The Roots au Métropolis le 30 juin 2010, Hip Hop total

Début de l'événement: 

30 juillet 2010 - 00:00
Catégories:

J'avoue avoir été un peu sceptique en lisant le descriptif avancé par le Festival international de Jazz de Montréal concernant le concert de The Roots, présenté ni plus ni moins comme ''le meilleur groupe de Hip Hop sur Terre''. Après avoir assisté à deux heures de spectacle de la formation au Métropolis hier soir, force est de constater que cette bande de joyeux drilles manie son art à la perfection.

Métropolis bondé. Ambiance surchauffée. Tout commence à 21h précises par l'entrée sur scène d'un soubassophone dans la pénombre. Puis c'est l'enchaînement avec le flow caractéristique du leader de la formation Black Thought qui annonce du même coup l'entrée en scène du reste du groupe : ''The Roots from Philadelpia'' mesdames et messieurs.

S'ensuit un long crescendo appuyé par des vidéos kaléidoscopiques projetées sur six écrans qui appuient l'entrée en scène des musiciens. Percussions, batterie, guitare basse, guitare électrique, claviers et chant investissent désormais les lieux. Pour ceux qui s'attendaient peut-être à de la boîte à rythme et à de l'échantillonneur, il semble que cet orchestre-là va nous la jouer live ce soir. C'est d'ailleurs, paraît-il, sa marque de fabrique.

Le guitariste entame du reste ses premières cocottes de guitare et un groove funky enchaîne dans la foulée. La sauce commence à monter et la foule se réveille. Après dix premières minutes de folie, tout s'arrête. Tous les musiciens, à l'exception du chanteur, restent figés sur scène. Ambiance Musée de Madame Tussauds garantie. L'effet n'est pas nouveau mais le public apprécie. On enchaîne avec un deuxième morceau aux chœurs plutôt FM, mais le troisième morceau ne fait pas dans la dentelle, montrant du coup le visage attendu de The Roots. Here I come un des morceaux phares de l'album Game Theory fait monter le public un cran plus haut. La basse gronde, les murs du Métropolis tremblent et les musiciens commencent à sauter sur scène, nous ramenant à la grande époque funk fusion des Red Hot Chili Peppers. Puis le batteur Questlove enchaîne avec la rythmique de We will rock you pendant que le chanteur envoie un gros ''Clap your hands louder !'' aux spectateurs. Cette fois-ci c'est clair, The Roots vont tout donner.

Et ils donneront effectivement tout pendant l'heure et demi qui va suivre (baguettes et peaux de batterie comprises). Des Boeufs jazzy à la sauce walking bass, au solo de guitare d'anthologie, en passant par les courses poursuites sur scène, les chorégraphies à la Jackson 5 et le flow ininterrompu de Black Thought, on peut confirmer ici sans flagornerie que la réputation de The Roots sur scène est loin d'être exagérée.

(Texte : Bertrand Breuque - 1er juillet 2010)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon