Plastic Bertrand publie un droit de réponse suite à ''l'affaire'' Ça plane pour moi...

Catégories:

Voici en intégralité le communiqué de presse publié aujourd'hui par les représentants de Plastic Bertrand en réponse aux attaques formulées récemment dans la presse par Mr Deprijk au sujet de la paternité des voix sur le célébrissime titre Ça plane pour moi...

Communiqué faisant suite aux affirmations de Mr Deprijk relayées dans la Presse.

1. Jamais ni la société MMD ni Plastic Bertrand en nom propre n’ont diligenté ou n’ont été cités, en Belgique, dans une procédure
judiciaire impliquant Mr De Prijck.

2. L’expertise sur laquelle repose les affirmations de Mr De Prijk n’a donc jamais été requise à la demande de Plastic Bertrand.
Cette expertise s’inscrirait dans le contexte d’un litige opposant la société AMC, propriétaire des bandes originales, à Mr De Prijk.
Plastic Bertrand est étranger à ce litige. A ce titre, il n’a aucun droit d’accès aux pièces versées au dossier judiciaire.

3. Toutefois, nous avons eu accès à ce rapport d’expertise. Celui-ci, outre d’autres considérations, précise uniquement que l’interprète du
titre « Ca Plane pour moi » devrait être « Cht’i ou Picard » sans identifier l’interprète.

4. En toute hypothèse, il y a lieu d’accueillir celui-ci avec les plus grandes réserves. A notre connaissance, aucune décision de justice ne
s’est, en effet, penchée sur ce rapport. Il y a lieu de rappeler que, dans un arrêt du 16 juin 2006, la Cour d’Appel de Bruxelles a clairement indiqué « que juridiquement seul Plastic Bertrand à la qualité d’artiste interprète de la chanson ‘Ca plane pour moi’ » (page 10 de l’arrêt).
Cette décision de Justice a force de chose jugée.

5. Nous précisons qu’en 1977, année de l’enregistrement du titre, Mr De Prijk était producteur artistique chez RKM Music. A ce titre, il avait seul la main mise sur le mixage final des bandes.

6. Enfin, nous rappelons également que Plastic Bertrand défend le titre depuis plus de trente ans tant à la télévision qu’en concert, et en voix directe.

7. Nous interprétons la dernière démarche de Mr De Prijck comme une tentative de prendre à son compte la gestion des contrats d’utilisation publicitaire du titre, au détriment de AMC, propriétaire des bandes originales, et de Plastic Bertrand.

(Source : Pierrette Broodthaers)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon