«Totalitarisme économique» à la galerie Point Rouge

Début de l'événement: 

24 mars 2010 - 17:00
Catégories:

Le communisme était terne, le nazisme était brun. Le totalitarisme économique est rose bonbon. Vernissage de l'exposition d'Alexandre Chartrand, ce mercredi à 17h.

Dans bien des cercles, les sujets politiques sont tabous. Ils rebutent, suscitent le mépris ou l'indifférence. Pour s'y introduire, Alexandre Chartrand propose une peinture pop-expressionniste aux couleurs criantes et aux sujets alléchants. La séduction et le désir sont présentés sous des titres rebutants tels Dow Jones (photo), Fuite des capitaux ou L'Hypnose des actionnaires. Jouant des mêmes pièges que la publicité, il attire notre regard pour nous laisser un sujet de réflexion.

Le totalitarisme économique
Quand chaque individu est suivi à la trace par sa façon de dépenser. Lorsque son dossier de crédit devient une ombre de laquelle il ne peut se détacher. Quand les études l’enchaînent à l'endettement. Lorsque le droit au profit supplante le droit à la dignité humaine. Quand les États sont forcés de sortir les grands financiers du pétrin qu'ils ont causé. Lorsqu'en retour, ceux-ci ne daignent pas lever un doigt pour sortir un État de la misère. Lorsqu'on ne peut exister sans compte de banque.

Il n'est pas brutal ni monolithique. Il est sournois et sexy. Il suscite notre désir et exclut ceux qui ne s'y soumettent pas. Il nous force au travail.

Alexandre Chartrand, peintre et cinéaste
Originaire d’Ottawa, Alexandre Chartrand vient à Montréal pour étudier les arts plastiques et le cinéma à l’Université de Montréal. Il présente une première exposition de photographie dans un espace de l'édifice Belgo en 1998 et une deuxième à la galerie Artus au printemps 2001. En parallèle, il se lance dans la réalisation d’un premier long métrage de fiction. Refusé par les institutions de financement, La Planque (K-Films Amérique) prend l’affiche au Québec à l’été 2004 et est projeté en ouverture du festival RebelFest de Toronto où il reçoit un prix de réalisation des mains d’Harvey Keitel.

Le premier film n’est pas encore complété lorsque Chartrand entame la production du long métrage documentaire Lemoyne (Vidéographe distribution). Cette biographie du peintre montréalais Serge Lemoyne est projetée en première lors de l’édition 2005 du Festival du film sur l’art de Montréal et programmée au Cinéma Beaubien et dans les grands musées d’art du Québec avant d’être acquise par la chaîne Bravo!

Chartrand vient de compléter l’écriture d’un deuxième long métrage fiction, cette fois avec l'aide des institutions. Totalitarisme économique est sa première exposition de peintures.

du 24 mars au 10 avril 2010
Vernissage le mercredi 24 mars à 17h

À la galerie Point rouge
2471 Notre-Dame Ouest
Montréal Qc H3J 1N6
www.galeriepointrouge.com
514-586-0554

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon