Tangente dévoile sa saison automne 2019

Catégories:
Tangente dévoile sa saison automne 2019

En moins de trois mois, plus de 25 chorégraphes fouleront les planches de Tangente avec 21 créations, sans compter deux symposiums, dont le retour des Rencontres Internationales Regards Hybrides et ses quelques 50 courts-métrages.

Fin septembre, nous débuterons notre saison comme le veut la tradition en offrant la scène à cinq chorégraphes émergents pour nos éclectiques Danses Buissonnières.

Mi-octobre, nous accueillerons la troisième édition du festival Altérité, pas à pas! Après des solos remarqués au Festival TransAmériques (2012) et au Mai (2017), le chorégraphe marocain Taoufiq Izeddiou revient à la charge avec un spectacle pour cinq jeunes danseurs. La semaine suivante marquera notre retour aux programmes doubles: le chorégraphe israélien Elad Schechter présentera un solo collaboratif avec l’interprète musulmane Rand Taha; les créateurs Nasim Lootij et Kiasa Nazeran contempleront la destruction d’œuvres d’art dans leur pays d’origine, l’Iran. Suivra un symposium du 22 au 24 octobre, toujours dans le cadre du festival.

À la fin du mois, deux créatrices s’attaqueront à des figures mythiques. Les trois ‘ti gars d’Audrée Lewka et les Lewski s’armeront d’humour pour se mesurer à nul autre que le Père Noël. La chorégraphe Marie Mougeolle s’emparera de l’univers de Michael Jackson pour se transformer en créature mouvante.

En novembre, Geneviève Duong plongera dans la mémoire culturelle dans une œuvre éclair et émotionnelle tandis que les chorégraphes-interprètes Charlie Prince et Keren Rosenberg se confronteront pour explorer les façons dont les humains gèrent les conflits. La chorégraphe Soraïda Caron observera l’évolution de l’Homo sapiens dans un duo qui passe de l’animal au technologique alors que le chorégraphe-interprète Alejandro Sajgalik tente de se décharger du trauma intergénérationnel en se lançant dans un solo-rituel. Face aux abus de pouvoir dans le milieu sportif, les artistes Liliane Moussa et Caroline St-Laurent invoqueront la bienveillance pour quatre interprètes qui feront une incursion dans l’univers de la gymnastique; de son côté, la Torontoise Tess Martens revisitera ses vieilles routines de nage synchronisée, maillots de bain compris, par sa pratique en performance. En parallèle se dérouleront la deuxième édition des Rencontres Internationales Regards Hybrides, symposium dédié à la cinédanse. En bref, on parle de plus de 50 courts-métrages, 10 artistes et spécialistes de l'international, 3 performances, 7 conférences, 2 classes de mouvement, 1 table ronde et de repas maison partagés tous les jours.

26 septembre ► 21 décembre
Édifice Wilder - Espace danse

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon