« Tout le monde en parlait » rappelle l'épopée des Nordiques de Québec‏ sur les ondes de la SRC

Début de l'événement: 

05 mai 2009 - 19:25
Catégories:

Le Vendredi saint de 1984, les Nordiques et les Canadiens sont engagés dans une bataille générale de plus d’une heure. C’est le point culminant et le plus disgracieux d’une rivalité tellement intense qu’elle a profondément divisé le Québec et même poussé des journalistes couvrant ces équipes à en venir aux coups. Quelques jours après la fin de la 100e saison des Canadiens, Tout le monde en parlait rappelle cette période et l’histoire des Nordiques de Québec, qui tient souvent de l’épopée. Anne-Marie Dussault propose deux émissions sur les Nordiques, les mardis 5 et 12 mai à 19h30 à la Télévision de Radio-Canada.

Ces deux émissions, réalisées avec des films d’archive judicieusement choisis, s’appuient sur le témoignage d’acteurs et de témoins directs de l’histoire des Nordiques : Maurice Filion, directeur-gérant de l’équipe entre 1974 et 1990, qui fut aussi l’entraîneur de leur première saison après le désistement de Maurice Richard; Claude Bédard, journaliste au Journal de Québec qui a couvert les Nordiques de leur gestation à leur départ; Alain Côté, joueur des Nordiques entre 1977 et 1989 et auteur du but refusé le plus controversé de l’histoire; Michel Bergeron, ancien entraîneur-chef des Nordiques, et Ron Fournier, ancien arbitre dans l’AMH et la LNH.

Dans la première émission, le 5 mai, en plus de rappeler la bataille du Vendredi saint, on évoque la naissance de l’Association mondiale de hockey et des Nordiques, l’embauche des légendes Maurice Richard et Jacques Plante, les succès de Réal Cloutier et Marc Tardif et les tractations qui ont précédé leur entrée dans la LNH. On rappellera notamment la guerre des brasseries et les réactions suscitées par le refus initial de Molson, propriétaire des Canadiens, d’accepter la fusion avec l’AMH, bloquant ainsi trois villes canadiennes : Québec, Winnipeg et Edmonton.

Dans la deuxième partie, le 12 mai, on montre comment, à l’époque de la première campagne référendaire, les Nordiques sont devenus un symbole nationaliste, bardé de fleurs de lys, imposant le français comme seule langue officielle au Colisée, tandis que Me Guy Bertrand obtient la rédaction des premiers contrats de joueurs en français. On revivra la saga des frères Stastny, qui ont fait des Nordiques une équipe gagnante et excitante, l’arrivée du gardien Daniel Bouchard et les plus grands succès de l’équipe. Mais on évoquera aussi sa descente aux enfers et son départ lié à l’économie du hockey de l’époque.

Les Nordiques : Leur arrivée dans la LNH divise le Québec, une histoire passionnante à suivre dans le cadre de Tout le monde en parlait, les mardis 5 et 12 mai à 19 h 30 à la Télévision de Radio-Canada.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon