Pierre Lapointe, Seul au piano : Un retour aux sources pour mieux rejaillir

Catégories

Début de l'événement

Image

De projet en projet, Pierre Lapointe étonne par son éclectisme. Son dernier album, Seul au piano, marque cependant un retour aux sources pour le musicien qui compte déjà dix ans de carrière. Entretien avec un jeune virtuose qui se bat pour sortir du cadre.

Il y a dix ans…

Joint au téléphone, entre deux concerts, Pierre nous confie n’avoir pas été attiré par l’univers musical, dès le début, trouvant le domaine artistiquement trop restreint. Alors qu’il préparait une carrière de comédien à l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe, ses professeurs ont décelé chez lui une telle maturité musicale, qu’ils l’ont poussé à abandonner le théâtre au profit de la chanson.

Suivre leurs conseils s’est avéré plus profitable qu’il ne l’aurait cru. Arrivé au Festival international de la chanson de Granby 2001 avec seulement 6 chansons en poche, il a remporté le premier prix, le premier d’une longue série de récompenses qui perdure aujourd’hui encore.

« Si je n’avais pas eu cette reconnaissance constante qui m’a semblé incroyablement disproportionnée, je n’aurais probablement jamais pris le chemin de l’auteur-compositeur interprète. Je n’arrêtais pas de dire qu’être chanteur, c’est « plate ». J’avais envie de faire de l’art visuel, du théâtre, de l’expérimentation… La chanson pop c’est extrêmement restreint. Le gens se contentent de peu, alors que moi, j’ai envie de gros projets compliqués. Mais bon, un jour, j’ai arrêté de renier le talent que j’ai et j’ai foncé. Je me dis qu’il faut utiliser cette reconnaissance pour me bâtir la crédibilité nécessaire pour monter les projets fous dont j’ai envie! »

L’éclatement d’un parcours

Avec son premier album éponyme en 2004, on découvre Pierre le chansonnier, un poète à la plume envoûtante qui s’agence avec finesse à une mélodie déjà relativement classique. On pensait alors avoir affaire à un Brel des temps modernes.

Son deuxième opus, La forêt des mal-aimés, sorti en 2006, berne les spéculations quant à son étiquette : Pierre plonge sans complexe dans la pop-électronique, accompagné de vidéoclips aussi hallucinogènes qu’entrainants (ne pas regarder celui de Deux par deux rassemblés si vous êtes épileptiques!).

L’année suivante, devant un succès qui ne se dément pas, Pierre pousse l’expérimentation électronique plus loin en offrant 2x2, un mini-album dans lequel il présente ses œuvres remixés par Kid Koala, Ghislain Poirier, Jean-Phi Goncalves, Jérôme Minière, Jean Massicotte et Philippe Brault.

Puis, comme pour faire un énième pied de nez aux étiquettes, Pierre nous sert une version symphonique des ses œuvres, accompagné par l’Orchestre Métropolitain, en direct du spectacle de clôture des Francofolies de Montréal de 2007. Les chroniqueurs culturels sont déroutés et charmés à la fois.

Ces expériences, aussi gratifiantes soient-elles, n’arrivent pas à tarir la soif artistique du chanteur qui s’est bien vite mis à chercher du financement pour des projets à la limite du multidisciplinaire. Avec les spectacles Pépiphonique (2005) et Mutantek (2008) (endisqué sous le titre Sentiments Humains, en 2009), Pierre Lapointe démontre bien ce qu’il entend par « projets fous ».

« Je suis fier de convertir au théâtre expérimental des gens qui ne sont pas familiers avec l’art d’avant garde, qui ne sont parfois jamais allés dans un musée et qui ont simplement accroché sur une de mes chansons pop à la radio. Je suis fier de les emmener vers des expériences plus osées. »

Et d’autres projets, plus fous encore, sont à venir : Conte crépusculaires, par exemple, un tableau vivant d’une quarantaine de minutes, coécrit par Lapointe sera présenté du 4 au 7 mai prochain à l'UQAM de Montréal.

Seul au piano

Réalisant l’importance de la mise en scène théâtrale dans l’œuvre de Pierre Lapointe, on ne peut s’empêcher de se questionner sur le concept pour le moins minimaliste de Seul au piano.

« En dix ans de carrière, c’est vrai que j’en ai fait voir de toutes les couleurs à mes fans. Ça fait partie du show, du spectacle. Avec Seul au piano, un show plus intime, j’avais envie de les remercier de m’avoir suivi en leur offrant quelque chose de plus vrai, un côté plus authentique de moi. C’est un peu comme si je revisitais mon répertoire dans mon salon.»

En plus de ce côté vrai, on retient du spectacle son incroyable sens de l’humour. Malgré la dramaturgie de ses textes et la lourdeur de ses mélodies, c’est un véritable stand-up comique qui est monté sur les planches de l’Étoile de Brossard, hier soir.

Dans un style pince-sans-rire extrêmement efficace, il a rappelé au public paysan, le courage que ça lui a pris pour s’aventurer dans la cambrousse des régions extra-montréalaises. Devant une foule qui riait aux larmes, il a renchéri : « J’ignorais que l’électricité se rendait aussi loin! ».

Pour ce qui est de la musique, on la connaît et on l’aime déjà beaucoup. Gagne-t-elle en format solo-piano? Bien sûr, la formule minimaliste redonne aux textes la place centrale qui leur revient. Le retour aux sources du chanteur épure l’émotion et redonne aux chansons une authenticité qui manquait un peu sur les albums plus commerciaux de l’auteur.

La valeur du spectacle Seul au piano, ne réside pas tant dans une révolution du répertoire de Pierre Lapointe, mais bien dans le moment magique qu’il accepte de partager avec nous. Une chanson se démarque cependant. Moi, Elsie, une nouvelle chanson sur les paroles de Richard Desjardins, touchante, est un teaser alléchant de ce qui est encore à venir.

Si vous l’avez manqué en solo, vous aurez l’occasion de vous reprendre puisque Pierre Lapointe a l’intention de continuer cette formule un peu partout au Québec, jusqu'en décembre 2011.

Si par contre, c’est sa pluridisciplinarité qui vous fascine, ruez-vous sur les derniers billets disponibles de Conte crépusculaire car ils s'envolent très vite!

Finalement, Pierre Lapointe prendra la direction artistique du spectacle Initiales S.G., l'hommage à Serge Gainsbourg, le 15 juin prochain, dans le cadre des Francofolies de Montréal.

Pierre Lapointe "Le magnétisme des amants" from Audiogram on Vimeo.

http://www.pierrelapointe.com/