Un caméraman de Reuters libéré en Irak

Le dernier des trois journalistes de l'agence Reuters détenus par l'armée américaine en Irak a été relâché au bout de près de huit mois, sans être inculpé, a confirmé dimanche l'armée américaine.
Samir Mohammed Noor, un cameraman freelance de 30 ans travaillant pour Reuters, a été détenu à la prison d'Abou Ghraïb et à Camp Bucca dans le sud de l'Irak depuis son arrestation à son domicile dans la ville de Tal Afar (nord) en juin.
Interrogé par l'Associated Press, le porte-parole de l'armée américaine Greg Frazho a déclaré que l'armée "n'avait rien à dire de plus sur la remise en liberté de M. Noor" à l'heure actuelle.
Reuters a précisé que deux autres de ses journalistes, le cameraman Ali al-Machhadani et le journaliste Majed Hamid, qui travaille également pour la chaîne de télévision Al-Arabiya, avaient été libérés le 15 janvier.
"Nous sommes heureux que tous les journalistes travaillant pour Reuters en Irak soient désormais libres", a déclaré David Schlesinger, directeur de la rédaction de Reuters, dans un communiqué.
"Nous sommes cependant préoccupés par le fait qu'il ait fallu autant de temps, près de huit mois dans le cas de Samir, pour obtenir leur libération, en dépit de l'absence d'éléments crédibles à charge contre eux".
Une porte-parole a précisé que Reuters tentait d'en savoir davantage sur les circonstances des arrestations et sur les conditions dans lesquelles les journalistes ont été détenus.
source:AP

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon