Reuters vend Factiva à Dow Jones

Catégories:

En marge de la publication de son chiffre d'affaires au troisième trimestre 2006, le britannique Reuters a annoncé ce matin la cession de sa participation de 50 % dans le capital de Factiva à Dow Jones, propriétaire du solde.

Le montant de la transaction est de 160 millions de dollars, dont 153 millions en numéraire et 7 millions en actions préférentielles Factiva.

L'opération est soumise aux accord d'usage et devrait être menée à terme d'ici la fin de l'année.

Factiva, fournisseur de contenu, a été fondé en 1999 par Reuters et Dow Jones.

Reuters Group attend une croissance proche de 6% en 2006

Reuters Group a annoncé s'attendre à une croissance annuelle de son chiffre d'affaires proche de la limite supérieure de sa fourchette de prévision de +5% à +6% après l'annonce de facturations au troisième trimestre légèrement supérieures aux attentes.

Le cours de l'action Reuters a toutefois reculé alors que les investisseurs espéraient une révision à la hausse de la prévision de croissance pour l'ensemble de l'exercice.

Reuters a aussi annoncé la cession de ses 50% dans Factiva, banque de données d'archives sur l'actualité fondée en 1999, à Dow Jones, avec qui il détenait cette coentreprise, pour un montant de 160 millions de dollars.

Le chiffre d'affaires du troisième trimestre est ressorti à 631 millions de livres (941 millions d'euros), en hausse de 4,6% à taux de change constants contre 611 millions un an plus tôt et 626 millions de livres attendus le consensus de dix analystes.

Des signes encourageants sur le déploiement du plan stratégique de croissance "Core Plus" et un trimestre marqué par des ventes nettes au plus haut de l'année expliquent le relèvement des perspectives de croissance du C.A. à taux de change constants à la limite supérieure de la fourchette de prévision de 5 à 6%.

"L'entreprise a vraiment trouvé son rythme", a déclaré Tom Glocer, le directeur général du groupe, lors d'une téléconférence avec des journalistes.

"Nous n'avons constaté aucun des signes du ralentissement estival traditionnel", a-t-il ajouté.

L'action Reuters a perdu jusqu'à 3% à la Bourse de Londres, touchant un plus bas en séance à 424 pence avant de se reprendre à 431,1/2 (-1,32%) à 10h GMT. Elle affiche une progression de près de 20% depuis la publication des résultats semestriels en juillet.

"Je pensais que Reuters aurait été un peu plus hésitant parce que le quatrième trimestre est toujours difficile. Mais ils sont confiants sur leur capacité à atteindre le haut de leur fourchette de prévision, ce qui montre bien que cela va mieux", a déclaré Paul Gooden, analyste chez ABN Amro.

"Il ne fait aucun doute que les choses sont reparties de l'avant", a-t-il ajouté.

Le plan "Core Plus", qui vise à dynamiser la croissance du chiffre d'affaires grâce à de nouveaux produits transactionnels et à des recettes additionnelles dans les médias, a apporté 8 millions de livres de C.A. supplémentaires sur le trimestre, soit 1,3% des 5,3% de croissance du chiffre d'affaires récurrent (à taux de change et périmètre constants) sur le trimestre, a précisé Reuters.

La croissance du chiffre d'affaires devrait ralentir au quatrième trimestre en raison d'un effet saisonnier sur certains projets et de la perte de certains clients Telerate au fur et à mesure de leur passage sur des produits Reuters, a prévenu David Gigson, directeur financier du groupe.

Tom Glocer a justifié la cession de la participation dans Factiva par la remise en cause du modèle économique de la consultation d'archives de presse par abonnement alors que des acteurs comme Google Inc développent des offres concurrentes gratuites sur internet.

"Je pense que c'est vraiment une question d'opportunité et de prix", a déclaré Tom Glocer, ajoutant que le prix de cession correspondait à 13 fois l'EBIT attendu de Factiva en 2006.

Dow Jones a fait valoir que le contrôle total de Factiva lui permettrait d'être moins dépendant des supports imprimés. Dow Jones versera par ailleurs 25 millions de dollars à Reuters au cours de trois ans et demi à venir dans le cadre d'accords existants.

Reuters a annoncé d'autre part la nomination d'un nouvel administrateur non exécutif, Nandan Nilekani, l'un des fondateurs et actuel dirigeant du numéro deux indien des services informatiques, Infosys Technologies.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire