Palmarès 2014 des bibliothèques municipales : 31% des livres en français sont québécois

Catégories

Une étude des plus récentes données de StatBib révèle que le livre québécois représente seulement 31% des livres de langue française disponibles dans les bibliothèques municipales du Québec.

Municipalités de 5000 habitants et plus : 35%

Le livre québécois compte pour 35% des 138 bibliothèques publiques autonomes du Québec (bibliothèques desservant les municipalités de 5000 habitants et plus). La littérature française d’origine étrangère s’élève donc à 65% de tous les livres en français offerts dans ces bibliothèques. Ainsi, une part importante des subventions gouvernementales versées à ces bibliothèques servent à l’achat de livres en français étrangers au détriment du livre québécois.

Seulement 12 de ces bibliothèques comptent 50% et plus de livres québécois dans leurs répertoires de livres en français. En tête de liste du palmarès, la bibliothèque municipale de Sainte-Anne-des-Monts en Gaspésie avec 67% de livres québécois, suivie par Chertsey (64%), Waterloo (63%), Westmount (62%) (SB), St-Jacques (57%), Sainte-Sophie (54%), Mont-Joli (53%), Bécancour (52%), L’Île Perrot (51%), Baie-D’Urfé (50%) (SB), Sainte-Adèle (50%) et Saint-Amable (50%). Fait à noter, la présence de deux municipalités à majorité anglophone (statut bilingue) parmi les 12 premières bibliothèques avec la meilleure offre de livres québécois.

En queue de peloton avec seulement 25% de livres québécois sur l’ensemble des livres en français : Victoriaville, Dorval (SB), Alma et Sherbrooke, suivi de Mont-Royal (SB) et Côte-Saint-Luc (SB) (26%), Rouyn-Noranda, Rimouski, Belœil et Kirkland (SB) (29%). Dans toutes les bibliothèques, certaines dans des villes francophones phares du Québec, le livre québécois pèse pour moins de 30% de l’offre de livres en français.

Le livre québécois fait également piètre figure dans les bibliothèques des cinq plus grandes villes du Québec : Montréal (30%), Québec (33%) et Laval (37%), Gatineau (35%) et Longueuil (38%).

Municipalités de moins de 5000 habitants : 27 %

Le livre québécois représente 27% de l’ensemble des livres en français dans les 734 bibliothèques des municipalités de moins de 5000 habitants. Elles sont affiliées aux Centres régionaux de services aux bibliothèques publiques (CRSBP, aussi appelés Réseau Biblio). La meilleure offre de livres québécois revient au centre régional du Saguenay-Lac-St-Jean (45%) suivi de celui de la Côte-Nord (43%). La pire offre de livres québécois se retrouve au centre régional de l’Estrie (15%), suivi de celui de Centre-du-Québec, de Lanaudière et de la Mauricie (20%) et de celui de la Montérégie (22%).
Aide financière gouvernementale

En 2012-2013, le gouvernement du Québec a versé près de 5 millions de dollars dans le cadre de son programme pour le développement des collections des bibliothèques publiques autonomes en 2012-2013. Pour sa part, la Ville de Montréal recevra 9 millions de dollars pour le développement des collections de ses bibliothèques dans le cadre de l’Entente culturelle 2012-2015. Québec n’impose aucune contrainte aux 3500 bibliothèques québécoises quant au développement de leurs collections de livres québécois. Nos bibliothécaires sont entièrement libres dans leurs choix des titres. Aussi, aucun des indicateurs de performance des bibliothèques n’est lié au fonds de livres québécois. Dans ce libre marché impliquant au total 3500 bibliothèques, la moyenne des ventes par titre des quelque 4000 nouveautés québécoises par an atteint difficilement les 300 exemplaires vendus. Cette moyenne grimperait radicalement si les bibliothèques subventionnées se donnaient pour objectif ou étaient obligées de privilégier le livre québécois.

Source :
http://coopappuilivres.wordpress.com/2014/06/08/palmares-2014-des-bibli…