Nouvelle programmation du cinéma Excentris à Montréal

Catégories

Début de l'événement

Image

Pour célébrer le retour du cinéma à Excentris, le cinéma montréalais de répertoire vous offre en week-end d’ouverture (les samedi 3 et dimanche 4 décembre) la programmation de votre choix en 2 pour 1.

Pour décembre, l’équipe de programmation propose un programme festif pour toute la famille avec le retour de Ciné-Kid le dimanche matin à 11h et du cinéma français, international et québécois à son meilleur.

Toujours à l'affiche: le dernier film du talentueux réalisateur espagnol Pedro Almodovar, La Peau que j’habite (La Piel que habito), qui raconte l'histoire trouble du Docteur Ledgard, un célèbre chirurgien qui séquestre une ravissante patiente aux pulsions suicidaires. Récompensée au dernier festival de Cannes pour son interprétation de Justine, Kirsten Dunst nous éblouit dans le magnifique film de Lars von Trier Melancholia. Les documentaires québécois sont toujours très bien représentés dans notre programmation : Planète Yoga de Carlos Ferrand nous fait voyager d'Est en Ouest dans l'univers de cette pratique orientale; Survivre au progrès, de Mathieu Roy et Harold Crooks, nous questionne sur notre rapport au progrès; Richard Desjardins et son complice Robert Monderie nous exposent avec clarté le dossier des mines au Canada dans Trou Story et, également à l'affiche, le film très percutant de Mia Donovan sur le destin de Lara Roxx Inside Lara Roxx.

Dès le 2 décembre, L’Exercice de l’état de Pierre Schoeller prendra l'affiche à Excentris. Récompensé par le prix FIPRESCI de la critique internationale, le film met en scène Olivier Gourmet et Michel Blanc, excellents, dans des rôles d'hommes d'État. Un regard juste sur ce milieu dur et impitoyable.

À partir du 9 décembre, Robert Guediguian nous entraîne sous le soleil de Marseille et retrouve pour notre plus grand bonheur ses complices de toujours Jean-Pierre Darroussin et la lumineuse Ariane Ascaride dans Les Neiges du Kilimandjaro.

Le très attendu premier long métrage de la réalisatrice québécoise multi-primée Anne Émond sera sur les écrans dès le 16 décembre. Nuit #1 raconte l'histoire de deux amants Clara (Catherine De Léan) et Nikolaï (Dimitri Storoge) lors d'une nuit pas comme les autres.

Pour finir l'année 2011 en beauté et rendre hommage à notre métier et passion, nous vous offrons à partir du 25 décembre, le magnifique film de Michel Hazanavicius, The Artist mettant en vedette Jean Dujardin, prix d’interprétation à Cannes, et la pétillante Bérénice Bejo.

Ciné-Kid est de retour
Tous les dimanches matins de décembre à 11h00, l'équipe de la programmation propose au jeune public de découvrir ou de re-découvrir des histoires qui font rêver, au tarif de 6$ pour les enfants et 9$ pour les adultes.

Pour le temps des fêtes, La Véritable histoire du Père Noël sera à l'affiche le dimanche 4, 11, 18 décembre et samedi 24 décembre à 11h00. Dans un petit village de Laponie, les parents du jeune Nikolas périssent dans un accident. Les villageois décident d'élever Nikolas à tour de rôle chacun une année durant. Pour les remercier, Nikolas fabrique des petits cadeaux pour chacun. Ainsi est née l'histoire la plus racontée du monde. Samedi 31 décembre et dimanche 8 et 15 janvier 2012 à 11h00, Les Trois Brigands, de Hayo Freitag investissent à nouveau nos écrans. Il était une fois trois redoutables brigands vêtus de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. La nuit, quand tout était sombre, ils se mettaient à l'affût au bord de la route. Le premier avait un tromblon. Le deuxième avait un soufflet qui crachait du poivre. Le troisième avait une énorme hache rouge.

Un avant-goût de 2012
Nous pouvons d'ores et déjà vous annoncer certaines des grandes signatures à l'affiche en 2012: Carnages de Roman Polanski dès le 6 janvier; L'Or des autres de Simon Plouffe le 20 janvier; Québec Gold ou les meilleurs courts métrages québécois de l'année 2011, une programmation signée Danny Lennon le 13 janvier; Une séparation de Asghar Farhadi en février; Carnets d'un grand détour de Catherine Hébert en avril, Et maintenant on va où? de Nadine Labaki; A Dangerous Method de David Cronenberg, Trente Tableaux de Paule Baillargeon, Épopée - l'état du moment de Rodrigue Jean, La Ballade de l'impossible (Norwegian Woods) de Tran Anh Hun et bien d'autres découvertes encore qui s'ajouteront.

Des collaborations avec les RIDM pour leur programmation Docville tous les derniers jeudis de chaque mois dès le mois de janvier; une programmation cinéma gastronomie avec Montréal en Lumière au mois de février et, en partenariat avec le Goethe-Institut, le film Arrêt en pleine voie (Halt auf freier Strecke) d'Andreas Dresen sera en avant-première à Excentris pour célébrer le 20e anniversaire des Découvertes allemandes

Pour tout savoir sur la programmation : http://www.cinemaexcentris.com et de vous abonner à la cyberlettre afin d’être au courant des dernières nouvelles, de suivre nos horaires hebdomadaires des films et de vous informer sur les films à venir. Nous sommes aussi sur Facebook.com/cinemaparallele et twitter.com/cinemaexcentris.

Ligne information billetterie au 514-847-2206.

Grande nouveauté dans le nouvel Excentris, un mobilier accueillant, une zone wi-fi, et surtout un comptoir à friandise. Un Nespresso vous est proposé ainsi que du thé Kusmi sans oublier les compagnons du cinéma: pop corn, bonbons et chocolat. L'offre sera régulièrement renouvelée et en lien avec la programmation. La billetterie s'agrandit avec deux bornes situées dans l'ancienne billetterie et Visa, Mastercard et interac sont acceptés. Pour les plus assidus, il y a la ciné-carte (6 entrées pour 44$).

*****

Quelques questions :

1.
Le Cinéma Parallèle existe depuis combien d’années? Combien d’endroits a-t-il occupé?

Le Cinéma Parallèle existe depuis 44 ans. Il a été fondé en 1967. C’est un organisme à but non lucratif voué à la diffusion du cinéma d’auteur. Il a d’abord été connu sous le nom de Centre du film Underground.

Le Centre du Cinéma Parallèle (nommé ainsi en 1971) a eu pignon sur rue en près d’une dizaine d’endroits différents avant de s’établir dans une petite salle au 3682 boulevard Saint-Laurent en 1978. Il est devenu ainsi la première salle de projection et de diffusion permanente de films et de vidéos d’auteurs au Québec. Le Cinéma Parallèle a animé pendant plus de 20 ans cette petite salle où, en plus de faire découvrir aux cinéphiles de tout horizon des oeuvres inédites de cinéastes québécois, canadiens et du monde entier, il a offert boisson et repas dans son café nommé en l’honneur de Georges Méliès.

Le Cinéma Parallèle a déménagé dans le nouvel Excentris dès l’ouverture en 1999 grâce à un partenariat privilégié avec Daniel Langlois. Le Cinéma Parallèle a géré et assumé en toute indépendance la programmation de l’une des trois salles (salle Parallèle) jusqu’à l’acquisition par le Cinéma Parallèle des trois salles de l’Excentris à l’été 2011.

2.
Quel est le mandat culturel du Cinéma Parallèle? Combien de films a-t-il projeté depuis 1967?

Le mandat du Cinéma Parallèle est de défendre le cinéma d’auteur, de faire découvrir de nouveaux auteurs (québécois et international) et d’encourager la diffusion de premières oeuvres et de genres cinématographiques (expérimental, documentaire, court) inaccessibles par l’offre commerciale habituelle des autres cinémas. Le Cinéma Parallèle permet et maintient donc une offre cinématographique en lien avec ce que le 7e art peut offrir de plus exigeant. Il est résolument complémentaire aux activités commerciales des grandes chaînes de cinéma.

Une des clés du succès et de la longévité du Cinéma Parallèle réside en sa vision artistique. Le travail fait en programmation par le Cinéma Parallèle se démarque par une ligne éditoriale forte, en lien avec son mandat, travail qui s'apparente à celui fait par un festival ou encore par les salles d'art et d'essai en France.

Le Cinéma Parallèle a présenté plus de 5 500 oeuvres depuis sa fondation en 1967. Depuis son déménagement à Excentris en 1999, plus de 1 200 titres ont été présentés et près de 600 000 personnes se sont déplacées pour les apprécier.

3.
Est-ce que ce sera toujours la même mission avec l’acquisition des trois salles? La programmation changera-t-elle par rapport à celle d’avant l’acquisition?

Les orientations de programmation demeureront les mêmes. Le Cinéma Parallèle reprendra à son compte son mandat d’origine, soit celui qu’il poursuivait depuis plus de 30 ans avant son déménagement à Excentris. Au cours de la décennie de cinéphilie à Excentris (1999 à 2009), ce mandat a été mené par le tandem Excentris/Parallèle, où une très grande synergie régnait au chapitre de la direction artistique. La qualité de la programmation, laquelle a toujours distingué le Cinéma Parallèle et l’Excentris, continuera d’être l’épine dorsale du lieu.

4.
Est-ce que le nom du lieu changera? Que deviendra le nom de Cinéma Parallèle

Le nom du lieu demeure Excentris, mais sous une nouvelle identité visuelle. Le nom Cinéma Parallèle, soit la corporation derrière l’Excentris, ne sera plus visible pour le public.

5.
Quel est le montage financier du projet d’acquisition des salles?

Le coût total du projet s’élève à 7,75M$. Ce montant inclut les coûts d’acquisition des trois salles et du hall (soit les 1er et 2e étages de l’immeuble) ainsi que les coûts de travaux de maintenance, de transformation de la salle 3 et la mise à niveau des régies. Pour le financement de ce projet, le Cinéma Parallèle a contracté un prêt de 4M$ auprès de la SODEC et a reçu une contribution de la Ville de Montréal de 2,75M$. Le Cinéma Parallèle a également reçu un don exceptionnel de La fondation Daniel Langlois de 1M$, don qui a été entièrement affecté aux travaux et à la mise à niveau des régies.

6.
Qu’est-ce qui a été fait comme travaux dans les lieux? Dans les régies?

Les travaux ont consisté pour une large part à remettre la salle 3 (Cassavettes) dans son état d’origine, soit en mode cinéma. Des changements majeurs avaient été apportés à cette salle en 2009 lors de sa transformation en mode spectacle. Le renversement de ces changements a nécessité plus de deux mois de travaux à temps plein. Le hall a également été remis à son état d’origine (plusieurs éléments massifs avaient été installés en 2009) et nous y avons ajouté un nouveau comptoir de billetterie et du mobilier. Pour le reste, ce sont des travaux de maintenance (changement de tapis, application d’un nouvel époxy dans deux salles, changement des fauteuils dans la salle Parallèle, etc.) et de signalisation dans le hall.

Quant aux régies, une mise à niveau technologique a été accomplie, laquelle a nécessité plus de trois mois de travail. Elles sont maintenant équipées avec les plus récents projecteurs et serveurs numériques (Barco - Dorémi). La salle Parallèle a également été équipée d’un HDCAM-SR. Le format 35mm (trois salles) est évidemment toujours en fonction.

7.
Pourquoi vendre du popcorn et des bonbons?
Avec ses nouvelles obligations financières, dont un prêt de 4M$ à rembourser au cours des 25 prochaines années, le Cinéma Parallèle doit assurer une équation culturelle et économique viable. Les revenus de billetterie, à l’instar de tous les cinémas, ne suffisent pas pour assurer cette équation. Le Cinéma Parallèle offrira donc des produits dérivés (café, bonbons, pop corn, etc.) et optimisera l’utilisation des lieux par la location d’événements corporatifs en dehors des heures de projections (lancements, cocktails, conférences, etc.).

8.
Le projet de la Phase 2 est-il encore dans les plans?

Absolument. Toujours afin d’assurer une équation culturelle et économique viable, il sera important de pouvoir offrir une continuité en salle pour les oeuvres qui suscitent l’engouement.

De même, le maintien d’une programmation régulière en même temps que la tenue d’événements et de festivals est nécessaire. L’ajout de deux petites salles (environ 70-80 places chacune) ayant le rôle de continuité pour les films qui ont le potentiel de tirer des revenus supplémentaires est donc prévu pour 2012-2013.

9.
Quel est le plus grand souhait du Cinéma Parallèle aujourd’hui?

L’acquisition des salles de l’Excentris est une grande étape dont toute l’équipe du Cinéma Parallèle et le Conseil d’administration sont très fiers. Toutefois, le vrai défi commence maintenant. L’Excentris doit fidéliser à nouveau son public et en attirer davantage. Nous devons en assurer l’autofinancement et remplir nos engagements financiers tout en accomplissant notre mission culturelle. Nous comptons sur le public pour continuer à nous supporter en fréquentant assidûment nos salles et en contribuant à la campagne de financement que nous lancerons prochainement.

Source :
Cinéma Parallèle
28 novembre 2011