Téléfilm Canada appuie sept longs métrages en français

Catégories:

Dans le cadre de son premier tour de décisions pour l’exercice 2008-2009, Téléfilm Canada a annoncé qu’elle appuiera sept nouvelles productions de long métrage de langue française.

Téléfilm Canada avait reçu 31 demandes de financement pour un total de 48 millions de dollars. L’engagement de Téléfilm par rapport aux sept projets sélectionnés est de 7 millions de dollars.

****
Incendies, réalisé par Denis Villeneuve

Coproduction majoritaire canadienne; adaptation de la pièce éponyme de Wajdi Mouawad; production, micro_scope, Tarantula France Sarl (France); distribution, Christal Films Distribution; scénariste, Denis Villeneuve

À la lecture du testament de leur mère, les jumeaux Jeanne et Simon Marwan sont sidérés de se voir remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Ils sillonneront bientôt le Liban pour exhumer le passé de cette famille dont ils ne savent presque rien, sur la piste d’une mère bien éloignée de la femme avare d’affection qu’ils ont connue. Incendies est une quête initiatique bouleversante.
Les pieds dans le vide, réalisé par Mariloup Wolfe

Production, Films Vision 4; distribution, TVA Films; scénariste, Vincent Bolduc
Cinq jeunes vivent des chassés-croisés amoureux, confrontent la mort et mettent à l’épreuve leur amitié durant un été dans un centre de parachutisme.

****

Noémie, réalisé par Frédérik d’Amours

Production, Christal Films Productions; distribution, Christal Films Distribution.; scénaristes, Marc Robitaille, Marie-Ève Barette

Ce long métrage est inspiré de la série de romans éponyme de Tibo. Noémie, une enfant de sept ans, habite avec ses parents, des professionnels fort occupés, et passe beaucoup de temps avec une vieille dame qui est sa voisine, Madame Lumbago. Avec son ami Francis, Noémie part à la recherche d’un trésor qu’aurait caché feu Monsieur Lumbago. Elle fera une importante découverte… bien différente de ce qu’elle cherchait.
Léo Huff, réalisé par Sylvain Guy

Production, G.P.A. Films, Christal Films Productions, Productions Grana; distribution, Christal Films Distribution; scénariste, Sylvain Guy
Tout bascule dans la vie de Léo Huff lorsqu’il remplace sa patronne à une présentation de projet en région. Il y rencontre une jeune femme en détresse qui le pousse à sortir des sentiers battus. Ce n’est pas chose facile. Qui sait pourtant ce qui sommeille au fin fond de ce petit employé de bureau ?

****

Les doigts croches, réalisé par Ken Scott
Production, Remstar Productions; distribution, Remstar Distribution; scénariste, Ken Scott
Pour perpétrer le « vol du siècle », Charles recrute les copains avec qui il a fait les 400 coups. Le soir du vol, la police rapplique et ils doivent rapidement procéder au plan B : ils se feront prendre, mais l’un d’entre eux se sauvera avec les 2 millions de dollars. À leur sortie, les voleurs sont estomaqués d’apprendre qu’ils recouvreront leur argent à deux conditions: ils doivent marcher les 830 kilomètres du Chemin de St-Jacques-de-Compostelle et, en bout de ligne, ils doivent surtout avoir changé. Ces éternels délinquants devront, pour la première fois de leur vie, déployer de véritables efforts pour devenir d’honnêtes citoyens.

****
Opération Casablanca, réalisé par Laurent Nègre
Coproduction minoritaire canadienne; production, Les productions Équinoxe, Bord Cadre Films (Suisse), Samsa Film (Luxembourg); distribution, Distribution Équinoxe; scénariste, Laurent Nègre

Un modeste immigrant d’origine marocaine se trouve mêlé, à son corps défendant, à l’enlèvement du Secrétaire général de l’ONU par des terroristes islamistes de la Cellule Casablanca

****
Simon Konianski, réalisé par Micha Wald
Coproduction minoritaire canadienne; production, Forum Films, Haut et Court (France); distribution, Remstar Distribution; scénariste, Micha Wald
Simon, 35 ans, habite provisoirement chez son père, Ernest, mais tous deux se rendent la vie insupportable, l’un avec sa fainéantise et son obsession du conflit israélo-palestinien, l’autre avec son obsession de la Shoa et des camps nazis. À la mort d’Ernest, Simon suivra ses dernières volontés : l’enterrer dans son village natal, au fond de l’Ukraine. Il s’embarque alors dans un road-movie haletant et le voyage sera tout sauf une croisière sur le Nil !

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon