Semaine noire pour les enchères d'art d'automne à New York

Catégories:

Semaine noire pour les enchères d'art de l'automne à New York, où l'action de Sotheby's a chuté de façon spectaculaire de 38% jeudi, après que plusieurs lots dont un Van Gogh n'eurent pas trouvé preneur.

Les deux grandes salles des ventes, Sotheby's et Christie's, habituées ces dernières années à battre record sur record, avaient rivalisé de chiffres avant l'ouverture de cette saison.

Les collectionneurs se voient proposer quelques chefs d'oeuvre de l'art impressionniste ou contemporain: Picasso, Matisse, Gauguin ou Van Gogh pour la première semaine, Andy Warhol, Jeff Koons, Mark Rothko ou Francis Bacon pour la deuxième, qui commence lundi prochain.

La soirée de mardi chez Christie's s'est plutôt bien passée, un Matisse, "L'Odalisque, harmonie bleue", a même été adjugé pour 33,6 millions de dollars, 10 millions au dessus des estimations.

Le choc est arrivé mercredi soir chez Sotheby's, alimentant immédiatement les spéculations sur un lien entre la crise des crédits hypothécaires, les ennuis de certaines banques américaines, et la désaffection subite des acheteurs.

Même si l'émergence de nouveaux riches en Russie, en Asie ou en Amérique latine a vu s'élargir l'éventail des collectionneurs, les acheteurs restent toujours à près de 50% américains, soulignait cette semaine le New York Times.

Plusieurs lots n'ont pas trouvé preneur, notamment un tableau peint par Vincent Van Gogh une semaine avant son suicide, "Les champs (champs de blé)", considéré par les experts comme une oeuvre mineure de l'artiste. Sotheby's en attendait jusqu'à 35 millions de dollars.

Le lendemain, le marché très nerveux ces dernières semaines a réagi à la morosité ambiante, et l'action Sotheby's a chuté de manière spectaculaire de 38% en clôture.

Il est plus difficile de connaître la santé de la maison concurrente Christie's. Passée dans le giron du milliardaire français François Pinault, ses résultats sont intégrés dans le bilan consolidé du groupe.

Mais chez Sotheby's, le PDG Bill Ruprecht a tenu à minimiser la crise. "Le marché montre une force considérable depuis le début de la saison d'automne, et nous restons confiants pour la fin de l'année", a-t-il dit dans un communiqué publié vendredi. Sotheby's réduit ses pertes nettes de près de 10 millions de dollars pour le 3e trimestre 2007 par rapport à la même période en 2006, passant de 30,7 à 20,9 millions de pertes, souligne-t-il.

Durant cette première semaine, Sotheby's a vendu des lots pour un total de 269,7 millions de dollars, un montant nettement inférieur aux 355,6 millions minimum attendus par la salle des ventes.
"Les enchères, par nature, sont imprévisibles", estime M. Ruprecht.

"Je ne pense pas que les marchés financiers nous aient aidés, mais on ne doit pas tout attribuer à cela", poursuit-il. "Quelques-unes de nos estimations étaient trop ambitieuses", reconnaît Bill Ruprecht, qui a admis que Sotheby's s'attendait à vendre le Van Gogh. "Trois acheteurs avaient même fait le voyage pour acheter cette toile, mais ils ont changé d'avis pour des raisons que j'ignore", dit-il.

La semaine prochaine sera décisive pour le bilan des ventes d'art à New York à l'automne 2007, au moment où les craintes que la crise financière se propage à l'ensemble de l'économie se précisent.

Elle est consacrée aux ventes d'art contemporain, avec des artistes qui avaient battu des records lors des dernières ventes de printemps. Une oeuvre de Mark Rothko avait ainsi atteint 72,8 millions de dollars, et un Andy Warhol 71,7 millions.

Source: AFP

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon