Un juge new-yorkais ordonne à l’administration américaine de révéler à AP l’identité des détenus de Guantanamo

Un juge fédéral de New York a ordonné lundi au département américain de la Défense de révéler à l’Associated Press (AP) l’identité des prisonniers détenus sur base spéciale de Guantanamo.
Le juge Jed Rakoff, de la deuxième cour d’appel de New York, a ordonné à l’administration Bush de fournir ces informations par le biais d’exemplaires non-retouchés de transcriptions et de documents relatifs aux 558 auditions de prisonniers de Guantanamo réalisées par l’armée américain.
Plusieurs centaines d’hommes (entre 500 et 600) sont retenus à Guantanamo depuis le 11 septembre 2001 sans avoir été inculpés ou publiquement identifiés. Ils ont été arrêtés pour leurs liens présumés avec Al-Qaïda ou l’ancien régime taliban en Afghanistan.
L’AP avait porté plainte l’année dernière pour obtenir ces documents. Le gouvernement américain avait alors remis les transcriptions des auditions, mais avait retouché les informations concernant l’identité des détenus.
L’administration américaine a jusqu’à mercredi pour faire appel, une mesure qui serait suspensive. Selon l’avocat de l’AP, David Schultz, elle devrait utiliser cette possibilité.
Pour justifier sa décision de ne pas révéler l’identité des détenus de Guantanamo, le gouvernement américain arguait que le secret garantissait la protection de leurs vies privées et la tranquillité à leurs familles. Dans son arrêté rendu lundi, le juge Rakoff a rejeté ces arguments, estimant qu’ils n’étaient pas convaincants.
Une porte-parole du ministère public, Heather Tasker, a déclaré que le gouvernement n’avait pas encore pris connaissance de cette décision et qu’il n’avait aucun commentaire à faire.
Source: AP

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon