Parfois dans la vie, les chosent changent...et une nouvelle histoire se crée: la Bande Artistique

Catégories

Image

Ce spectacle d’art clownesque, présenté comme «work in progress», au festival «Complètement Cirque» et pour une première fois à la TOHU le 14-15 et 16 avril dernier, fut réalisé par la Bande Artistique, composé du jongleur Émile Carey et de la comédienne et cantatrice, Marie-Claude Chamberland. Ce duo et couple en mettent plein la vue aux petits et grands dans ce numéro sans dessus-dessous, que les personnages aux caractères opposés et aux talents disparates, tentent de nous livrer maladroitement.

Jonglerie, opéra, danses, musiques, lévitation, blagues, jeux de mots, chicanes et beaucoup de dégâts composent ce spectacle absurde qui se termine sur une scène apocalyptique révélant tout un bordel. Une tronçonneuse, des billes, des balles, des chaises, des rideaux, une façade de chapiteau à la renverse, l’éclairage se balançant dans le vide; tout ces éléments font parties du décor chaotique reflétant ce numéro. Disons que les auteurs de cette pièce clownesque ont très bien orchestré le désastre!

L’idée de ce spectacle vient de leurs intérêts commun pour l’art clownesque et de leur désir de composer un numéro ensemble. Mais quel type de numéro une chanteuse d’opéra et un jongleur peuvent créer? Il ne peut qu’en résulter une pièce absurde où deux personnages inspirés d’une réalité exagérée tentent de nous faire rire par leurs numéros loufoques, assez traditionnels, sauf pour l’exécution totalement maladroite donnant le ton et le charme à la pièce.

Le personnage de la cantatrice jouant le rôle dominant, s’exaspère de son mari qui exécute mal ces tours, alors que celle-ci s’emporte dans les blagues et jeux de mots qui n’en finissent plus, où elle parle de n’importe quoi comme des poils des hommes et cite : «Les femmes aiment les hommes à poils» Puis sur le fait qu’elle est blonde : « Pour être moins niaiseuse, je me couche plus souvent.». Alors qu’Émile, d’un air piteux se laisse mener par sa belle et essai malhabilement de bien faire, de ramasser les dégâts et de se rattraper dans ses numéros. Malgré leur mésentente, ils réussissent à s’unir et exécuter des numéros génial et tordant comme lorsqu’ils ont joué les «Cloches de Pachelbel» à l’aide de clochettes disposées sur leur corps.

Bref, ce sont ces petits moments absurdes qui donne toute la richesse au spectacle et qui surtout, nous donne le fou rire! Deux personnages bizarrement compatibles formés d’un couple loufoque passionné par le jeu et le rire ont réuni leurs arts dans le but de nous réunir à notre tour et de nous prodiguer le rire par leur spectacle s’inspirant des absurdités de la vie et du fait que : «Parfois dans la vie, les choses changent».