Téléfilm Canada octroie plus de 25 M $ en soutien aux longs métrages de langue française pour l'année 2010-2011

Catégories:

Téléfilm Canada annonce qu'elle a accordé un total de 25,3 millions $ en soutien aux longs métrages de langue française par le biais du Fonds du long métrage du Canada pour l'année 2010-2011.

Ces investissements sont répartis de la façon suivante :

- En première ronde de sélection pour le volet sélectif, Téléfilm Canada a accordé son soutien à 10 projets de longs métrages pour un total de 7,8 millions $.

- En deuxième ronde de sélection pour le volet sélectif, Téléfilm accorde son soutien à six projets de longs métrages à hauteur de 7 millions $.

- Aux 16 titres sélectionnés au volet sélectif s'ajoutent le montant de 10,5 millions $ remis sous forme d'enveloppes à la performance attribuées aux producteurs ayant atteint les meilleurs résultats en matière de recettes-guichets au cours de l'année.

Téléfilm Canada a ainsi bonifié l'enveloppe habituellement attribuée au volet sélectif en générant des économies d'efficacité à travers divers programmes. L'organisation souligne aussi que les projets sélectionnés lors de ces deux rondes représentent une diversité de genres et de réalisateurs.

Les projets sélectionnés dans le cadre du deuxième dépôt du Fonds du long métrage du Canada, volet sélectif, pour l'année 2010-2011 sont les suivants :

Bashir Lazhar : Drame, réalisé et scénarisé par Philippe Falardeau. Bashir Lazhar, 48 ans, apprend qu'une institutrice de sixième année s'est pendue dans sa classe. Ayant été instituteur à Alger, il offre ses services. À son arrivée, il fait face à un groupe d'enfants ébranlés, ainsi qu'à un monde de femmes et de réformes pédagogiques. Deux élèves, Alice et Simon, se démarqueront du groupe par leur charisme, et par le lot de culpabilité qu'ils portent quant à la mort de leur professeur. Parallèlement, Bashir lutte pour obtenir son statut de réfugié. Producteurs : Luc Déry et Kim McCraw; distributeur : Les Films Christal.

Bossé : Comédie, réalisée par Claude Desrosiers avec Guy A. Lepage en tant que conseiller à la réalisation et scénarisée par Luc Déry, Yves Lapierre et André Ducharme. Bernard Bossé a été un des plus puissants et des plus influents hommes d'affaires du Québec. Parti de rien, il s'est hissé à la tête d'un gigantesque empire financier. C'est son parcours en montagnes russes, jalonné de coups de génie, mais aussi de coups durs, que raconte ce film. Le spectateur devient donc le témoin privilégié de plusieurs trames où se mêlent fiction, archives, témoignages... À travers les décennies, Bossé est de toutes les affaires financières et de tous les scandales qui ont marqué le Québec moderne : stade olympique, privatisations, lucratifs contrats gouvernementaux, mission commerciale en Chine. Toutes ces trames finissent par tisser le portrait de Bernard Bossé. Un portrait pas nécessairement flatteur, mais toujours drôle. Producteur : Lyse Lafontaine; distributeur : Alliance Vivafilm.

La peur de l'eau : Drame, réalisé par Gabriel Pelletier et scénarisé par Gabriel Pelletier et Marcel Beaulieu. Rosalie Richard, 18 ans, est trouvée morte, violée, au pied d'une falaise de Havre-aux-Maisons, son corps nu orné de coquillages. Elle est la toute première victime d'un meurtre sordide aux îles de la Madeleine et sa mort va faire basculer la vie rangée du sergent André Surprenant, 41 ans, du poste de la Sûreté du Québec. Producteur : Nicole Robert et Ann Bernier, GO Films; distributeur : Remstar.

Pour l'amour de Dieu : Drame, réalisé et scénarisé par Micheline Lanctôt. Montréal 1959 : dans la classe de Sœur Cécile, Léonie, 12 ans, fait la rencontre du Père Malachy, un jeune dominicain d'origine portoricaine fraîchement ordonné venu en visite à son école. C'est le coup de foudre absolu pour cette enfant rêveuse et solitaire qui se réfugie dans la piété pour échapper à un climat familial plutôt lourd. Mais il y a aussi coup de foudre entre Sœur Cécile et le Père Malachy, qui se sont plus dès le premier regard, mais ne savent pas comment gérer cette forte attirance que leurs vœux respectifs leur interdisent. Entre l'amour humain et l'amour de Dieu, lequel l'emportera ? Ils sont jeunes, ardents, sensuels tous les deux, et leur tempérament solaire rend la discrétion bien difficile. Producteurs : André Gagnon et Monique Huberdeau; distributeur : Métropole Films.

Starbuck : Comédie, réalisée par Ken Scott et scénarisée par Ken Scott et Martin Petit. Tout juste au moment où David Wosniak décide de finalement mettre de grands efforts pour réussir sa vie, cet éternel adolescent de 42 ans voit sa vie bouleversée par l'apparition de nombreux enfants qui sont le fruit de ses dons à une clinique de sperme. Producteur : André Rouleau; distributeur : Les Films Christal.

Une bouteille dans la mer de Gaza : Drame, coproduction Canada-France, réalisée par Thierry Binisti et scénarisée par Thierry Binisti et Valérie Zenatti. C'est l'histoire de Tal, cette jeune israélienne de 17 ans, qui décide de trouver un correspondant en Palestine et qui découvre Naim, un jeune garçon de 20 ans. A l'âge où, en Occident, on prend son élan pour entrer dans la vie, eux doivent subir une situation explosive qu'ils n'ont pas choisie. Producteur : Anne-Marie Gélinas (Canada) et Miléna Poylo et Gilles Sacuto (France); distributeur : Filmoption Internationale.

(Source : CNW)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon