Nouveau coffret DVD des films de Jean-Daniel Lafond

Catégories:

JEAN-DANIEL LAFOND, VÉRITÉ ET CONTROVERSE
EN COFFRET DVD IMAVISION

Observateur attentif du monde et de son temps, les films de JEAN-DANIEL LAFOND composent des récits émouvants et provocants, véritables poèmes philosophiques qui sont autant une invitation au voyage qu’une réflexion sur le destin des êtres et des peuples.

IMAVISION agrandit sa famille de « classiques » et propose donc aux amateurs de films et de documentaires le coffret de trois DVD JEAN-DANIEL LAFOND, VÉRITÉ ET CONTROVERSE. Le coffret d’une durée de neuf heures est offert sur IMAVISION.COM au coût de 35,95 $ et en magasin.

Ravi de partager un point de vue, un récit, une pensée, une indignation, un tourment, un instant de grâce, entre vérité et controverse, JEAN-DANIEL LAFOND a confié « Dans l’exil, le cinéma, comme un ami rassurant, m’a permis de baliser une géographie, de m’approcher des êtres, de l’intime, ce qui ne
serait peut-être pas advenu, sans un film à faire. Le cinéma est devenu mon bâton de philosophe. Il m’a permis de marcher à tâtons dans l’imprévisible du voyage et d’étendre mes racines en rhizomes, du Saint-Laurent à la Seine, du Labrador à l’orée de la Patagonie, de Téhéran à Port-au-Prince ».

SUPPLÉMENT
JEAN-DANIEL LAFOND commente avec son regard actuel chacun des six films du coffret.
SYNOPSIS

DVD – 1
• LA MANIÈRE NÈGRE OU AIMÉ CÉSAIRE, CHEMIN FAISANT, 1991, ACPAV
Le poète martiniquais Aimé Césaire a exercé une influence sur plusieurs personnalités culturelles et politiques québécoises. Davantage que de parler de l'homme, JEAN-DANIEL
LAFOND s'intéresse au double destin croisé du Québec et des Antilles, et à la prise de parole du colonisé. On y rencontre plusieurs artistes et pour la première fois Michaëlle Jean, qui jouera un rôle essentiel dans le cycle des Caraïbes. Au travers leurs échanges et leur relecture
de Césaire, le film pose des questions sur les rapports entre l'art, la politique et l'engagement.

Il soulève l'enjeu de l'indépendance du Québec dix ans après l'échec du premier référendum mais à une époque où l'espérance semble renaître. Le montage du film ne fournit pas de réponses univoques à cette question, mais le livre que JEAN-DANIEL LAFOND en tire en 1993 précise certaines intentions : « Un discours plus ou moins essoufflé sur le nationalisme québécois ne pourra plus faire illusion et masquer le véritable enjeu de l'indépendance qui est,
non plus d'assurer la survie identitaire d'une société, mais bien d'assurer son affirmation et son accomplissement dans le monde contemporain. »

• HAÏTI DANS TOUS NOS RÊVES, 1995, INFORMACTION
René Depestre, auteur renommé, notamment du roman Hadriana dans tous mes rêves (prix
Renaudot en 1986) auquel fait allusion le titre du film, a quitté son pays sous le régime de Duvalier et n'y est jamais retourné. Il est en exil de son pays depuis 40 ans au moment du film.

Il a aussi rompu avec les régimes communistes où il a vécu (Cuba, Tchécoslovaquie). Son unique pays est dorénavant la littérature. Sa nièce, Michaëlle Jean, va le retrouver en France pour lui faire préciser sa démarche et tenter de le convaincre de retourner dans le nouvel Haïti d'Aristide. En vain. JEAN-DANIEL LAFOND poursuit son travail sur l'engagement de l'artiste et la désillusion qui le guette. Sa réflexion porte aussi sur la notion de pays, à la fois réel et rêvé.
LE FILM OBTIENT, EN 1996 À HOT DOCS (TORONTO), LE PRIX DU MEILLEUR FILM POLITIQUE.

DVD – 2
• LES TRACES DU RÊVE, 1986, ONF
JEAN-DANIEL LAFOND aborde la réalisation par le tournage d'un portrait cinématographique du
célèbre documentariste de l'Office national du film du Canada, Pierre Perrault. Au moyen
d'entrevues avec le cinéaste et ses amis en cinéma qu'appuient de nombreux extraits
d'oeuvres, le film propose un voyage dans la réalité et l'imaginaire de Perrault. Il l'amène sur ses traces, celles de ses rêves, mais aussi, là où la réalité a changé, celle des rêves dissipés.

Ce faisant, JEAN-DANIEL LAFOND propose au spectateur un essai en images et en sons sur le cinéma documentaire en général, sur celui de Perrault en particulier et sur le contexte dans lequel s'inscrivait cette pratique. On peut penser que le film lui sert à établir ses propres
préoccupations, à préciser sa propre démarche en devenir. Une oeuvre fondamentale et révélatrice pour approcher celui que plusieurs considèrent comme le plus grand documentariste québécois dont la notoriété dépasse nos frontières.

• L'HEURE DE CUBA, 1999, INFORMACTION, ONF
À Cuba, la journaliste Michaëlle Jean tente de rencontrer le commandant Fidel Castro pour
l'interroger sur l'état de son pays. À défaut de pouvoir le faire, elle propose une narration en
forme de lettre ouverte à Fidel. Son enquête lui fait rencontrer des hommes d'affaire canadiens
qui profitent à plein de l'ouverture du pays aux dollars étrangers, des femmes qui disent leur
difficulté de vivre et d'autres qui se vendent aux touristes. À leur écoute, elle découvre les
contradictions du quotidien socialiste. JEAN-DANIEL LAFOND adopte un point de vue critique sur
Cuba, prend le pouls d'une réalité politique et humaine complexe et, encore une fois,
questionne les révolutions dans une oeuvre où s'articulent journalisme d'enquête et cinéma

d'auteur.
DVD – 3
• LA LIBERTÉ EN COLÈRE, 1995, ONF
Dans ce film, JEAN-DANIEL LAFOND plonge dans l'Histoire et aborde un sujet controversé : le
Front de Libération du Québec. Il ne s'agit pas vraiment d'un film historique sur le FLQ (bien
qu'il y ait des documents d'archives), mais sur certains de ses acteurs de générations
différentes : Gagnon, Vallières, Simard et Comeau. De la confrontation de felquistes, qui ont
chacun pris des routes divergentes, ressortent les contradictions et les ruptures du mouvement
même et une analyse critique de l'action politique directe qui suscite encore beaucoup de
débats. Ces quatre individus font face à des degrés divers à l'amertume et à la désillusion.
Leurs utopies révolutionnaires se sont effondrées, mais leur colère demeure. Le film montre
que JEAN-DANIEL LAFOND s'intéresse surtout aux hommes derrière les causes, et prend parti
pour la liberté et les êtres qui en font leur combat.

• TROPIQUE NORD, 1994, ACPAV
La journaliste d'origine haïtienne Michaëlle Jean, au pays depuis 1968, s'interroge sur sa place
et sur celle des noirs de toutes les générations et de tous les milieux dans la province. En la
plaçant face à face avec le Québec, le film pose la question de l'identité noire québécoise dans
une société qui à la fois se cherche toujours une identité et fait parfois preuve de racisme, et
qui pourtant est ouverte sur le monde entier.
Il demande au passage s'il faut favoriser l'intégration ou l'assimilation des nouveaux citoyens et
comment se vit, pour les noirs, l'enracinement dans ce pays. Ce qui conduit Michaëlle Jean à
suggérer, en clôture du film : « Et si le Nord et le Sud se rencontraient pour inventer un pays à
l'image du Nouveau Monde ? »
PRIX TV5 DU MEILLEUR DOCUMENTAIRE, FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE NAMUR 1994.
SOUS IMAVISION.COM
En cette période d’achats de cadeaux de Noël, outre le coffret de JEAN-DANIEL LAFOND, les cinéphiles
et les vidéophiles pourront se procurer des titres aussi variés que Canada en guerre; Épopée en
Amérique; Point de rupture; Duplessis; Depardieu; Belmondo; Claude Lelouch; Les grands classiques
Louis de Funès, Jean Gabin et Fernandel;Diane Dufresne; Arsène Lupin; Hercule Poirot; Les Belles
histoires des pays d’en haut; Blanche; Les Filles de Caleb; les Cadets de la forêt; les Contes pour
tous; Les Rois maudits; Le Temps d’une paix; La Petite maison dans la prairie…

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon