Un premier livre pour Sylvain Daoust, «Biographie autorisée de la mort»

Catégories

Début de l'événement

Image

Qu'arriverait-il si la mort était vivante? C'est la question que s'est posé Sylvain Daoust avant d'écrire son premier livre, « Biographie autorisée de la mort ». Le publicitaire, qui croit qu'il est possible d'être spirituel sans être religieux, cherche à apporter un moyen de se concentrer sur sa vie intérieure, sur son petit grain de sable.

Sylvain, le protagoniste du livre, publicitaire de 51 ans, perd son emploi. Ne sachant que faire, il se réfugie dans un chalet à la campagne où il s'adonne à son passe-temps favori, la pêche à l'achigan. Il fait la rencontre d'un personnage inquiétant qui requiert ses services pour revamper son image. Ce personnage, c'est la mort. Nul surprise à la fin; le personnage principal meurt, comme annoncé en tout début du livre. La mort ne semble pas être une finalité.

Le nouvel auteur, qui a travaillé 25 ans en publicité, à l'habitude de tout faire rapidement. Son livre a été écrit en plus ou moins huit mois. Il se dit fier d'avoir pu également en concevoir la couverture. « C'est un peu l'histoire de ma vie. À 20 ou 30 ans, on ne pense pas vraiment à sa mort. À 40 ou 50 ans, on se sent redescendre la montagne. On devient alors plus réceptif à ce qui se passe, » précise Monsieur Daoust. Le livre parle de la vie, et non pas de la mort, même si elle est omniprésente. L'auteur, qui se passionne pour le cheminement personnel et spirituel, croit que l'imagination est la chose la plus forte qui soit. On doit la canaliser à la fin de nos vies pour garder espoir. « Mon souhait est que mon livre puisse apaiser les gens qui sont près de la fin, » mentionne Sylvain Daoust.

« Biographie autorisée de la mort », malgré un sujet lourd, se lit rapidement, avec ses 150 pages. Il porte à réflexion et donne envie de s'arrêter une minute et de penser à la vie. Le livre, aux Éditions Cornac, sera en vente dès le 9 novembre.