Petites confidences d’une utilisatrice d’Happn au Québec

Catégories

Image

L’application de rencontre géolocalisée qui fait fureur vient de franchir la barre des 12 millions d’usagers à travers le monde, soit 11 de plus que l’année dernière à la même époque. Happn fête la bonne nouvelle en intégrant une messagerie vocale pour donner toutes les chances à ses utilisateurs. Parmi ces 10 millions de jeunes célibataires, Émilie, 28 ans, nous raconte comment elle a trouvé l’amour :

« J’ai beau avoir une vie sociale importante, je me considère comme timide, je suis exigeante et comme je travaille dans l’événementiel, souvent le soir, j’ai parfois l’impression de manquer de temps. Ah oui, et j’étais célibataire depuis 3 ans. Pour autant, je n’avais jamais pensé à utiliser un site ou une application de rencontre, je pensais que c’était pour les autres. Puis je me suis laissé convaincre par mes copines, notamment par Claire qui file le parfait amour depuis 6 mois avec Ben, rencontré sur Happn et qui n’est autre que son voisin. Combien de fois je me suis retrouvée face à des beaux mecs sans oser faire le moindre mouvement lors de soirées organisées par ma boite? J’en déduis que c’est aussi pour des gens comme moi que cette application existe, non? L’inscription a duré 30 secondes chrono puis je me suis mise à étudier les visages qui défilaient devant mes yeux. Je lance des banalités à deux ou trois garçons mais c’est le profil de Thomas qui retient mon attention. Oui je le trouvais beau, mais surtout Happn m’indique que je le croisais régulièrement au bar du coin de ma rue et pas que, je découvre qu’il a aussi participé à des événements que j’avais organisé. Mon sujet de conversation me semble tout trouvé alors je me lance. Ce soir-là, nous avons chatté presque une heure, le temps de se rendre compte qu’on a fréquenté la même université, que nos habitudes de sortie sont plutôt similaires et qu’on a même des amis en commun. Une semaine après notre premier échange, il me laisse un message vocal, je suis surprise et tombe un peu plus sous son charme. Nous commençons à discuter de vive voix, l’échange est dynamique, Thomas me fait rire, je me jette à l’eau et lui propose d’aller boire un verre au fameux bar où l’on s’est croisé sans se voir. Le rendez-vous est pris deux jours après, je suis nerveuse, impatiente et en plus je trouve le moyen d’arriver en retard. Thomas m’attend et j’ai tout de suite la sensation de le connaître depuis toujours. Ma timidité disparait comme par magie ! On parle de musique, de cinéma et de la vie du quartier, je suis sous le charme… et j’ai l’impression que lui aussi. Trois heures plus tard, il me raccompagne en bas de chez moi en gentleman et m’embrasse sur le pas de la porte. C’était le 18 septembre dernier, depuis il ne s’est presque pas passé un jour sans que l’on se voit et nous sommes en train de planifier nos premières vacances.

Je n’avais pas d’a priori contre les applications ou les sites de rencontre mais je n’y croyais pas vraiment. En une utilisation, Happn m’a convaincu que l’amour est partout mais surtout pas très loin et que parfois, il ne manque qu’un petit coup de pouce pour forcer le destin.

(Contenu de marque)