Pop - Intensité et mélancolie à la Place de Arts avec The XX et Zola Jesus

Début de l'événement: 

02 octobre 2010 - 00:00
Catégories:

C'est dans une salle Wilfrid-Pelletier comble que THE XX revenait hier soir, après le National puis le Métropolis.

Nous étions assis confortablement, la tension montait, des teens surexcités couraient dans tous les sens et puis le temps s'est arrêté : le rideau noir frappé d'un X blanc est tombé et le show a commencé. Fidèles à eux-mêmes, Oliver Sim et Romy Madley Croft ont interprété avec brio une très large sélection de titres de leur excellentissime album éponyme dont "Islands" , "Crystalised" , "Shelter" et "VCR". Difficile de présenter un spectacle d'une heure lorsqu'on a sorti qu'un seul album à la durée inférieure à 40 minutes? Absolument pas, le groupe a revisité ses propres morceaux et nous a offert également leur reprise de "Teardrops" de Womack & Womack. La recette miracle n'a donc pas changé : une pop minimaliste et mélancolique soutenue par deux voix qui s'harmonisent à merveille. Jamie Smith, a toutefois poussé les beats un peu plus fort avec son sampler et sa boite à rythmes. Visuellement, la simplicité des jeux de lumières s'alliait parfaitement aux chansons et ont littéralement transformé la salle de théâtre. Pendant leur tournée de deux ans, le groupe aura donc connu une ascension fulgurante, la taille des salles de spectacle et le Mercury prize qu'ils ont reçu récemment pour le meilleur album en témoignent... Reconnus également pour leur grande timidité, les trois anglais ont tout de même remercié leur public à plusieurs reprises et lui a dit au revoir, car c'est le moment pour eux de prendre un break et qui sait... travailler de nouveaux morceaux? Merci pour ce moment magique, et bon retour à la maison!

Plus tôt dans la soirée, c'est l'artiste ZOLA JESUS qui ouvrait la cérémonie. Elle est omniprésente dans la blogosphère depuis début 2009 et c'est normal, elle n'arrête pas : la jeune Nika Roza est très prolifique et trouve le temps d'enchaîner les dates! Présentée comme la nouvelle Siouxie, la chanteuse aux allures de prêtresse gothique a déployé ses ailes noires et dévoilé sa toute nouvelle chevelure platine aux premiers arrivés. Formée au chant à travers l'opéra, Nika Roza nous a offert une interprétation poignante et langoureuse de tous les titres du très acclamé "Stridulum EP". Sa voix puissante a fait résonner (un peu trop pour certains) toutes les parois de la salle de spectacle et fait frissonner les plus ardents amateurs. Pour l'occasion, la ténébreuse s'est entourée de trois claviers et d'une batterie pour livrer une performance plus orchestrale qu'a l'habituel son lo-fi qui la caractérisait sur ses premiers disques. Belle évolution donc pour cette jeune diva qui a tout d'une grande, on espère qu'elle reviendra bientôt nous ensorceler!

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon