Tragédies romaines, une trilogie de Shakespeare au Festival TransAmériques

Début de l'événement: 

28 mai 2010 - 00:00
Catégories:

Des hommes et des femmes assoiffés de pouvoir. Des caméras qui scrutent leurs moindres faits et gestes. Coriolan, Jules César, Antoine et Cléopâtre propulsés au cœur de notre temps à la manière d'un show télévisé. Shakespeare en direct, en gros plan, comme vous ne l'avez jamais vu.

Shakespeare brûlant d'actualité ! La guerre en direct, les tractations secrètes de politiciens, les scandales, les entrevues à chaud, les discours enflammés sur la démocratie, les débordements publics de la vie privée, les caméras qui traquent jusque dans leur intimité des hommes et des femmes assoiffés de pouvoir ; Shakespeare l'avait déjà tout écrit, il ne restait qu'à donner à cet univers une forme théâtrale qui le propulse au coeur de notre temps. C'est le tour de force qu'a réussi le metteur en scène hollandais Ivo Van Hove en recréant les trois tragédies romaines - Coriolan, Jules César, Antoine et Cléopâtre - afin d'éclairer les mécanismes politiques de notre monde contemporain.

Pour ce faire, Ivo van Hove et son scénographe Jan Versweyveld ont imaginé un décor de centre de congrès, avec ses écrans de télévision omniprésents, ses faux divans suédois, ses ordinateurs, sa salle de nouvelles, ses plantes vertes, son bar, ses tables de réunion, ses cameramen. Tout comme les personnages, les spectateurs peuvent y circuler à leur gré, suivre de plus près ce qui se passe, à côté d'eux ou sur les écrans, prendre un verre au bar ou consulter leurs courriels pendant que les événements politiques se bousculent autour d'eux comme en direct sur CNN...

Ivo van Hove n'a fait aucun ajout aux textes de Shakespeare, mais il a fait deux importants aménagements : toutes les scènes de guerre sont remplacées par de terrifiantes séquences sonores pendant lesquelles on peut lire une bande défilante, comme dans les chaînes d'information continue, et les scènes où parle le peuple ont été coupées. Ne restent que les politiciens en conciliabule, en conférences de presse, au téléjournal, en comité d'étude, traqués par les caméras jusque dans leur vie privée. Il a aussi confié certains rôles à des femmes - Cassius et Octave César - afin d'être en phase avec le monde politique d'aujourd'hui.

Une première nord-américaine.
En néerlandais avec surtitres français et anglais

Tragédies romaines

28 mai à 18 h
29 et 30 mai à 16 h
Durée : 5 h 30

Monument-national

Tarif régulier : 68$
25 ans et moins, 65 ans et plus : 50$

Billets également en vente au Monument-National au 514 871-2224

www.fta.qc.ca

(Source et image : www.fta.qc.ca)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon