Plongée dans «Bodies», le 1er album du duo électro montréalais Fabrikate

Catégories

Image

Passionné par des compositions électroniques évoluées à l’ambiance rétro, Fabrikate perce avec une sonorité singulière inspirée du large spectre de l’ère digitale. Après une année riche en singles, en remix accrocheurs pour The Weeknd et en morceaux extraordinaires pour Armada Deep et The Bearded Man, le duo concoctait leur premier album complet, intitulé BODIES, qui sortira ce 13 mai sous l’étiquette montréalaise Kookoo Records.

Cet assemblage de 10 pistes se démarque par une fusion sophistiquée de sons et de styles, ce qui a permis au duo de démontrer leur passion ingénue pour des morceaux électroniques élaborés à partir d’arrangements alliant les techniques des débuts de la musique électronique et de la dance moderne. L’album s’imprègne de la rythmique des films d’action des années 80s, des sonorités synthétiques analogiques rétro et des performances vocales talentueuses mixant intelligemment des composantes house, synthwave et electronica, qui traversent l’album.

« Nous ne voulions pas vraiment nous en tenir à un seul genre musical; ce que vous entendez dans BODIES vient directement de nous. L’album reprend des éléments légendaires synthwave de Miami des années 80s, des sensations de la deep house analogique et des ambiances disco qui se sont d’une certaine manière mixés ensemble à la perfection », expliquent-ils.

BODIES recueille déjà un support international notable de DJ/producteurs tels que Diplo, Don Diablo, et Oliver Heldens. Notons entre autre: la piste d’ouverture éponyme, caractérisée d’une atmosphère riche; « Want You To Know », qui envoutera les pistes de danse; ainsi que les sonorités progressives et énergisantes de « Took A Long Time ». L’album, qui démontre la maitrise et le style raffiné de Fabrikate, se clôture en douceur avec « November », pièce mystique.

Depuis leur parution en décembre 2014 avec le remix « Often » de The Weeknd, le duo a exploré une variété d’influences avec des morceaux imprégnés de sons de la Deep House traditionnelle, rappelant la scène L.A. Bass House. Malgré leur succès émergeant, Fabrikate préserve son anonymat sur les podiums et devant les caméras, en se cachant derrière des masques minimalistes. En contraste avec l’esthétique vibrante dont sont teintés leurs vidéos, leur album et leur image, le duo reste stoïque et discret, le tout dans une ambiance légèrement mystique. Les artistes demeurent ainsi dans l’ombre pour ne laisser place qu’à leur musique. Ils donnent entièrement la parole à leur art qui peut alors prendre corps par lui-même.

http://www.wearefabrikate.com/