Rockfest 2015: une fête musicale légendaire

Image

La 10e édition du Amnesia Rockfest de Montebello vient de prendre fin après une fin de semaine de fête et de spectacles divers pour les festivaliers. Pendant quatre jours, le petit village de Montebello s’est transformé en un véritable party légendaire accueillant plus de 200 000 personnes de partout dans le monde. La grosseur démesurée de l’événement et son caractère très festif a certes posé bien des problèmes au comité d’organisation et a fait quelques mécontents, mais s’est, dans l’ensemble, bien déroulé.

La journée de jeudi était moins garnie de spectacles que vendredi et samedi, mais un nombre important de festivaliers était tout de même au rendez-vous. Après avoir installé leur tente et bagages sur le site de camping et pris quelques bières, plusieurs se sont dirigés vers les spectacles qui commençaient en soirée. Le groupe principal de la journée était la formation canadienne Propaghandi qui a livré un spectacle à saveur punk hardcore débordante d’énergie en fin de soirée. Par la suite, le groupe québécois Wake Up a interprété un spectacle hommage au groupe Rage Against the Machine qui a attiré un grand nombre de festivaliers. Les spectateurs se seraient crus devant la formation légendaire elle-même alors que tous ses plus grands succès furent joués avec assurance et talent.

Vendredi, une foule de groupes punk-rock se succédèrent toute la journée, au grand plaisir des festivaliers, toujours enjoués. Le groupe Goldfinger a livré une performance épatante en début d’après-midi tandis que Bad Religion a enflammé la foule avec ses plus grands succès provenant de sa dizaine d’album, en particulier la chanson « American Jesus » qui a fait « slammer » plusieurs spectateurs. En fin de soirée, le populaire groupe The Offspring a fait plaisir à ses fans en jouant son album le plus populaire, Americana, dans sa totalité, suivi de All I want, You’re Gonna Go Far, Kid, Come Out and Play et Self Esteem en rappel. L’attraction principale de la soirée, le groupe Linkin Park, a livré une performance incroyable en jonglant entre les styles musicaux, passant du rap au rock et à la musique électronique en interprétant leurs nombreux succès. Malheureusement, leurs chansons plus nouvelles à saveur « pop » n’ont pas plu à plusieurs spectateurs et le groupe a fini par interpréter ses succès-souvenirs come In the End, Numb ou alors Bleed it Out. Le spectacle-hommage de la soirée était dédié au groupe Green Day alors que des artistes de plusieurs groupes présents au Rockfest dont le chanteur de Goldfinger ont interprété l’album Dookie dans son entièreté.

Samedi, la dernière journée de spectacles a été marquée par plusieurs artistes incroyables qui ont une fois de plus enflammés les foules. Le groupe de ska punk Catch 22 a attiré un grand nombre de personnes pour un spectacle sur la petite scène en début d’après-midi, utilisant des cuivres pour ses mélodies entraînantes. Plus tard dans la journée, le renommé groupe punk Rancid a joué l’album à succès « And Out Comes the Wolves » au complet, qui contient notamment les chansons « Time Bomb » et « Ruby Soho » sans jamais perdre de leur énergie entraînante. Tout de suite après, le groupe québécois MAP a fait un retour fulgurant après huit ans sans spectacles, mais la foule n’était malheureusement pas très nombreuse. Par la suite, le rappeur Snoop Dogg, également présent au festival d’été de l’an dernier, est parvenu à faire lever une foule d’amateurs

de musique rock grâce à ses vieux succès et ses interactions entraînantes avec les spectateurs. Les gens qui se questionnaient sur la pertinence de sa présence au Rockfest ont été bien surpris! En soirée, le duo de rock satirique Tenacious D comportant les acteurs Jack Black et Kyle Bass ont livré une performance empreinte d’humour. Plus tard, le groupe de heavy métal Slayer, présent au Heavy MTL de l’an dernier, a donné un spectacle semblable, enchaînant les riffs de guitare violents de leurs succès, malgré la voix du chanteur qui laissait un peu à désirer après toutes ces années.

L’attraction principale de la soirée, et même de la fin de semaine, était sans aucun doute la formation américaine dont les membres sont d’origine arménienne System of a Down. Plusieurs festivaliers étaient venus simplement pour voir ce groupe légendaire qui s’est séparé il y a plusieurs années et a recommencé à donner de rares prestations il y a peu de temps. Les fans avaient enfin la chance de voir leurs idoles performer en live, et ils ne furent pas déçus. La formation n’avait pas perdu de son talent ni de son énergie après toutes ces années sans lancer de nouvel album. Ils ont donné le plus long spectacle du festival, jouant 27 chansons pendant plus d’une heure et demie et enchaînant les pièces à succès. Alternant entre les morceaux de métal particulièrement agressifs qui faisaient hurler et slammer la foule comme BYOB, Sugar ou encore Deer Dance, et les morceaux plus calmes comme Lost in Hollywood ou la très populaire Lonely Day interprétée par le guitariste Daron Malakian. Serj Tankian, le chanteur principal du groupe, a passé par une gamme de sons exceptionnelle à la manière des chanteurs d’opéra en interprétant des succès des albums System of a Down, Toxicity, Mesmerize et Hypnotize. Mesmerize et Toxicity ont pratiquement été joués dans leur entièreté, au grand plaisir de la foule.

Malgré quelques problèmes avec l’organisation, entre autre un accès pénible au site de camping et aux stationnements et à un manque de douches promises aux campings VIP, et à certains incidents comme celui où un homme est tombé en bas de la grande roue, le 10e anniversaire du Amnesia Rockfest restera gravé dans la mémoire des festivaliers comme l’une des meilleures fin de semaines de l’année. Vivement l’édition 2016!

Raphaël Baril