Saison 2008-2009 du Théâtre français - Wajdi Mouawad - Nous sommes en guerre

Catégories:

========================================
SAISON 2008-2009 DU THÉÂTRE FRANÇAIS
========================================
Du 24 au 27 septembre 2008 au Studio
MANIFESTE!
Direction et mise en scène de Gary Boudreault
Avec Martine Beaulne, Vincent Bilodeau, Alexis Martin et des invités spéciaux Afin de souligner en cette année 2008 les anniversaires de quelques prises de position influentes de notre histoire, telles que le Manifeste du parti communiste (1848), le Refus global (1948) et Mai 68, le Théâtre français propose quatre soirées distinctes qui, de façon virulente et festive, rendent hommage à d’importants manifestes d’hier et d’aujourd’hui. Quatre manifestations où la prise de parole est loi, ici, en plein coeur d’Ottawa, capitale nationale du Canada. Prenant d’assaut la scène du Studio, une troupe de comédiens, accompagnée de musiciens, livre haut et fort des extraits du Manifeste du futurisme de Marinetti, des fragments du Manifeste du Front de libération du Québec, des passages du Nishastanan Nitasinan du Conseil Attikamek-Montagnais… et bien d’autres encore. L’objectif : démontrer avec urgence, poing levé, projections vidéo et musique live à l’appui, que le théâtre est encore un lieu d’être ensemble.

Idéation et recherche : Wajdi Mouawad, Guy Warin + Musique : Michel F. Côté + Bernard Falaise + Vidéo : Yves Labelle + Éclairages : Guillaume Houët-Brisebois / / / Production : Théâtre français du Centre national des Arts

+ + +
Du 14 au 18 octobre 2008 au Théâtre
SEULS
Texte, mise en scène et interprétation de Wajdi Mouawad
Le théâtre de Wajdi Mouawad, porté par des personnages meurtris mais déterminés, raconte le monde et le déploie en remontant aux sources des fêlures humaines, familiales, historiques. Après les vastes fresques Incendies et Forêts faites de bruit et de fureur, mais aussi de calme et de beauté, le directeur artistique du Théâtre français nous arrive avec une création solo, un spectacle à la fois intime et polyphonique naviguant entre conscience et inconscience, où se côtoient parole et performance. Ici, nous sommes seuls, ensemble, avec lui. Lui, c’est Harwan. Il vit à Montréal et prépare une thèse sur Robert Lepage. Il tourne en rond dans son appartement pendant que dehors la neige tombe. Il veut rencontrer Robert Lepage, qui monte à Saint-Pétersbourg un nouveau spectacle. Mais le téléphone ne cesse de sonner.

Dramaturgie et écriture thèse : Charlotte Farcet + Collaboration artistique : François Ismert + Assistance à la mise en scène : Alain Roy + Scénographie : Emmanuel Clolus + Éclairages : Éric Champoux + Costumes : Isabelle Larivière + Réalisation sonore : Michel Maurer + Musique originale : Michael Jon Fink + Réalisation vidéo : Dominique Daviet + Direction technique :Laurent Copeaux + Régie générale : Jean Fortunato + Direction de production : Anne Lorraine Vigouroux / / / Production : Au carré de l’hypoténuse, compagnie de création + Production déléguée : Espace Malraux, Scène Nationale de Chambéry et de la Savoie + En coproduction : Le Grand T, scène conventionnée Loire-Atlantique, Théâtre 71, Scène Nationale de Malakoff, Comédie de Clermont-Ferrand, scène nationale, Théâtre National de Toulouse, Midi-Pyrénées, Théâtre d’Aujourd’hui

+ + +
Saison 2008-2009
du Théâtre français

Du 29 octobre au 1er novembre 2008 au Studio
OH LES BEAUX JOURS
De Samuel Beckett
Mise en scène d’André Brassard
Avec Andrée Lachapelle et Roger La Rue

Voici Winnie, sous la lumière crue d’un espace désertique, enfoncée jusqu’à la poitrine dans un mamelon de sable, qui s’abrite de son ombrelle, bavarde, chantonne, égrène ses souvenirs, ses petits malheurs, répète inlassablement les mêmes petits gestes du quotidien…

Même si ses souvenirs s’effritent et son Willie de mari lui répond quand ça lui chante, elle se réjouit de pouvoir vivre encore d’aussi belles journées. Heureuse, la Winnie? Heureux, nous le sommes, de la retrouver sous les traits d’Andrée Lachapelle. Heureux, aussi, de savoir qu’elle est dirigée par un maître de théâtre : André Brassard.

Assistance à la mise en scène : Geneviève Lagacé + Décor et accessoires : Geneviève Lizotte + Costumes : Ginette Noiseux + Lumières : Éric Champoux + Musique : Michel Smith + Maquillages et coiffures : Angelo Barsetti / / / Production : Espace Go

+ + +
Les 7 et 8 novembre 2008 au Studio
AU MOMENT DE SA DISPARITION
De Jean-Frédéric Messier
Mise en scène de Benoît Vermeulen
Avec Christine Beaulieu, Michel Bérubé et Christian Grenier
Le cerveau de JF semble « constamment agité par une multitude d’autoroutes de l’information ». Son jeune frère Dave pense qu’à force de ne pas trouver de réponses à ses questions, il a décidé de les chercher ailleurs. Avec son amie Soyal, JF entreprend de traverser les États-Unis. Puis, un jour, dans le désert de l’Arizona, il disparaît... Derrière lui, il ne laisse que des vidéocassettes, des morceaux de sa réalité qu’il avait capturée « comme pour s’assurer qu’elle existait vraiment ». En suivant la trace des personnages, à la façon d’un road movie, Au moment de sa disparition part en quête d’un territoire autre, à la rencontre de cet autre que nous sommes.
Assistance à la mise en scène : Sonia Bélanger, Nicolas Rollin + Décor, costumes et maquettes : Raymond Marius Boucher + Musique originale : Sylvain Scott + Éclairages : Mathieu Marcil + Vidéo : Benoît Prégent, Jean-Philippe Rossi + Maquillages : Angelo Barsetti + Direction technique et de production : Joanne Vézina / / / Production : Théâtre Le Clou

+ + +
Du 9 au 13 décembre 2008 au Théâtre
CYRANO DE BERGERAC
D’Edmond Rostand
Mise en scène de Marie Gignac
Avec Serge Bonin, Stéphane Caron, Éva Daigle, Hugues Frenette, Jonathan Gagnon, Denis Lamontagne, Maryse Lapierre, Éric Leblanc, Christian Michaud, Lucien Ratio, Ansie St-Martin et deux autres comédiens

« Nous sommes tous des Cyrano, lance Marie Gignac. Nous avons tous, quelque part, un nez qui nous gêne, une pudeur, un défaut, un complexe, qui, devant l’amour, ou devant certain désir de dire, de vivre, d’agir, nous condamne au silence. » Comme Rostand, elle a créé son propre Cyrano de Bergerac. Elle se l’est approprié, coupant dans le texte, faisant disparaître ou fusionnant quelques personnages, mais conservant – avant toutes choses – la facture de l’oeuvre : l’alexandrin. Puis elle a eu du pif, la Gignac, en offrant le rôle-titre à Hugues Frenette : portés par sa voix et par son corps, les vers crissent et claquent au vent.

Assistance à la mise en scène : Hélène Rheault + Scénographie : Michel Gauthier + Costumes : Virginie Leclerc + Éclairages : André Rioux + Musique : Stéphane Caron / / / Production : Théâtre du Trident

+ + +
Du 27 au 31 janvier 2009 au Théâtre
KRUM
De Hanokh Levin
Mise en scène de Krzysztof Warlikowski
Avec Stanisława Celińska / Małgorzata Rożniatowska, Małgorzata Hajewska-Krzysztofik, Miron Hakenbeck, Marek Kalita, Redbad Klijnstra, Paweł Kruszelnicki, Zygmunt Malanowicz, Adam Nawojczyk, Maja Ostaszewska / Magdalena Cielecka, Jacek Poniedziałek, Anna Radwan-Gancarczyk, Danuta Stenka
La scène se situe dans un quartier populaire d’une ville non identifiée, qui pourrait se trouver n’importe où dans le monde. Les quelques spécimens d’humanité que l’on y croise n’ont jamais fait grand-chose pour en sortir. Question de tradition familiale, d’origine, d’éducation, de circonstances sociales ou de simple hasard. En tout cas, ils en sont convaincus, les destins dont ils portaient la promesse n’auront pas été pleinement accomplis; comme on dit, ils ne se seront pas pleinement « réalisés ». On se marie, on meurt; on reste là, englué dans une sorte de paralysie, tout en rêvant d’une vraie vie qui serait, c’est sûr, tellement meilleure, ailleurs… Krum (publié en français sous le titre de Kroum l’ectoplasme) est l’une des meilleures introductions qui soient à l’univers de l’homme de théâtre israélien Hanokh Levin.
Spectacle présenté en polonais avec surtitres français et anglais
Traduction du polonais : Jacek Poniedziałek + Scénographie : Małgorzata Szczęśniak + Lumières : Felice Ross+ Musique : Paweł Mykietyn + Film : Paweł Łoziński / / / Coproduction: TR Warszawa, Stary Teatr (Cracovie)
+ + +
Du 4 au 7 mars 2009 au Studio
JE VOUDRAIS ME DÉPOSER LA TÊTE
De Jonathan Harnois
Mise en scène de Claude Poissant
Avec Chantal Baril, Christian Baril, Sylvie de Morais Nogueira, Étienne Pilon, François Simon T. Poirier
« J’ai mis mes tripes sur la table, une table posée dans un champ, en plein air. Il a plu sur mes tripes et des fleurs ont poussé dedans… des mots, un roman », dit Jonathan Harnois, auteur de Je voudrais me déposer la tête. Derrière ce titre, il y a un récit, empreint de poésie, évoquant le désespoir d’un jeune homme de vingt ans, Ludo, atterré par le suicide de son meilleur ami, Félix. Claude Poissant en rêvait, et il l’a fait: transposer à la scène ce tout petit roman, une oeuvre de désarroi, de colère et de lucidité sur l’errance des sentiments, sur les tourments d’une jeunesse prisonnière de sa banlieue. De la rencontre entre le metteur en scène et l’auteur naît l’aventure d’une création, d’un spectacle.
Assistance à la mise en scène : Karine Lapierre + Scénographie : Romain Fabre + Conception sonore : Nicolas Basque + Éclairages : Erwann Bernard + Costumes : Caroline Poirier + Maquillages : Angelo Barsetti + Vidéo : Stefan Miljevik + Accessoires : Jasmine Catudal + Direction de production : Catherine La Frenière + Direction technique : Patrick Belzile / / / Production : Théâtre PàP
+ + +

Du 10 au 14 mars 2009 au Théâtre
LE DRAGON BLEU
De Robert Lepage et Marie Michaud
Mise en scène de Robert Lepage
Avec Tai Wei Foo, Robert Lepage et Marie Michaud
Le théâtre de Robert Lepage éveille en nous des mondes de songes. Chez lui, théâtre et technologie s’associent pour donner à voir la lumière des rêves, des souvenirs qui se cachent en chacun de nous. Ses personnages aiment les voyages et les rencontres avec l’autre… l’ailleurs. Pierre Lamontagne, ultime figure de La Trilogie des dragons, seul personnage lepagien ayant connu un exil permanent, refait ici surface, dans Le Dragon bleu. Il se retrouve dans une galerie d’art contemporain au coeur d’un quartier de Shanghai. Vient à sa rencontre Claire, une ancienne amie de l’École des beaux-arts, aujourd’hui directrice publicitaire attirée comme tant d’autres par la manne chinoise. Après retrouvailles et confrontations, ce passé commun leur permet d’ouvrir une porte inattendue sur l’avenir.

Assistance à la mise en scène : Félix Dagenais + Environnement sonore : Jean-Sébastien Côté + Scénographie : Michel Gauthier + Vidéo : David Leclerc + Éclairages : Louis-Xavier Gagnon-Lebrun + Costumes : François St-Aubin + Chorégraphie : Tai Wei Foo + Régie générale : Christian Garon + Direction de production : Julie Marie Bourgeois / / / Production : Ex Machina + En coproduction : Centre national des Arts, Théâtre du Trident, Théâtre du Nouveau Monde, La Comète, Scène Nationale de Châlons-en-Champagne, La Filature, Scène Nationale de Mulhouse, MC2: Maison de la Culture de Grenoble + Coprésentation : Théâtre français du CNA, NAC English Theatre

+ + +
Du 15 au 18 avril 2009 au Studio
L’INVISIBLE
Texte, mise en scène et interprétation de Marie Brassard
Marie Brassard, de création en création, s’emploie à matérialiser sur scène les désirs, les esprits et les corps qui se cachent et sommeillent en elle, transmuant la technologie en un moyen de faire résonner les voix multiples et secrètes de l’âme. Ce nouveau projet, divisé en deux parties, s’articule autour des thèmes de la disparition et de l’apparition, du double et de l’altérité, et prend sa source dans deux événements à première vue indépendants mais liés métaphoriquement.

D’un côté, la chute du mur de Berlin; de l’autre, le canular littéraire autour de JT Leroy, ce jeune écrivain américain marginal, personnage androgyne travesti créé de toutes pièces par un petit groupe de personnes. Si Marie Brassard a choisi d’intituler son spectacle L’Invisible, c’est à n’en pas douter dans le souci perpétuel de rendre visible l’invisible.
Composition musique et son (partie 1) : Alexander MacSween + Installation son et lumière (partie 2) : Mikko Hynninen + Scénographie : Simon Guilbault + Dramaturge invité : Daniel Canty + Direction technique : Richard Desrochers / / / Production : Infrarouge + En coproduction : Théâtre français du Centre national des Arts, Festival TransAmériques, La Bâtie - Festival de Genève, PuSh International, Performing Arts Festival (Vancouver), Wiener Festwochen (Vienne)

+ + +

CE SPECTACLE EST ANNULÉ!!!!!:

Du 26 au 30 mai 2009 au Théâtre
LE SOLEIL NI LA MORT NE PEUVENT SE REGARDER EN FACE
De Wajdi Mouawad
Mise en scène et scénographie de Dominique Pitoiset
Avec Nadia Fabrizio, Philippe Gouin, Nicolas Rossier et les marionnettistes Inka Arct et Patricia Christmann

Le metteur en scène Dominique Pitoiset, directeur du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, propose un voyage aux abords des rivages méditerranéens jusqu’aux cités de Delphes, Thèbes et Corinthe, patries des grandes figures de la mythologie grecque : OEdipe, Cadmos, Laïos… Pour servir cette épopée familiale, il s’appuie sur le souffle poétique de l’écriture de Wajdi Mouawad, à qui il a proposé de réinventer une Thébaïde de notre temps, sous forme « d’épopée flottante et de maharabata grec », à partir de ses propres interrogations. Mobilisant des techniques de représentation contrastées (théâtre d’ombres, projection d’images, jeux croisés de marionnettistes et de comédiens, dessins et illustrations réalisés en temps réel, piano en direct), Dominique Pitoiset nous révèle un théâtre multiple — visuel, sensoriel et musical.

Conception dessins animés et marionnettes : Kattrin Michel + Composition musicale : André Litolff + Assistance à la mise en scène : Noureddine El Ansari + Lumières : Christophe Pitoiset + Bruitages : Dominique Aubert + Son : Michel Maurer + Vidéo : David Dours + Costumes : Odile Béranger + Maquillages : Cécile Kretschmar + Conseil dramaturgique : Daniel Loayza + Conseil scénographique : Bertrand Nivelle + Chef plateau : Nicolas Brun + Accessoires : Marc Valladon, Marie Wild / / / Production : Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine + En coproduction : Théâtre de la Ville (Paris)

=============================
ENFANCE/JEUNESSE 2008-2009
=============================
Les 18 et 19 octobre 2008 au Studio pour les 3 à 8 ans
PETIT MONSTRE
De Jasmine Dubé
Mise en scène de Claude Poissant
Avec Stéphane Franche et Denys Lefebvre
Papa : c’est souvent le deuxième mot que l’on apprend et qui réjouit celui à qui il est destiné. Une relation d’égal à égal mais un duo père-fils désuni dans son décalage horaire. Très tôt, trop tôt, l’imaginaire du petit monstre prend le dessus : requins, zèbres et hérissons envahissent bientôt la maison. Le père endormi, et qui veut le rester, tente de déjouer la créativité mouvementée de son rejeton. Mais on n’oppose pas la raison à l’imagination si facilement. « Papapapapapapapapapapapa! » lancé un samedi matin à 6 h 25 réjouit moins celui à qui il est destiné!
Assistance à la mise en scène et régie : Jean Gaudreau + Scénographie et costumes : Linda Brunelle, Marc Senécal + Éclairages : Étienne Boucher + Musique : Sylvain Scott / / / Production : Théâtre Bouches Décousues

+ + +
Les 15 et 16 novembre 2008 au Studio pour les 8 ans et plus
LETTRES D’AMOUR DE 0 À 10
De Susie Morgenstern
Adaptation Stephan Castang et Christian Duchange
Mise en scène de Christian Duchange
Avec Anne Cuisenier et Bernard Daisey
Ernest a dix ans et mène une existence grise comme les cheveux de sa grand-mère Précieuse qui le garde. Il cohabite aussi avec une absence, celle de son père. Survient un jour dans sa classe la pétillante Victoire, avec son amour, ses quatorze frères, son chocolat et le mouvement incessant de ses idées et paroles. Avec elle, surgissent donc la couleur, la vie, et l’éveil d’une quête : découvrir ses origines, quitte à y déceler des secrets de famille trop longtemps enfouis. Toute cette aventure se déroule tel un véritable « cinéma à entendre », construit de paroles, de silences et de musique.

Lumières : Jean-Jacques Ignart + Costumes : Nathalie Martella + Dramaturgie musicale : Stephan Castang, assisté de Thomas Bart + Direction de production : Virginie Lonchamp / / / Production : Compagnie L’Artifice + Avec le soutien : Réseau Côté-Cour (Franche-Comté), Festival À pas conté (Dijon), Festival Mélimôme (Reims), DRAC de Bourgogne, Conseil Régional de Bourgogne, Ville de Dijon

+ + +
Le 28 février et le 1er mars 2009 au Studio pour les 3 à 7 ans
GARDE-ROBE
Texte et mise en scène de Joël da Silva
Avec Francis Colpron et Marie-Hélène da Silva

Un jour de lessive et de printemps, Pauline capture le vent et s’enferme avec lui dans sa garde-robe. Ensemble, ils réinventent les quatre saisons au gré des jeux et des vêtements. D’un souffle, le vent redonne vie aux choses inertes. Un monde alors se déploie, où les mots, les images et les sons évoquent en fines touches la saison de l’enfance, avec ses petites frayeurs et ses grandes promesses.
Direction artistique : Marie-Hélène da Silva + Direction musicale : Francis Colpron + Décor et costumes : Patrick Martel + Éclairages : Mathieu Ferdais / / / Production : Le Moulin à Musique+ En coproduction : Boréades de Montréal

+ + +
Les 28 et 29 mars 2009 au Studio pour les 6 ans et plus
LE PORTEUR
De Richard Lacroix, André Laliberté et Richard Morin
Mise en scène d’André Laliberté
Avec quatre marionnettistes

En allumant le ciel comme tous les soirs, Pierrot, le veilleur de nuit, décroche involontairement une étoile. Le petit Pretzel s’en aperçoit et la recueille aussitôt dans son grand panier. Mais que de péripéties pour la remettre à sa place! Afin d’y parvenir, Pretzel doit s’élancer sur un fil d’araignée, traverser le corridor du sommeil, plonger au fond de l’océan à la poursuite du poisson-perle et résister au charme du dompteur de bulles. Avec Le Porteur, triomphe mondial, le Théâtre de l’Oeil revient au CNA, où le spectacle a été créé en 1997. OEuvre phare dans le parcours de ce « théâtre d’images », cette fable sans paroles ne connaît pas de frontières.
Conception des marionnettes : Richard Morin + Conception des décors et accessoires : Richard Lacroix + Musique : Libert Subirana + Éclairages : Luc Désilets + Idéation et recherche : Guy Coderre, Jean Cummings, Richard Lacroix, André Laliberté, Richard Morin + Conseiller en mouvement : Sylvain Émard / / / Production : Théâtre de l’OEil

+ + +
Les 25 et 26 avril 2009 au studio pour les 7 ans et plus
UNE HISTOIRE POUR ÉDOUARD
De Lise Vaillancourt
Mise en scène d’Hélène Blanchard
Avec Maxime Perron, Sylvain Perron, Anouk Simard
Une histoire pour Édouard, c’est le titre de la pièce, celle qui devait être écrite pour Édouard, un enfant qu’un vieil indien maya a trouvé sous un arbre, mais qui n’a jamais été envoyée au directeur du théâtre. Vingt ans plus tard, Édouard se présente chez l’extravagante écrivaine Madeleine McFursen et réclame son dû. Elle l’incite à s’aventurer sur le territoire de la fiction afin d’aller chercher son histoire. Incrédule, il doit marcher sur le chemin sinueux des questions, rencontrer l’inimaginable et affronter les lutins de la peur. Semblant ou vérité? Qu’importe, nous sommes au théâtre, où l’illusion devient réelle et où les objets banals ne sont plus au service du quotidien mais à celui du récit.

Assistance à la mise en scène : Hélène Rheault + Scénographie : Erica Schmitz + Musique originale : Stéphane Caron + Éclairages : Sonoyo Nishikawa / / / Production : Théâtre des Confettis
+ + +

Les 23 et 24 mai 2009 au Studio pour les 3 à 8 ans
BAOBAB
Texte et mise en scène d’Hélène Ducharme
Il fait chaud, il fait beau : on vous accueille à bras ouverts. Un village. Un grand baobab millénaire. Des paniers de fèves, de riz et de couscous. Du rythme et des chants. L’Afrique. Avec son soleil, son sable, ses légendes et ses griots. Les instruments à percussion se transforment en animaux et les animaux en déesses ou en génies. Les fèves tombent du ciel dans un bruit de pluie. Des dessins dans le couscous réinventent le théâtre d’ombres. Soudain un oeuf roule le long du tronc du baobab et tombe par terre. Une petite main humaine en sort, puis une deuxième et enfin la tête d’un petit garçon. Voici l’histoire de « l’enfant qui avait pour parent un village entier ».
Conseil dramaturgique : Hamadoun Kassogué + Manipulation des marionnettes : Jean Cummings , Sylvain Racine, Claude Rodrigue + Scénographie : Marcelle Hudon et Ismaïla Manga + Théâtre d’ombres : Marcelle Hudon, Hamadoun Kassogué + Musique : Aboulaye Coné + Nathalie Dussault + Lumières : Michel St-Amand + Distribution à communiquer / / / Production : Théâtre Motus

***

Le Théâtre français a aussi renouvelé complètement sa section dans le site Internet du CNA. Vous pouvez y télécharger notre programme de saison de même que les photos des spectacles qui seront à l’affiche au cours de la saison 2008-2009. Il est possible également d’y consulter une section entière consacrée à Wajdi Mouawad et, parmi d’autres nouveautés, de lire son blogue.

http://www.nac-cna.ca/tf

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon