Reuters envisage la fin de la baisse du chiffre d'affaires au 2e trimestre

LONDRES - Reuters Group fait état le 20 avril d'un recul de 1,4% de son chiffre d'affaires issu des ventes d'abonnements au premier trimestre et table pour le deuxième sur une variation proche de zéro.
Le chiffre d'affaires récurrent du groupe britannique d'information - qui exclut les acquisitions, les cessions d'actifs et les effets de changes - est légèrement meilleur qu'attendu, puisque les analystes tablaient en moyenne sur une baisse de 1,45% sur les trois premiers mois de l'année et de 0,36% pour le deuxième trimestre.
"L'évolution du chiffre d'affaires récurrent courant au deuxième trimestre devrait être proche de zéro", précise le groupe dans un communiqué.
Le chiffre d'affaires des abonnements, qui ressort à 530 millions de livres sterling (778 millions d'euros) pour les trois premiers mois de l'année, est l'indicateur le plus suivi par les analystes car il assure à Reuters des revenus récurrents. La quasi-totalité de ces revenus provient des ventes aux banques, sociétés de Bourses et gérants de fonds du monde entier.
Reuters comptabilise une vente dès la signature du contrat avec un nouveau client mais il ne commence à percevoir des revenus qu'à la mise en service des produits concernés, ce qui peut prendre entre un et trois mois.
La société souligne avoir enregistré "trois mois consécutifs d'évolution positive des ventes nettes pour la première fois depuis le premier trimestre 2001".
Elle ajoute que les discussions sur la vente de sa filiale à 62% Instinet Group se poursuivent. Différents médias ont évoqué ces derniers jours la possibilité d'une cession de la plateforme électronique de transactions au Nasdaq pour environ 1,8 milliard de dollars (1,38 milliard d'euros).
Reuters précise que sa part du marché des terminaux est restée stable en 2004 en terme de chiffre d'affaires. Il l'avait estimée pour 2003 à 37% en terme de chiffre d'affaires et à 38% en nombre d'écrans.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon