Quand l’écriture s’inspire du suicide

L’Union nationale des écrivains du Québec participera à la Semaine nationale de prévention du suicide, le jeudi 10 février, à 17 h 30, en organisant une rencontre littéraire au Salon b -bibliocafé du complexe Alfred Dallaire Memoria (4231, boulevard Saint-Laurent, Montréal). Cette rencontre de la série « De la vie à l’écriture » sera animée par l’écrivaine et journaliste Réjane Bougé.`
Une table-ronde réunira trois écrivains inspirés par le thème du suicide : Maxime-Olivier Moutier (Marie-Hélène au mois de mars, Triptyque, 1999);
Maryse Pelletier (Une vie en éclats, La Courte échelle, 1997); et Jean-François Somain (Retrouver Jade, Soulières, 2003).
Maxime-Olivier Moutier livre le journal d’un jeune homme interné après avoir essayé de se suicider à la suite d’une peine d’amour. Le jeune protagoniste de Jean-François Somain rencontre, lors de sa tentative de suicide, un homme étrange qui, plutôt que de le sermonner, lui parle des diverses manières de mettre fin à ses jours. Maryse Pelletier se met dans la peau d’une adolescente qui veut se suicider pour rejoindre son ami qui a mis fin à ses jours. Un même thème mais trois tons, trois approches.
Comment divers aspects de la vie et, dans ce cas précis, de la pulsion de mort inspirent-ils un écrivain ? Comment un thème similaire est-il abordé différemment par des écrivains ? La littérature, tel un miroir, permet un recul. Elle devient parfois témoignage, moyen thérapeutique et réflexion sur la création littéraire comme outil de prévention.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon