus sensibilisés au développement durable. Ils recherchent des produits sains, éthiques et fiables. Il nous revient de trouver des solutions, un geste à la fois. »

La marchandise de quatre réputées maisons françaises a été chargée à bord du Picton Castle, un trois-mâts de 179 pieds et de 12 500 pieds carrés de voiles construit en 1928. Le voilier a appareillé à La Rochelle le 4 juin et a mis le cap sur Québec, poussé par la seule force des vents! Au terme d’un voyage de huit semaines, le débarquement a eu lieu ce matin en présence des partenaires et des médias. Les Téo Taxi d’Alexandre Taillefer ont pris le relais du quai aux entrepôts de Simons, dans le respect de l’approche « carboneutre. »

Lui-même descendant d’un ancêtre négociant qui aurait effectué 18 fois la traversée de l’Atlantique pour importer des produits, Monsieur Simons est déjà bien connu pour ses valeurs environnementales et sociales, valeurs partagées par la compagnie québécoise Port Franc, fondée en 2015.

« Notre maison de négoce souhaite faciliter le commerce éthique et durable entre les Nord-américains et les artisans indépendants d'outre-Atlantique. Nous réduisons au maximum la chaîne entre les ateliers de confection et les consommateurs, ce qui permet de proposer des tarifs honnêtes et de développer des modes de transport alternatifs, tout en faisant rayonner des entreprises qui n'ont jamais délocalisé leurs usines et maintenu une production manuelle », explique Joël Labrousse, président de Port Franc.

Grâce à cette initiative unique, les consommateurs vivront un coup de foudre pour la charentaise, une pantoufle en laine vierge confectionnée depuis 1907 par Rondinaud, la marinière de la Fileuse d’Arvor (un tricot rayé style marin), la fouta (drap multi usages) de Mât de Misaine, et les imperméables cirés au look iconique de Guy Cotten, fabriqués pour répondre aux exigences des professionnels de la mer.

« Avec ces collections exclusives dans une formule d’importation écologique inédite, Simons aura littéralement le vent dans les voiles cet été ! », souligne son président avec fierté. Port Franc planifie déjà une seconde traversée transatlantique avec un autre voilier cet automne.

http://www.simons.ca
http://www.portfranc.co