«Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges» de Michel Tremblay au TNM dans une mise en scène de Michel Forgues

Catégories:

Voilà une idée qui a fait du chemin. La Troupe des Abonnés est un événement en soi, mais pour sa quinzième édition on peut dès lors penser qu’elle crée aussi l’événement. Lorraine Pintal, alors réalisatrice à Radio-Canada, avant d’être directrice artistique du TNM, nourrissait le rêve à venir de former une troupe d’amateurs.

La Troupe des Abonnés, demeurant une création de la Fondation du TNM jouit aujourd’hui d’une grande autonomie autant du point de vue financier que celui du volet artistique, et depuis nous revient annuellement sur les planches.

Les ressources illimitées, mais potentielles de l’amateurisme prennent forme au cœur du creuset ou de la machine culturelle qu’est le TNM. La Troupe bénéficie de tout le soutien et des moyens à disposition afin de produire un spectacle digne de ce que les gens du métier peuvent produire. L’idée centrale -quoique se débordant- de Lorraine Pintal rejoint la vision de Michel Forgues (paraphrasant Marguerite Yourcenar) qui constate qu’ « à une époque où le me, myself and I domine, il importe de dire que l’histoire humaine aura été mise en mémoire plus souvent par l’homme obscur que nous sommes tous. »

Venant à ne pas « s’ »oublier par la fréquentation intime et passionnée des œuvres, nous nous acquittons mieux ainsi du devoir de ne pas oublier. Notre filiation s’en trouve plus forte dans la vie, le commun, l’ordinaire, le dispersé et l’inassimilable que par la stricte référence à la mémoire car l’appel de l’irrépressible nécessité sur nous y agit dès lors par cette insinuation du passé vivant comme la mémoire mouvante d’une direction.

La scène est transparente : une lampe suspendue (presque en apesanteur), quelques chaises et un plancher incliné. L’inclination dynamise l’espace, est le lieu d’une incidence qui précipite les personnages les uns vers les autres, et plus encore : les uns dans les autres, dégageant une harmonie de l’imaginaire. La scène comme forme gagne une autonomie qui se communique malgré tout en effaçant la distinction avec le lieu depuis lequel on assiste à la pièce. On s’y laisse ravir… au sens où on prête assistance. On a travaillé ici à partir de la force suggestive du théâtre. Sobre, mais efficace.

« Un soir de solitude… Simone est happée par sa mémoire : la rue Fabre, les jour de juin inoubliables de ce printemps 1942, « les lilas sont déjà finis »… l’heure des transformations s’en vient. Les destins se croisent, se nouent. Le passé, tout un univers, tout son univers d’avant, renaît et s’anime sous ses yeux. Thérèse et Pierrette forment un trio avec Simone. Celle-ci sort à peine de l’hôpital, opérée pour un bec de lièvre, et est tout intimidée par la promesse de beauté que porte cette opération. […] »

Sur scène, les mots sortis de la bouche de Simone virent parfois au chant général d’un chœur improvisé. Façon brillante de Michel Forgues d’étendre l’âme des personnages à une âme collective, et encore à une résonnance qui nous enveloppe « dont on ne saura jamais… » à l’instar de chacun des chapitres de l’Illiade ou de l’Odyssée- qu’on appelle « chant »- « …s’ils furent le fait d’un individu ou d’un collectif anonyme. »

Avec la Troupe des Abonnés, nous passons du récit d’un seul, Michel Tremblay et des personnages qu’il a créés dans ses chroniques, à une vision trans-historique de son œuvre où le travail fidèle de Forgues en est un d’adaptation, de création à l’intérieur de la création, où les personnages, à la fiction de l’écrit, accèdent à leur réalité d’ombres vivantes au théâtre, et où une « Troupe d’Abonnés » se consume sur scène dans le temps réel de l’œuvre par une lecture si près de celle-ci, par un témoignage si vrai que quelque chose de plus se partage par mon avantage- comme pour un autre- de le vivre. Répondant de sa personne, ainsi Michel Forgues remercie-t-il Michel Tremblay de « nous avoir dit et permis de nous dire ».

J.-S.BOISVERT
Collaboration spéciale
jsboisvert@hotmail.com

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon