Rétrospective de Daina Ashbee à L’Usine C

Catégories

Début de l'événement

Image

Extrait du spectacle «Pour» de Daina Ashbee - Crédit photo: © Stephanie Paillet

L’Usine C, centre de création et de diffusion national et international, est heureuse de présenter du 19 au 24 octobre prochain une rétrospective de la jeune chorégraphe d’origine hollandaise et métis Daina Ashbee. En à peine quelques années, elle a percé mondialement avec des œuvres d’une puissance esthétique et symbolique renversante. Suite à la pièce Serpentine (en 2017 et reprise en 2019 dans Body Electric), et à la première nord-américaine de Laborious Song dans actoral.21, l’Usine C présentera ses pièces antérieures Unrelated (2014), Pour (2016) et When the ice melts, will we drink the water? (2016).
 
Daina Ashbee a imposé une écriture chorégraphique dont la force et la singularité ont été récompensées de maintes distinctions, dont plusieurs Prix de la danse de Montréal et un prix Bessie à New York. En tournée sur les continents européen et américain, son travail a été présenté à plus de cent reprises dans une douzaine de pays et dans les plus prestigieux festivals de danse et de création contemporaine (La Biennale de Venise, Oktoberdans, Montpellier Danse et la Munich Dance Biennale).

Pour

Pour s’inspire du cycle menstruel comme «point central de son intérêt tout au long du développement de son œuvre» détaille Daina Ashbee, cycle qui assaille le corps féminin et lui confère d’un même soulèvement le pouvoir de donner la vie. La performance explore la vulnérabilité des femmes autant que leur grande force et leur résilience. Il en résulte une étude chorégraphique empruntant au minimalisme et suscitant la stupéfaction.

Les 19 et 20 octobre 2021

When the ice melts, will we drink the water?

Une femme échouée au sol, sa nudité exposée à tous les regards, entame une danse d’agonie circulaire et répétitive, sorte de lutte à la fois persévérante et vaine pour sa survie. Centrée sur son bassin, cette rotation infinie invoque les cycles de vie, d’histoire, les cercles vicieux et vertueux, l’immuable et l’irréparable. When the ice melts, will we drink the water? explore à nouveau les zones d’ombre comme de lumière du corps féminin.

Les 21 et 22 octobre 2021

Unrelated

Première œuvre de Daina Ashbee publiquement dévoilée en 2014, Unrelated est un duo sombre sur la condition des femmes autochtones au Canada. Devoir de mémoire, de confrontation et de reconnaissance, la pièce dénonce les multiples abus et agressions subis historiquement et encore actuellement. Les corps agités de soubresauts, les regards évités et les gestes échangés par les interprètes font de Unrelated un manifeste en mouvement, dont la chorégraphe décrit les différents états comme autant de «couches, physiques et énergétiques».

Les 23 et 24 octobre 2021

Billetterie

Les billets pour la rétrospective de Daina Ashbee sont en quantités limitées… faites vite!

https://usine-c.tuxedobillet.com

La 25e saison de l’Usine C

Pour cette saison 2021-22 à l’Usine C, le public pourra aussi découvrir le spectacle Féministe pour Homme de Noémie de Lattre, adapté par Rébecca Déraspe, mis en scène par Alix Dufresne et mettant en vedette Sophie Cadieux, la pièce concert-gala-karaoké Awards du Collectif Tôle, Le Sacre du printemps, un chef-d’œuvre du répertoire de la Compagnie Marie Chouinard, Vernon Subutex 1 d’Angela Konrad d’après le roman culte de Virginie Despentes, Manque adapté du texte phare de Sarah Kane par Alexa-Jeanne Dubé et Patrick R. Lacharité, Intérieur de Maurice Maeterlinck mis en scène par Cédric Delorme-Bouchard, Violence de l’artiste pluridisciplinaire Marie Brassard, Seulement toi de la chorégraphe et interprète Anne Plamondon, Atteintes à sa vie de Martin Crimp dirigé par Philippe Cyr et The Rise of the BlingBling – La Genèse, spectacle événement du metteur en scène Philippe Boutin, de l’auteur Étienne Lepage et du chorégraphe Elon Höglund.

Une nouvelle exposition

Du 11 octobre au 5 novembre, le public pourra explorer la nouvelle exposition de Félix-Antoine Morin, Cartographies sonores / Sound mappings. Cette série de «cartographies sonores» fait référence au jeu de strates, d’évolution organique de sons imprimés en une multiplicité de signes purs et «musicalement graphiques». Les partitions créées se veulent également l’expression de l’intuition artistique de Félix-Antoine, où vibrent ensemble et en correspondance sensibilités musicales et recherches picturales. Cette exposition est présentée en collaboration avec le festival Akousma qui se tiendra à l’Usine C du 11 au 15 octobre prochain.

À propos de l’Usine C

Fondée en 1995 par la compagnie de recherche et création Carbone 14, l’Usine C a fait le choix précurseur d’offrir une programmation pluridisciplinaire nationale et internationale. Lieu phare de la création contemporaine à Montréal en théâtre, en danse, en musique et en arts médiatiques, elle accueille aussi des résidences d’artistes, organise des rencontres entre les créateurs et le public et propose des ateliers et classes de maître en collaboration avec différents organismes et établissements d’enseignement montréalais.

Pour plus d’informations :
https://usine-c.com

Crédit photo : © Stéphanie Paillet