Thomson Reuters confirme ses objectifs après des résultats en hausse au 2e trimestre

Catégories:

Le groupe anglo-canadien d'information financière Thomson Reuters a confirmé mardi ses objectifs de résultats annuels, après avoir enregistré au deuxième trimestre une progression de son activité et de ses bénéfices en données pro forma.

Dans un communiqué, le groupe a fait état d'une progression de 15% de son bénéfice d'exploitation sous-jacent, à 708 millions de dollars, pour un chiffre d'affaires en hausse de 11% à 3,4 milliards de dollars.

Ces résultats sont exprimés en données pro forma, c'est-à-dire comme si le groupe existait déjà l'an dernier sous sa forme actuelle.

Le bénéfice net, en données publiées, est en revanche ressorti en baisse de 54% à 173 millions de dollars, en raison principalement d'éléments exceptionnels.

Par divisions, les ventes de données destinées aux marchés ont augmenté sur le trimestre de 12% à 2,051 milliards de dollars, et la branche de données professionnelles (bases de données médicales, juridiques, scientifiques et comptables) a vu les siennes augmenter de 10% à 1,375 milliard.

Le patron du groupe, Tom Glocer, a souligné que cette "solide croissance du chiffre d'affaires" avait été réalisée "en dépit d'un environnement économique difficile", une allusion à la crise du crédit qui a fait redouter aux investisseurs une érosion des performances du groupe dans le secteur financier.

"Vu nos solides résultats du premier semestre et la tendance positive des ventes qui se poursuit dans l'ensemble du groupe, nous confirmons avec confiance nos objectifs de chiffre d'affaires et de marge pour l'année entière", a-t-il ajouté.

Thomson Reuters table donc toujours pour l'exercice 2008 sur une croissance entre 6 et 8% hors effets de changes, ainsi que sur une marge d'exploitation sous-jacente entre 19 et 21%, également en données pro forma.

Les investisseurs n'ont pas semblé rassuré par l'optimisme de la direction, alors que le secteur financier, principal marché du groupe, reste en plein marasme et continue donc d'alimenter des craintes. A la Bourse de Londres, l'action du groupe, coté également à New York et Toronto, a reculé de 4,94% à 1.481 pence.

Thomson Reuters est né du rachat par le canadien Thomson du britannique Reuters pour 13 milliards d'euros, devenu effectif le 17 avril.

Avec 50 000 employés dans 93 pays, Thomson Reuters est le deuxième fournisseur mondial d'informations destinées aux professionnels des marchés financiers, avec 32,3% de parts de marché en 2007, selon le cabinet londonien Inside Market Data, juste derrière l'américain Bloomberg qui en a 32,7%.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon