Top 13 Halloween 2007

Catégories:

Depuis maintenant plus de 50 ans, musique rock, horreur et déguisements font terriblement bon ménage. Dans un sinistre cabaret, avant même la venue d’Elvis, l’ignoble Screaming Jay Hawkins a ouvert la porte (ding! dong!) aux monstrueux Kiss et Alice Cooper, qui ont à leur tour pavé la voie aux abominables Marilyn Manson et Rob Zombie, jusqu’à l’infâme Slipknot et ainsi de suite. Bref le cycle ne semble pas près de mourir. Voici donc un top 13 des artistes qui, comme ceux qui jadis donnaient si généreusement à UNICEF chaque dernier jour d’octobre, ont apporté à l’Halloween leur mince contribution.

1-KISS

Véritable phénomène culturel au milieu des années 70, Kiss demeure toujours LA référence en matière de costumes et de maquillage. Combien de petits Paul Stanley, Peter Criss, Gene Simmons ou Ace Frehley ont cogné aux portes le 31 octobre 1975, à l’époque de l’immensément populaire Alive!. La rumeur voulant que KISS soit un acronyme pour Knights In Satan's Service, le film Kiss Meet the Phantom of the Park et le sang qui coule de la bouche de Simmons sur scène ne font qu’ajouter à la légende.

2-OZZY OSBOURNE

Avant d’être le bon papa de l’émission Les Osbournes, Ozzy a inventé le métal tel qu'on le connaît au sein de Black Sabbath, avec utilisation abusive du triton – une lugubre succession d’accords considérée comme démoniaque et interdite au Moyen Âge - et tout l'univers macabre qui s'y rattache. C’est toutefois en arrachant de ses propres dents la tête d’une chauve-souris lors d’un concert qu’il a réellement distancé ses compétiteurs. On ne l’appelle pas le Prince des ténèbres pour rien!

3-ALICE COOPER

Vincent Furnier prétend avoir trouvé son nom d’artiste lors d’une séance de ouija, après que des esprits lui eurent indiqué qu’il était la réincarnation d’une sorcière du 17ème siècle nommée Alice Cooper. Figure emblématique du shock rock, celui dont les yeux maquillés ont longtemps inspiré crainte et dégoût, est mort sur scène à multiples reprises, la tête tranchée par une immense guillotine. Son sanguinolent concert-événement Welcome to my Nightmare, avec boa constricteur et chaise électrique, a fait couler beaucoup d’encre… et de ketchup!

4-MARILYN MANSON

Son nom de scène, un amalgame de Charles Manson et Marilyn Monroe, n’est qu’une goutte de sang dans une mer de provocation. Antichrist Superstar autoproclamé, le musicien aux 1001 looks - tous plus épouvantables les uns que les autres - a été sacré Révérend de l’Église de Satan par son célèbre fondateur Anton LaVey. Déterminé à choquer par tous les moyens possibles, Manson en est présentement à réaliser un film d'horreur fantastique sur les cauchemars de Lewis Carroll, auteur d’Alice au pays des merveilles.

5-SCREAMING JAY HAWKINS

Bien que moins connu de l’ensemble des mortels, l’auteur du troublant classique I Put a Spell on You (1956) – avec la bien nommée Little Demon en face b - a initié tout ce sinistre délire à une époque où de tels comportements auraient dû convaincre les autorités cléricales de procéder à un exorciste. Excentrique musicien afro-américain inspiré par la religion Vaudou, Hawkins était transporté sur scène à l’intérieur d’un cercueil et ne jouait jamais sans son fidèle acolyte, un crâne enflammé répondant au nom de Henry.

6-ROB ZOMBIE

Avec sa récente contribution au cinéma d’horreur, comme réalisateur des terrifiants House of 1000 Corpses, The Devil’s Rejects et, plus récemment, du remake de Halloween, on en vient presque à oublier que Zombie est aussi le musicien derrière Dragula, Living Dead Girl et Cosmic Monster Inc. L’allure de Charles Manson mort-vivant, qu’il arborait à une certaine époque, ainsi que la compilation Halloween Hootenanny, lancée sur sa propre étiquette de disques Zombie-a-Go-Go, complètent son terrible CV.

7-THE MISFITS

Plus fascinés par les films d’horreur de série b que par la musique elle-même, les piètres interprètes que sont les Misfits ont su profiter des trop nombreuses heures passées devant leur téléviseur pour se forger un univers musical unique, truffé de références aux zombies, martiens et autres savants fous. Costumés, maquillés et surtout musclés, ils incarnent les super-héros de l’horreur. Auteurs des classiques Halloween et Halloween II (!), les Misfits ont toutefois perdu de leurs pouvoirs après le départ du chanteur Glenn Danzig.

8-SLIPKNOT

Contrairement aux artistes dépeignant l’épouvante de façon caricaturale, Slipknot propose un univers nihiliste dénudé d’humour, qui lui confère une aura des plus menaçantes. Vêtus de combinaisons de travail, leurs visages cachés derrière des masques artisanaux et n’ayant pour nom que des numéros de 0 à 8, les membres du violent collectif ont davantage en commun avec les tueurs en série qu’avec les grotesques créatures des films de deuxième zone. Ils ont inspiré Mudvayne, Mushroomhead, Murderdolls et autres groupes en M comme dans Masque!

9-VILLAGE PEOPLE

Ils étaient 6; un indien, un cowboy, un policier, un matelot, un gars de bicycle et un gars de la construction. Village People, le groupe-concept du réalisateur Jacques Morali, parodiait les stéréotypes gais à la belle époque du disco. Bien que leur apport à l’Halloween se limite à leurs costumes, les interprètes de Y.M.C.A ont marqué la culture gai d’une telle façon que nombre de fêtards revêtiront les plumes, le cuir, la matraque ou même le casque jaune encore cette année.

10-GWAR

Accoutrés d’impossibles costumes en latex, ces musiciens au talent discutable prétendent être des guerriers interplanétaires venus sur terre pour assouvir leurs perversions sexuelles et sanguinaires sur la race humaine. Un acronyme pour God What an Awful Racket, GWAR est la preuve vivante que le ridicule ne tue pas. Comme les pantins décapités sur scène, qui éclaboussent la foule de leurs fluides corporels lavables soir après soir, cette mauvaise blague, dont certains diront qu’elle a trop duré, refuse tout simplement de mourir.

11-INSANE CLOWN POSSE

Derrière leurs maquillages de méchants clowns, tout droit sortis du cauchemardesque It de Stephen King, se cachent deux rappeurs quelconques qui n’en finissent plus d’annoncer la fin du monde. Leur premier effort Carnival of Carnage a jeté les bases du mouvement rap Horrorcore récupéré par Flatlinerz, Gravediggaz et Necro tandis que leur cirque apocalyptique leur a valu une invitation à l’encore plus apocalyptique Woodstock III! Les extra-terrestres du film Killer Clowns From Outter Space n’ont qu’à bien se tenir.

12-TWISTED SISTERS

Fortement inspirés par les précurseurs du transvestisme rock que sont les New York Dolls, Dee Snider et son groupe ont décidé d’en ajouter une couche (de maquillage), au plus grand bonheur des amateurs de poupées en épaulettes de football! Là où les Dolls travaillaient le concept d’androgynie si cher à Jagger et Bowie, les Twisted Sisters ont tout simplement plongé tête première dans une sacoche de matante pour en ressortir multicolores et parfumés. Le film d’horreur Strangeland, réalisé par Snider en 1998, n’était guère plus édifiant.

13-SMASHING PUMPKINS

Ils ne sont pas déguisés, ni effrayants (mis à part, peut-être, l’étrange ressemblance entre leur leader Billy Corgan et l’Oncle Fétide de la Famille Adams), mais comment passer à côté de ce nom ridiculement provocateur qui, encore cette année, poussera nombre d’adolescents révoltés à multiplier les actes de vandalisme, le 30 octobre, à Hérouxville. Un peu plus et ils s’appelaient Apples with Razorblades! Mentions honorables à Helloween et Scary Kids Scaring Kids.

Une compilation d'Alexis Taillon, ex-réalisateur à MusiquePlus (1999 à 2007), ex-collaborateur au ICI Montréal (2000 à 2006), bachelier en journalisme de l’UQAM et désormais pigiste.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon