Théâtre - Le diable en thérapie au Prospero

Début de l'événement: 

31 mars 2009 - 00:00
Catégories:

Après deux séries de représentations fort bien accueillies dans leurs régions respectives et une nomination dans la catégorie Meilleure production région au dernier gala des masques, le Théâtre du Double Signe de Sherbrooke et le Théâtre La Rubrique de Jonquière présentent à Montréal Je ne pensais pas que ce serait sucré, un texte poétique de Catherine Cyr mis en scène par Patrick Quintal.

Quand Lucifer file un mauvais coton
Constatant que les Hommes n’ont plus besoin de lui pour faire le mal, Lucifer, dit Lucas (Benoît Lagrandeur), n’a plus le désir de rien. En pleine crise d’identité, il entreprend une thérapie chez le docteur Anna Bettelcott (Guylaine Rivard), psychanalyste de profession. Mal lui en prend ! En plus de découvrir son moi profond, il fait la connaissance de Rose (Marianne Roy), fille adolescente du Dr Bettelcott. Cette jeune fille, passionnée des papillons, troublera la vie de Lucifer à un point tel qu’il se questionnera sur sa conception du bien et du mal. Perséphone (Lysanne Gallant), déesse des enfers et ancienne maîtresse de Lucifer, saura-t-elle aider ce pauvre diable?

À travers une écriture ludique, onirique mais très contemporaine, Catherine Cyr n’hésite pas à marier légendes du passé et situations actuelles, et nous fait voyager de la mythologie grecque au conte québécois (Rose Latulipe) en passant par le mythe luciférien. Ce texte a valu à sa jeune auteure (détentrice d’une maîtrise de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM) le Grand Prix d’excellence en théâtre Georges-Laoun en 2003.

« … le texte de Catherine Cyr est une sorte de marché aux images, plein d’allégories, de couleurs, de beautés, de drôleries. Même les douleurs y sont belles (…) »
Steve Bergeron, La Tribune, Sherbrooke

Habilement dirigés par Patrick Quintal dans une scénographie de Serge Lapierre, les comédiens évoluent dans un décor que complètent admirablement les projections vidéo concoctées avec brio par Anh Minh Truong, concepteur dont le talent a maintes fois été récompensé (Vidéaste recherché 2002, Worldfest Houston 2004, Compétition Silence on court à Cannes en 2005...). Certaines de ses images sont d’une beauté désarmante. La musique originale est signée Jacques Jobin.

« Portée par une distribution remarquable, la pièce explore le caractère éphémère de la vie, les trajectoires qui se croisent et s’influencent, l’acceptation de l’inexorable issue de l’existence : la mort. »
Élise Giguère, Voir Estrie

« Benoît Lagrandeur personnifie un Lucifer moderne, nuancé au sein de son monde émotif bigarré »
Mathieu Pigeon, Le Collectif

À deux, c’est mieux
Créée au printemps 1985, la compagnie du Double Signe est née de la collaboration de Patrick Quintal et de Laurence Tardi, tous deux comédiens, auteurs et metteurs en scène professionnels œuvrant en théâtre depuis une quinzaine d’années. On doit notamment à Patrick Quintal les pièces Sur le Bord de la fenêtre un tout petit chien en flammes, en nomination au Masque du Public en 2001, Mowgli, Prix de la meilleure production culturelle au Prix d’excellence de la Ville de Sherbrooke et Kraken, Conte à la dérive, Prix Yves-Sauvageau.

De son côté, le Théâtre La Rubrique est, depuis ses débuts en 1979, un acteur privilégié du développement culturel et social du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La compagnie se voue entièrement au théâtre de création, dans lequel l'auteur est au centre de tout projet. Souvent mise en nomination par l’Académie québécoise du théâtre dans cette catégorie, La Rubrique a reçu le Masque 2000 de la Meilleure production Région pour Laguna Beach, de Raymond Villeneuve.

Le Double Signe et La Rubrique avaient au départ le goût de travailler sur un projet de coproduction. Vint ensuite un véritable coup de cœur de Patrick Quintal et Benoît Lagrandeur, directeurs artistiques des deux compagnies, pour le texte de Catherine Cyr. En unissant leurs efforts et leur talent, les deux équipes ont aussi multiplié par deux la possibilité de diffusion de leur travail.

Après plusieurs mois de création et de voyage, le Double Signe et La Rubrique se rencontrent à Montréal, sur la scène du Théâtre Prospero. Présentée du 31 mars au 18 avril, Je ne pensais pas que ce serait sucré vous transportera dans un monde sensuel et poétique. Les tribulations de ce diable de Lucas vous enchanteront !

Je ne pensais pas que ce serait sucré
Texte de Catherine Cyr
Mise en scène de Patrick Quintal
Du 31 mars au 18 avril
Les mardis, jeudis, vendredis et samedi à 20 h et les mercredis à 19 h.
Théâtre Prospero : 1371, rue Ontario Est.
Billetterie : 514 526-6582

Interprètes : Lysanne Gallant, Benoît Lagrandeur, Guylaine Rivard et Marianne Roy — Scénographie : Serge Lapierre — Costumes : Hélène Soucy — Musique : Jacques Jobin — Conception vidéo : Anh Minh Truong — Lumière : Alexandre Nadeau — Assistance à la mise en scène et régie : Julie Pelletier — Direction de production : Catherine Sasseville — Régie : Lilie Bergeron, Michel Côté, Julie Pelletier

JE NE PENSAIS PAS QUE CE SERAIT SUCRÉ
Quand le diable est en thérapie…
Au théâtre Prospéro du 31mars au 18 avril

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon