«Paris au temps du postimpressionnisme: Signac et les Indépendants» au MBAM dès le 4 juillet

Catégories

Début de l'événement

Image

Exposition «Paris au temps du postimpressionnisme» au MBAM

Dès le 4 juillet 2020, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) vous convie à un voyage dans le Paris du tournant du XXe siècle en compagnie des plus grands maîtres du postimpressionnisme. Paris au temps du postimpressionnisme : Signac et les Indépendants présentera plus de 500 œuvres issues d'une collection privée d'exception, le plus important corpus d'œuvres signées Paul Signac, mais aussi Camille Pissarro, Berthe Morisot, Odilon Redon, Maximilien Luce, Théo Van Rysselberghe et Maurice Denis, entre autres. Les chefs-d'œuvre ici réunis prennent pour point de départ le premier Salon des Indépendants de 1884. Près d'une centaine de créations de Signac permettront d'approfondir les connaissances sur la quête d'harmonie chromatique et sociale de l'artiste, ainsi que sur d'autres mouvements nés dans les bouleversements de l'époque, tels que le symbolisme, le nabisme, le fauvisme et le cubisme.
 
Les visiteurs pourront acheter leurs billets en ligne dès le 22 juin à mbam.qc.ca/fr/billetterie

Une grande exposition à voir au Musée des beaux-arts de Montréal dès le 4 juillet 2020
Pavillon Jean-Noël Desmarais – niveau 3
Du 4 juillet au 15 novembre 2020

Plus de 500 œuvres issues d'une collection privée d'exception

Paris, 1900 : une révolution s'engage au temps de la Belle Époque. « L'art pour tous! », clament les artistes qui exposent au Salon des Indépendants sans jury ni récompense. Cofondateur de ce salon, Paul Signac s'impose comme le théoricien des néo-impressionnistes, les « impressionnistes dits scientifiques ». Inspiré par les théories chromatiques de Charles Henry, d'Ogden Rood et de Michel-Eugène Chevreul, il divise la couleur en taches pures et serrées sur la toile pour que la forme surgisse du mélange optique. Avec cette technique « divisionniste », il ambitionne un art total entre le paradis perdu de l'âge d'or et l'utopie sociale. Il défend une peinture positiviste, promoteur d'une modernité technique et politique. Ses compagnons répandent la théorie divisionniste comme une traînée de poudre de Paris à Bruxelles : les « néos » exaltent les lendemains qui chantent. À l'époque de l'affaire Dreyfus, Signac pose en intellectuel engagé, sous la plume de critiques tels que Fénéon.
 
Découvrez un corpus grandiose de peintures et d'œuvres graphiques de Signac et des avant-gardes : des impressionnistes (Degas, Monet, Morisot, Pissarro) aux fauves (Dufy, Friesz, Marquet), en passant par les symbolistes (Gauguin, Redon), les nabis (Bonnard, Denis, Lacombe, Sérusier, Ranson, Vallotton), les témoins de la vie parisienne (Anquetin, Ibels, Picasso, Steinlen, Toulouse-Lautrec) et surtout les néo-impressionnistes (Cross, Luce, Seurat, Van Rysselberghe).

Publication scientifique

Un catalogue publié en français et en anglais par les Éditions scientifiques du MBAM en collaboration avec les Éditions Hazan, Paris, et réunissant les résultats de recherches et essais scientifiques d'experts du postimpressionnisme accompagnera l'exposition. On y retrouve des textes de Mark Antliff, Nathalie Bondil, Charlotte Hellmann, Mary-Dailey Desmarais, Claire Denis, Phillip Dennis Cate, Marina Ferretti Bocquillon, Gilles Genty, Hilliard T. Goldfarb, Anne Grace, Jean-David Jumeau-Lafond, Patricia Leighten, Katia Poletti, Véronique Serrano, Nicole Tamburini, Belinda Thomson et Richard Thomson.

Crédits et commissariat

Une exposition organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal sous la direction de Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef, MBAM.
 
Le commissariat est assuré par Gilles Genty, commissaire invité, et Mary-Dailey Desmarais, conservatrice de l'art moderne et contemporain international, MBAM.