Un sixième album pour Bénabar, « Les bénéfices du doute »

Catégories

Début de l'événement

Image

Bénabar, qui est de passage pour la première fois à Montréal dans le cadre des FrancoFolies, présente un sixième album, « Les bénéfices du doute ». Treize chansons s'y retrouvent, sur fond de banjo, de guitare, de piano bastringue et d'harmonica.

Le chanteur, qui dit apprécier Montréal, a beaucoup travaillé ses textes pour arriver à un résultat impeccable. Les pièces qu'il a choisi de garder sur les vingt-cinq composées au départ sont inspirées de moments du quotidien. « Je crois que l'inspiration c'est l'inconscient. C'est un truc qui va me frapper, ça peut être une rencontre, un détail. Même sans le savoir deux ans après ce sera dans une chanson. C'est assez mystérieux l'inspiration », croit-il.

L'album réalisé par Jean-Louis Piérot en est un à l'esprit joyeux. Avec des titres accrocheurs comme « Les Râteaux » et « L'Agneau », ses chansons racontent des histoires et font sourire. Sa chanson favorite de l'album est « La phrase qu'on a pas dite ». « C'est une chanson qui exprime bien ce que j'ai le sentiment de vivre encore aujourd'hui, dit Bénabar. Parce que des fois on fait des chansons et après, quand l'album sort, on est passé à autre chose, mais c'est une chanson que je ressens intimement encore. »

Bénabar, qui flirte avec le théâtre et le cinéma, se considère avant tout comme un chanteur, et il le prouve avec ce nouvel album, qui s'écoute tout seul. « Je suis très heureux et très excité d'avoir pu faire du cinéma et du théâtre, en plus une pièce et ce film avec Jean-Jacques Weber, soutient le chanteur, c'est une grande chance, donc je ne suis pas du tout blasé et super heureux. Mais mon travail c'est de faire des chansons et de les chanter. »

Bruno Nicolini, de son vrai nom, espère pousser sa carrière à plus grande échelle au Québec. « Ça fait un bout de temps que je prévoyais revenir au Québec pour faire quelque chose, pas juste faire un aller-retour. Là on est restés une semaine, on revient à l'automne, je vais faire un duo avec une artiste québécoise et je vais revenir en tournée en 2013, pour vraiment découvrir le pays en tant que chanteur, parce qu'évidemment ça m'intéresse d'essayer de parler au public. Et après qu'ils disposent, parce qu'après peut-être que les gens ne voudront pas de moi, » dit-il avec un sourire en coin. Il n'y a pas de doute que les gens voudront de lui.

Le chanteur est évidemment fier de son album et de sa carrière. « J'ai la chance de ne pas m'être fixé d'objectifs, donc je ne peux pas échouer. Mais je suis heureux de ma carrière. Je suis un privilégié, j'ai beaucoup de chance. De pouvoir jouer ici et de donner des concerts partout en France dans des salles remplies, c'était inespéré, affirme-t-il. J'espère pouvoir continuer, mais en même temps je sais que les choses ne sont jamais acquises. J'ai un plan de carrière qui est très simple, c'est de pouvoir faire des chansons, qui vont toucher les gens, et de mieux en mieux. »

Bénabar sera en spectacle au Métropolis le 8 juin et sera certainement de plus en plus présent au Québec dans les mois à venir.