Ouverture de la 16ème saison de Danse Danse avec la pièce coup de poing de Maguy Marin : Salves

Catégories

Début de l'événement

Image

Danse Danse inaugurait hier soir sa nouvelle saison avec Salves de Maguy Marin, grande dame de la danse contemporaine française.
De retour après 6 ans d’absence (elle ouvrait le festival Transamériques en 2007), Maguy Marin présente à Montréal son plus récent spectacle, créé en 2010 à la Biennale de la danse de Lyon et déjà largement salué par la critique outre-atlantique. Une œuvre-maîtresse de la dernière décennie en France.
Figure emblématique de la danse engagée, Maguy Marin chorégraphie ici nos chaos personnels et collectifs. Croisement entre danse et théâtre, mêlant tragédie et humour, elle dresse le portrait de nos sociétés actuelles et passe au scanner, à une allure déconcertante, les événements qui ont marqué le siècle dernier. Sous une lumière stroboscopique, les danseurs jettent, balancent, renversent, cassent, recollent… Autant de flashs qui résonnent en nous comme des électrochocs. « On est happé par ce ballet millimétré où chaque danseur devient presque un technicien » précise Clothilde Cardinal, co-directrice de Danse Danse.
Portant un regard à la fois politique et poétique sur le XXème siècle, multipliant sans cesse les clins d’œil aux symboles religieux ou aux références artistiques (Fellini, Elvis Presley, Goya, Delacroix ou encore Picasso), Maguy Marin nous bombarde, nous réveille, nous interpelle. Quels sont les enjeux actuels, quel est notre rôle dans cette société ? Le message est clair : il y a urgence à prendre notre destin en main. Ce chaos, dans lequel les sept interprètes courent plus qu'ils ne dansent, se déroule dans une semi obscurité, comme symbole du seul endroit dans lequel résiderait l’espoir ? Le tableau sur scène sur lequel est inscrit « Quand on a de la merde jusqu’au cou, il ne reste plus qu’à chanter » nous invite à continuer d’espérer… «Avec Salves, sorte de condensé de sa réflexion sur une société malade, Maguy Marin donne à réfléchir sur nos façons de combattre le pessimisme » indique Clothilde Cardinal.
Mise en scène fragmentée, intensité et énergie explosive des danseurs nous secouent à chaque instant. On en sort bouleversé, avec la furieuse envie de construire, avancer et continuer de croire en l’humanité. Une véritable bombe.
(Salves, salle Maisonneuve de la Place des Arts, à Montréal, les 26, 27 et 28 septembre)

Audace, éclectisme, découvertes et thématiques marqueront la 16ème saison de Danse Danse. Avec une programmation de 7 compagnies étrangères issues de 6 pays, 1 torontoise et 2 québécoises, de grands noms de la danse contemporaine et la découverte de nouveaux talents, la saison de Danse Danse promet d’être riche en émotions et offrira aux spectateurs de nouvelles occasions de réflexion sur le monde qui les entoure.
« Danse Danse a été conçu dans le but de compléter une offre déjà foisonnante à Montréal dans le monde de la danse. Il s’agissait de proposer au grand public des grands noms et des découvertes de la création chorégraphique d’ici et d’ailleurs sous forme de saison », souligne Clothilde Cardinal. Pari réussi quand on sait que la danse contemporaine est le médium qui est parvenu à renouveler et vitaliser la Place des Arts de Montréal qui fête cette année ses 50 ans (la part du public de la danse à la PdA est passée de 12 à 18 % entre 2009 et 2012).
Témoignant de la diversité des esthétiques chorégraphiques, la programmation 2013-2014 de Danse Danse propose 10 créations dynamiques, valeurs sûres et nouveaux talents (à découvrir d’urgence !), qui abordent différentes thématiques en résonance avec notre temps : un programme double inédit avec la compagnie Marie Chouinard qui invite ses danseurs au piano dans Gymnopédies et les transforme en tâche d’encre dans Henri Michaux : Mouvements, Wayne McGregor qui aborde le thème des nouvelles technologies dans Random Dance ou encore Helena Waldann qui s’attaque à la maladie mentale dans Get a Revolver…
Autant de propositions artistiques pour élargir nos horizons chorégraphiques, combler le plaisir de nos pupilles et nous inviter à la réflexion sur des enjeux actuels : « La danse a ce pouvoir immense de nous relier au monde tout en nous permettant de nous ressourcer ».
Belles découvertes !