«Qui veut la peau d’Antigone?» À la frontière du mythe et de la réalité contemporaine

Catégories

Début de l'événement

Image

Le Théâtre de la Sentinelle, compagnie de théâtre professionnelle francophone entièrement dirigée par des Afro-descendants, explore au Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 25 septembre prochain la tragédie grecque de Sophocle, Antigone. Chaque semaine et sous forme de monologue, une version originale est interprétée par l’un des confondateurs de cette compagnie : Tatiana Zinga Botao, Philippe Racine et Lyndz Dantiste, en utilisant plusieurs versions de cette tragédie ayant été présentées au fil des siècles, notamment celles de l’Allemand Bertolt Brecht ou du Français Jean Anouilh.

Antigone est déjà morte et nous conte les événements qui ont mené à sa fin précoce. Elle se dresse, seule, fière, fragile. Antigone l'insoumise. À la manière d'une conteuse africaine, un griot; cette Antigone engendre et transforme les mots en images, leur donne forme, mouvement et charme. Un univers où la parole et la musique sont source de vie. Ici, règne le merveilleux et le symbolique: c'est le conte d'Antigone. Tatiana Zinga Botao

J’ai justement eu le plaisir d’assister à la présentation de Tatiana Zinga Botao cette semaine. Dans un décor des plus sobres, une chaise placée à droite d’une scène dénudée d’un plafond tendu de cordes rouges, l’actrice évolue, interprétant tour à tour plusieurs rôles essentiels de cette œuvre reconstruite. Difficile d’être indifférent d’ailleurs à cette histoire d’une violence inouïe, extrêmement bien interprétée par l’artiste lors de ce long monologue aux multiples intonations.

Car avant toute chose, l’histoire d’Antigone est bien celle d’une injustice à plusieurs têtes qui prend sa source des méandres de la politique, du pouvoir et de la religion. Est-ce si différent aujourd’hui ? Ce combat, mené par cette femme d’exception, ne se répète-t-il pas sous d’autres formes contemporaines pour une multitude de communautés ?  

Nous avons un être qui incarne chaque personnage de la tragédie d'Antigone. Nous ne sommes ni dans le passé, ni dans le présent. Cette version évoque un besoin criant de faire valoir le combat d'Antigone contre les injustices. Ce besoin vient du fait qu’aujourd’hui, en 2021, nous subissons encore ses injustices et que, peu importe l'époque, elles refont surface et il faut nous battre pour ne plus les subir.  Il y a du français et du créole dans cette version.  C'est un retour aux sources, une version dénudée d’artifice. Lyndz Dantiste

Un appel au réveil que je vous invite à découvrir jusqu’au 25 septembre prochain à l’Espace Libre selon les horaires suivants :

Du 7 au 11 septembre : Tatiana Zinga Botao
Du 14 au 18 septembre : Philippe Racine
Du 21 au 25 septembre : Lyndz Dantiste

Pour plus de renseignements : https://espacelibre.qc.ca/evenement/qui-veut-la-peau-dantigone/  

Crédit photo : L’Espace Libre