Sylvie Drapeau donne vie à Vassa au Théâtre du Rideau Vert

Début de l'événement: 

17 septembre 2010 - 08:30
Catégories:

Mardi dernier, le théâtre du Rideau Vert présentait pour la première fois Vassa, création de Maxime Gorki mettant en scène sous la direction d’Alexandre Marine une tragique histoire familiale aux accents russes. Une Sylvie Drapeau comme vous ne l’avez jamais vu!

Hauts plafonds, scène tournante, service à thé et grande table de cuisine, il en faut peu pour placer le décor de cette création d’Europe de l’Est. En effet, c’est en 1910 que Maxime Gorki termine ce texte illustrant une Russie moderne mise en danger par la révolution russe. Symbole de la vie misérable d’une famille au bord du gouffre financier, l’auteur dépeint les conflits d’une mère, Vassa Geleznova, face à son entourage. Manigances, tromperies, ragots et manipulations sont utilisés avec parcimonie dans cette maison de campagne où tout s’écroule.

Vassa est une femme brillante. Mari mourant, amant sous le bras et femme de chambre qui espionne le voisinage pour elle, cette femme d’un certain âge est au courant de tout ce qui se trame dans la maisonnée. La vie de Vassa est accaparée par une seule tâche : éviter la ruine du commerce familial en tirant profit de cet héritage attendu avec impatience… Mais c’est sans compter les supercheries d’un frère Don Juan et d’une ribambelle d’enfants accompagnés de leurs « aimé(e)s »! Vassa organise tant qu’elle peut cette famille qui part à la dérive. Pourtant, elle sait qu’elle n’y arrivera jamais toute seule. Elle s’entoure donc d’une équipe de fidèles serviteurs et tente par tous les moyens d’amadouer les siens. Une main de fer dans un gant de velours, cette mère de famille fera tout pour s’en sortir!

La distribution est parfaitement équilibrée. Vassa, interprétée par Sylvie Drapeau, est un véritable prédateur. À la fois sensible, touchante et cruelle, Sylvie Drapeau fait vivre une mère tiraillée par l’amour et la raison. Tout simplement sublime!
Quatre autres acteurs marquent cette pièce par leur interprétation singulière et poignante.

Dans un premier temps, Jean-François Casabonne interprète l’oncle Prokhor avec un réalisme fulgurant, soignant la dualité perverse et joyeuse du personnage.
Il y a aussi Émilie Gilbert dans le rôle de Lipa, femme de ménage candide qui se fait manipuler par des maitres de maison tyranniques. Émilie Gilbert joue à la perfection cette jeune femme sensible qui cache au fond d’elle un lourd secret.
De même, Geneviève Schmidt, alias Natalia interprète avec grâce et talent une jeune épouse initialement joyeuse et timide, qui se révèle être ambitieuse et dévastatrice!
Enfin, Hubert Proulx est tout simplement vivant dans la peau de Pavel, enfant malheureux, cocu de première et fou d’amour d’une femme qui le trouve répugnant d’apparence.

Une intrigue ficelée avec soin et combinée à une distribution hors pair, on aime!

La création sera jouée jusqu’au 16 octobre prochain au Théâtre du Rideau Vert.

Commentaires des artistes et coulisses du spectacle se trouvent dans la vidéo ci-dessous :

Plus de renseignements sur : www.rideauvert.qc.ca/2010-2011/Vassa.php

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon