Rapport sur la relève artistique au Québec

Catégories:

Un comité de réflexion de jeunes artistes et gestionnaires, mis sur pied par le Forum jeunesse de l’île de Montréal et le Conseil des Arts de Montréal, présente le rapport Le milieu culturel fait-il suffisamment de place à la relève? Ce comité s’est penché sur les conditions de création et de diffusion de la relève, ce comité résume ici les constatations et recommandations de ces danseurs, musiciens, circassiens, réalisateurs, artistes visuels et directeurs de programmation.

Montréal est une des villes canadiennes où l’on compte la plus grande concentration d’artistes. Et puisque le nombre d’étudiants en arts demeure élevé, cette situation ne devrait pas changer. Pourtant, le système de soutien des arts, en manque de financement, peine à intégrer la relève et leurs nouvelles propositions artistiques. Et tarde à prendre le beau risque qui accompagne ces nouveaux types de création.

Le comité a poussé sa réflexion sur trois enjeux principaux :
La diversité : La relève échappe aux formes artistiques établies. Elle ose des créations hybrides, pluridisciplinaires, parfois iconoclastes. Le cloisonnement entre les disciplines reflète mal cette réalité. Peu de lieux de diffusion sont spécialisés en formes émergentes. L’autoproduction devient trop souvent la seule diffusion possible.

Le partage : Comment accompagner la relève artistique? Comment faciliter la transition entre l’école et le milieu professionnel? Comment instaurer une passation des savoirs des artistes établis vers la relève?

Le financement : Par manque de financement, les artistes de la relève vivent et créent en mode gestion de crise. Les programmes publics, dont les critères misent sur le développement d’institutions stables et sur une organisation unique, n’arrivent pas à intégrer la relève. Et le financement privé ne leur est pas encore accessible. Les jeunes artistes ont dû empiéter sur des programmes de financement d’abord destiné aux entreprises.

Le comité de réflexion propose plusieurs recommandations, dont certaines très simples à mettre place pour intégrer l’innovation créatrice de la relève et son plein épanouissement. C’est le développement artistique durable qui est en jeu.

… outiller la relève artistique/ suite
Ce comité était formé par
Isabelle Courteau, poète, directrice de la Maison de la Poésie de Montréal
Sébastien Croteau, musicien, représentant de l’Association des petits lieux d’art et de spectacles
Geneviève Dupéré, assistante à la direction artistique du Cirque Éloize, alors représentante d’En Piste
Mathieu Gauvin, directeur général de l’Association des galeries d’art contemporain
Frédérick Gravel, danseur, chorégraphe, éclairagiste et membre fondateur de La 2e porte à gauche
David Lavoie, directeur du Théâtre de la Pire Espèce
Jarret Mann, réalisateur, fondateur des productions SPASM
France Perras, alors représentante d’En Piste
Guilaine Royer, assistante en arts de la scène, Montréal Arts Interculturels
Élisa Belhache, chargée de projet Outiller la relève artistique montréalaise
Et accompagné par
Christian O’Leary, directeur des communications du Conseil des Arts de Montréal
Gaétan Gosselin, directeur du développement, de l’action régionale et internationale du Conseil des Arts et des Lettres du Québec

Ces artistes et gestionnaires se sont réunis une dizaine de fois entre mars 2006 et mai 2007.

La réflexion Le milieu culturel fait-il suffisamment de place à la relève? s’est tenue dans le cadre du projet Outiller la relève artistique montréalaise 2005-2007 du Forum jeunesse de l’île de Montréal et du Conseil des arts de Montréal, en participation avec le Conseil des arts et des lettres du Québec.
En présentant sa propre évaluation du système culturel, Le milieu culturel fait-il suffisamment de place à la relève? vient s’ajouter aux constats présentés dans le Rapport du Comité relève et pratiques émergentes de Culture Montréal et à certaines conclusions des États Généraux du Théâtre.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon