Le cas particulier du peintre Henry Daniel Thielcke: esquisse d'un article pour le Dictionnaire biographique du Canada

Catégories:

Le cas du peintre Henry Daniel Thielcke est particulièrement intéressant. D'abord parce qu'il n'existe pas jusqu'à présent, du moins en terme de publication, de monographie qui lui soit consacrée. Toutefois, depuis plus d'une vingtaine d'années, alors que naissent au Canada les premières traces manifestes d'intérêt à caractère historique , on constate un évolution significative de l'état des connaissances en ce qui a trait au rôle de l'artiste dans l'arène de l'histoire de l'art au Canada.

L'on connaît d'ores et déjà quelques documents publiés qui lui sont consacrés. À ce titre, une étude de Ross Fox publiée en 1986 dans le Bulletin annuel du Musée des Beaux-Arts d'Ottawa , étude qui s'inscrit dans le prolongement des travaux de restauration du Portrait of a Women and Child, une œuvre signée et datée par l'artiste , acquise par l'institution en 1981. Cette brève étude est venue enrichir l'historiographie relative à la vie et l'œuvre de Thielcke, un artiste dont la carrière trace un parcours singulier tant sur le plan spatio-temporel, que sur le plan de sa productivité. L'on peut s'étonner de constater que jusqu'alors le nom de Henry Daniel Thielcke n'ait pu trouver insigne à l'index des grands dictionnaires biographiques .

C'est en retraçant l'itinéraire professionnel de l'artiste que l'on peut établir certains éléments susceptibles de venir motiver sa singulière absence au registre des ouvrages nationaux consacrés aux individus qui on marqué le cours de l'histoire de leur esprit méritoire. Au chapitre des interprétations, notons le fait que la carrière de Henry-Daniel Thielcke soit divisée en trois grandes périodes d'activités connues, soit une première correspondant à sa formation et ses débuts en tant que graveur et peintre de cour en sol britannique, une seconde alors qu'il agit principalement à titre de portraitiste au Bas-Canada en la ville de Québec et une dernière phase de productivité, qui demeure en terme de repères historiques beaucoup moins riche que les périodes précédentes, soit un sa vie à Chicago de 1855 jusqu'à son décès en survenu en novembre 1874.

Source: http://all-ancestors.com/chicago/chicago048.htm

Le bottin de Chicago de 1855 (qui inclut Henry Daniel Thielcke et son fils Charles MacKay Thielcke):

http://books.google.ca/books?id=lN8CAAAAYAAJ&pg=PA141&lpg=PA141&dq=H.+TH...

Le bottin téléphonique de 1871 de Chicago, disponible en ligne, nous donne: Thielcke Henry, artist, r. 98 Oak Street; Thielcke Henry R. elk. Chase Bros. & Co. r. 98 Oak

Source: http://www.archive.org/stream/edwardsannualdir14chic/edwardsannualdir14c...

Les débuts de la carrière de Thielcke à titre de graveur et miniaturiste

De récentes recherches en territoire britannique ont permi de conforter d'avantage la position de Thielcke en ses qualités de graveur dans sa première phase de production, soit au cours de la période qui s'étend de sa naissance vers 1789 ce jusqu'en 1820, année pour laquelle on retrace en Grande-Bretagne, les dernières oeuvres produites par l'artiste. Il semble que Thielcke ait principalement oeuvré à Londres, où l'on retrouve un vaste éventail de gravures auxquelles on doit ajouter la présence de quelques miniatures. L'inventaire des oeuvres que l'artiste expose entre 1805 et 1816 à la Royal Academy offre peu de détails quant aux types de productions présentées , il en va de même pour les oeuvres qu'il expose entre 1811 et 1816 à la British Institution. Le recensement tracé par Algernon Graves établit l'adresse de jeune peintre à Queen's House, maintenant Buckingham Palace , ce depuis 1805 jusqu'en 1812 date à laquelle l'artiste est domicilié à Covent Garden . Au nombre des oeuvres exposées à la Royal Academy figure un portrait intitulé The Rev. Mr Küper, chaplain to His Majesty. Ce portrait exposé en 1807 semble être la première oeuvre d'une importante collection réalisée pour le compte de la couronne d'Angleterre, inaugurant une série de portraits des membres de la famille de George III alors monarque de Grande-Bretagne et Électeur de Hanovre.

En cette période où le royaume d'Angleterre s'étend sur les territoires prussiens, des alliances entre la couronne britannique et la principauté de Hanovre, tissent des liens non négligeables susceptibles de relier la généalogie de Henry-Daniel Thielcke à de présumées racines germaniques . À commencer par les origines de la reine Charlotte descendante de la maison des Mecklenburg-Sterlitz de Hanovre. Il est d'ailleurs intéressant de constater qu'à cette époque, les règles d'étiquette propres à la cour découlent de la stricte coutume germanique.

Essentiellement, de tous les personnages représentés par Thielcke dans l'entourage immédiat de George III, la reine Charlotte demeure celle dont l'artiste a tiré le plus grand nombre de portraits. À ce titre, une huile sur toile de 1819 effectuée dans les règles de la tradition picturale britannique intitulée Queen Charlotte at Frogmore, tableau qui se trouve actuellement à Hampton Court . On retrace aussi la présence, dans la bibliothèque du Château de Windsor, d'un portrait gravé de la reine Charlotte associé à un autre portrait du roi de dimension et de facture semblable , dans les deux cas l'artiste signe H.D. Thielcke portrait painter to Her Royal Highness The Duchess of York. Toujours dans la bibliothèque royale à Windsor, on retrouve au nombre des réalisations effectuées par l'artiste pour la reine, une série de gravures d'inspiration néo-classique portant sur des thèmes mythologiques. L'artiste aurait également produit en juillet 1817, une miniature de la reine qui figure à l'inventaire des collections de son fils Ernest, roi de Hanovre et duc de Cumberland.

La duchesse de York pour laquelle H. D. Thielcke signe les deux portraits du couple royal mentionnés plus avant dans le texte, est en l'occurrence, la fille de Frederica Louisa reine de Prusse dont un portrait en miniature fut attribué à John Frederick Tielker (1763-1832), un artiste bénéfiçiant d'une singulière réputation auprès de la souveraine. Y aurait-t-il lieu de croire à une filiation ou à un lien de parenté indirect entre les deux artistes? Le nom de famille Tielker est bien répendu en Allemagne, celui de Thielcke pourrait n'être en fait qu'un dérivé de ce nom survenu au terme d'un glissement phonétique ou bien, suite aux efforts d'assimilation à la culture britannique, l'artiste en serait venu à l'épélation de son nom. Bref ici, nombres d'hypothèses peuvent être projetées.

Parallèlemment à la période d'activités de Thielcke au sein de la monarchie on a retrace entre 1811 et 1814, la présence de gravures effectuées pour le compte de Merchant Taylors' School, un établissement d'enseignement des plus prisés au temps de Dickens. Les gravures qui sont au nombre de six figurent dans une édition spéciale qui relate l'histoire de l'institution depuis sa fondation en 1561 . Sont représentés en buste, les principaux doyens qui ont marqué de leur influence, l'évolution de l'instituition au cours des siècles. Ces portraits ont été réalisés d'après modèle et portent la signature H. D. Thielcke, Del & Sc. exceptionnellement l'un des portraits est effectué sans modèle et dans ce cas l'initiale est suivie de l'abréviation A.R., soit Royal Academician, ce qui laisse entendre que le peintre aurait effectué cette gravure du vivant du personnage représenté.

Une première période d'activités qui s'achève avec le règne de George III (1738-1820)

Une miniature du roi effectuée l'année de son décès, soit en 1820, marque la fin des oeuvres connues attribuées à Thielcke sur le territoire anglais. Ce ne sera que lors des premières manifestations de la présence du peintre à Québec en 1831-1832, qu'il réapparaîtra à la face de l'histoire, laissant derrière lui un spectre mystérieux d'un peu plus d'une dizaine d'années où ses activités demeurent dans l'ombre. On dit qu'il serait allé à Edinbourg en Écosse de 1820 à 1831 car un des enfants y est né (Mary Elizabeth, baptisée le 12 janvier 1827 à l'Église Saint Cuthberts, à Édiinbourg), selon le recensement du Bas-Canada de 1852.

Source: http://www.familysearch.org/eng/search/IGI/individual_record.asp?recid=1...

Au sujet de son passage en Écosse: It appears his miniature painting was only a sideline as there is an 1828 reference to him in Edinburgh as "Clerk of the Securities" for the Board of Excise. I guess he was in that position for several years, to be promoted to that level? , see The Edinburgh Almanack, Or Universal Scots and Imperial Register - Google Books Result

http://books.google.co.nz/books?id=RAMsAAAAMAAJ&pg=PA268&lpg=PA268&dq=th...

L'achèvement de la production de Thielcke auprès de la famille royale, coïnciderait donc avec la mort de George III et l'accession au trône par le prince régent, son fils George IV. Toutefois, la notoriété de l'artiste traduite en plus d'une dizaine de portraits officiels effectués entre 1807 et 1819, sa présence manifeste auprès de membres influents de la famille royale aurait pu assurer après la mort du roi, une brillante carrière et ce pour encore de nombreuses années.

D'autres facteurs semblent être associés à cet interruption soudaine dans la production de l'artiste au sein de la noblesse britannique. En effet, plusieurs événements qui entourent les principaux acteurs du mécénat dont bénéficiait l'aritste sont à considérer. D'abord le décès de la duchesse de York survenu en 1820. On retrouve également traces de la présence de Thielcke auprès d'une des filles de George III, la princesse Elizabeth, une lettrée passionnée des arts qui suivait une correspondance épistolaire depuis publiée et qui s'adonnait à loisir aux charmes de la poésie.

En 1813, la princesse Elizabeth rédige un recueil de poésie dans lequel on retrouve six gravures exécutées par Thielcke. Toutefois, lors de la publication, l'éditeur reconnaît à la faveur de la Princesse Elizabeth , le design de la composition. Les gravures de facture néo-classique sont à mettre en rapport avec celles produitent trois ans plus tard localisées à Windsor. Elles, sont publiées avec la mention Drawn by Her Royal Highness the Princess Elizabeth, dans le coin inférieur droit on retrouve l'initiale H. Thielcke, sculpt. Mariée en 1818 à Frededrick VI, langrave de Hesse-Homburg la princesse Elizabeth dut quitter le pays pour la Prusse. Serait-il à propos d'étudier l'hypothèse selon laquelle, l'artiste dans ces circonstances aurait quitté l'Angleterre pour rejoindre cette dernière? Ceci est un scénario envisageable qui demeure somme toute à considérer dans le parcours quelque peu inhabituel de Henry-David Thielcke.

Au Canada

Le Grand Tour en Angleterre au XVIIIe siècle recommandait aux élèves les vertus du voyage et de l'exotisme - prix de Rome, engouement pour la redécouverte de sites archéologiques au milieu de ce siècle, ruines de Pompéi 1748-1763... qui trouve son extension dans un (engouement) renouvelé d'exotisme sous une forme impérialiste (colonialiste) traduit par la forte présence en sol canadien, présence importante de peintre venus de l'étranger, principalement d'Angleterre alors que le Bas-Canada (le Québec aujourd'hui) est encore sous l'égide de la Couronne d'Angleterre. En effet, la présence d'artistes séjournant dans la colonie pour une période déterminée ou artistes itinérants.

C'est également près du pouvoir que Henry-Daniel Thielcke vit à Québec: le gouverneur général lui attribue un atelier au Parlement de Québec.

En 1836, un bulletin annuel du Bas-Canada lie Henry Daniel Thielcke à Archibald Acheson, 2e Earl de Gosford et lieutenant-gouverneur du Bas-Canada et gouverneur-général de l'Amérique du Nord britannique, assez conciliant avec les Canadiens-français.

Sources:
http://www.collections.gc.ca/bulletin/num8a/fox4_image2.html
http://www.polsearch.com/topics/Earl-of-Gosford

De 1842 à 1846, Thielcke aurait vécu à New York, ou en tous les cas séjourné de grands moments dans la métropole américaine. Selon archives des avis d'embarquement de bateaux à New York, en 1841, H.D. Thielcke est retourné en Europe une fois en 1841, probablement pour le décès d'un parent (peut-être sa mère car son père était déjà mort).

Source: LUNDBERG, GERTRUDE W. "Ship's Passengers-Regulations for Captains." In Illinois State Genealogical Society Quarterly, vol. 15:2 (Summer 1983), pp. 79-84. Page: 79

Il était aussi professeur d'art à la Quebec High School en 1851: Hy. D. Thielcke, French, German and drawing master. Source: http://www.accessgenealogy.com/scripts/data/database.cgi?file=Data&repor...

Il était également secrétaire adjoint de la Literary And Historical Society of Quebec (LHSQ) à cette époque
Source: http://www.accessgenealogy.com/scripts/data/database.cgi?file=Data&repor...

Thielcke fut en effet secrétaire à une certaine époque de la LHSQ, il n'est pas clair s'il était vraiment membre puisqu'il était payé pour ce travail. Les archives ne le mentionnent jamais comme membre. Il dispensait également les cours de Beaux Arts pour la société, organisait des compétitions et donnait des médailles. Il fut cependant renvoyé par la LHSQ pour incompétence en 1854 (on changea même la clé du coffre-fort) et il semble que ce soit la raison qui l'ait motivé à émigrer aux États-Unis. Pas très glorieux. La LHSQ avait en effet quelques oeuvres de Thielcke dans ses collections, mais malheureusement ces oeuvres ne sont plus présentes.

Au sujet de son passage à la Literary And Historical Society of Quebec, l'historienne Louisa Blair ajoute :

A lot of the portraits of people he did in Quebec were of members of the Society or family members -- Sewells for example. One thing that was odd, in the Report of Council for 1851:
"In the early part of the past year, Mr. A. T. Thielcke having resigned the appointment of assistant secretary of your Society, the Council succeeded in securing the services of Mr. H. D. Thielcke for that post, and they congratulate the Society on the acquisition of a gentleman of Mr. Thielcke's attainments to fill the duties of that office, and they lament that the finances of the Society will not allow them to remunerate him as adequately as his talents demand." Do you think that could have been his father? There was also a letter resigning from the Society from a Thielcke, enclosing $4, asking "pray give Mr. Thielcke receipt of the same", which a note on it saying "not entered in Mr. Symes account" (Symes being secretary at the time) ... some mystery there I didn't have time to pursue. Perhaps Symes was owed money by Thielcke and didn't feel like giving it to him. I didn't write down the date of that letter.

At the LHSQ he was the President of the Class of Fine Arts in 1853, and was the judge for submissions & awarding medals & prizes for:

-The best Poem on any subject relative to British North America.
-The best Historical Oil-painting ; the subject relating to Canada.
-The best Landscape of Canadian scenery, in oil or in water colours.
-He taught a course called On the Practical Art of Painting;

According to John Porter he gave drawing and painting classes at "Gallerie de peinture de Québec" run by Légaré and Amiot. It probably closed in 1840.

The LHSQ has none of his paintings, any more, sadly.

****

Dans la chronologie de sa production on dénote une singulière absence d'oeuvres gravées, serait-ce du à une dégradation de son acuité visuelle, ou serait-ce que l'artiste se soit assujetti à la demande grandissante pour le portrait, ce qui est le cas pour nombre d'artiste de l'époque.

Les infos sur Thielcke dans les Archives nationales du Canada :
http://search-recherche.collectionscanada.ca/fed/searchResults.jsp?FormN...

Conclusion:

Les recherches menées au cours des vingt dernières années ont permi de retracer en nombre, un corpus relativement représentatif de la versatilité du peintre. Soit, la présence d'oeuvres telles que gravures, huiles, miniatures et lithographies. Nous sommes, à la lumière des ses divers éléments constitutifs, en mesure d'établir une base de plus en plus constitutive ... à l'élaboration d'un plan de recherche .

Texte de Annie Fraser (1969-2001), sous la supervision du professeur David Karel (décédé en 2007).


Correspondance entre Annie Fraser et David Karel sur Henry Daniel Thielcke

Paris, le 26 mars 1998

Bonjour M. Karel,

Je profite de mon séjour d'un mois à Paris pour ainsi rassembler les informations que j'ai compilées sur Thielcke depuis mon arrivée en Europe. Les résultats que je vous transmets sous pli peuvent vous avoir déjà été mentionnés lors de correspondances antérieures. Pour le moment les sources sont essentiellement littéraires, à part les quelques gravures dont j'ai fait tirer des photocopies par la British Library (BL), ces copies sont assez satisfaisantes et sauront sans doute vous servir afin de régler le litige, Thielcke une ou deux personnes? Une comparaison stylistique pourrait être faite lors de mon retour prévu pour août prochain.

C'est d'abord auprès de livres de référence que j'ai pu obtenir le plus de succès. À part les références que vous m'avez fournies, j'ai bâti un dossier à partir de recherches empiriques puisqu'à l'ordinateur de la BL, un seul document fait référence à notre peintre. Toutefois, les autres sources telles que la British Institution et la Royal Academy m'ont permis de retracer quelques pistes. Il y a par exemple un ouvrage sur microfilm (British Institution - Biographical notices of the artists who received premiums, etc. 1805-1859), ouvrage auquel je n'ai pas encore eu accès, primo je l'avais oublié - perdu dans mes notes, secundo, la bibliothèque était en restructuration lorsque j'ai voulu le consulter. Lors de mon retour à Londres, je reprendrai mes recherches et consulterai ce microfilm, ce qui pourrait être révélateur compte tenu que Thielcke a exposé à la British Institution des oeuvres entre 1811 et 1816 (selon l'inventaire de A. Graves). J'ai bien évidemment eu l'occasion de vérifier plusieurs documents qui auraient pu s'avérer intéressants, plusieurs d'entre eux ne contenaient aucune information sur le peintre, ex. des résumé d'ensemble d'oeuvres présentées à la B.I., ou à la R.A. Pour ce qui est des fameuses Allgemeines Künstlerlexikon, j'ai tiré copie du texte sur les peintres Teilker et Tielker ou Thielcker, tous deux natifs du XVIIIe. J'ai un contact à Londres avec une gentille allemande qui se fera un plaisir de traduire pour moi. Je vous ferai part d'éventuelles trouvailles si il y a lieu, sait-on jamais peut-être y trouverai-je l'ancêtre de notre peintre.

Sachant que je ne pouvais compter sur les bases de données informatiques afin de repérer les bouquins susceptibles de me renseigner, j'ai convenu de faire une recherche empirique. Soit, je jette un oeil averti sur les livres de référence en arts auquel j'ai accès directement dans la bibliothèque, procédant par rayon. J'ai débuté ce processus depuis quelques mois, mais je dois vous dire que mes visites à la B.L. sont espacées compte tenu du fait que je suis, comme vous le savez, des cours à l'Université de Londres. Bref, en regardant sur les rayons (j'en ai la moitié de fait), j'ai retenu tout ouvrage qui me semblait porteur d'espoir. Je les ai feuilletés, certains m'ont apporté de nouvelles informations ce qui m'encourageait à poursuivre l'investigation. Soit, les ouvrages de référence suivants et bref résumé:

*Veuillez noter que j'ai identifié d'une lettre chacun des ouvrages, ce en commencant par A. Les items A,B,C et D sont les premiers ouvrages que vous m'avez mentionnés lors de votre première correspondance. Pour chacun des ouvrages, j'ai tiré des photocopies du texte pertinent et des références du dit document.

Item E) The New-York Historical Society's Dictionary of Artists in America, 1564-1860, George C. Groce & David H. Wallace. On parle d'un Henry D. Thielcke vivant à New York en 1842, il expose à la National Academy et copia le portrait Inman de John Watts. Entre1855-1866, il travaille à Chicago; sa veuve Rebecca est listé en 1878. Cowdrey, NAD; information courtesy by Harry M. Allice, Montreal; Chicago BD 1855, CD 1855-66, 1878.

Item F) Dictionnaire International - Peintres Miniaturistes Peintres sur Porcelaine Silhouettistes, Harry Blättel, Munich, 1992. Ce livre, type annuaire, m'a fourni de nouvelles informations, entre autres des références littéraires dont j'ai trouvé les ouvrages par la suite en biliothèque (voir ci-dessus).

Ici deux personnes soit:

- Thielcke (s. Thielke, Henry D.)
Peintre canadien de miniature et de portaits, actif entre 1805 et 1866. A vécu en Grande-Bretagne, à Québec, à Montréal, New York et Chicago, pas de mention du lieu de naissance. Détail de l'oeuvre: thèmes historiques et religieux, technique de gravure. En remarque on mentionne les endroit où il a été actif soit la Royal Academy et la British Institution, une note dit: possiblement identique avec Tielche, mentionné plus haut dans le dictionnaire (pour ce dernier, très peu d'informations mais similaires à celles mentionnées sous Thielcke). Il y a mentions d'ouvrages qui réfèrent à l'artiste dont j'en ai retracé 4 sur 6 (voir items suivants).

Les titres que je n'ai pu obtenir sont les suivants:
- Schidlof Leo R., The Miniature in Europe, 4 vols, Australie, 1964.
- Harper, Early Painters in Canada (je n'ai pas d'autres détails avec moi).
Si vous en avez la chance, vous pouvez peut-être y jeter un coup d'oeil de votre côté.

Les items suivants découlent des références sitées en item F.

A Dictionary of British Miniature Painters, Daphné Foskett, vol. 1, London, 1905.
Très bonne piste, on mentionne un Thielke ou Thielcke, Henry D., né en 1789?, puis voir aussi Thielche.
Travaille en Angleterre, sans doute l'artiste qui entre à la R.A. en janvier 1806, âgé de 17 ans, obtient une médaille d'argent en 1807. Expose à la R.A. et la B.I. entre 1805-1816, peint des sujets historiques, portraits, miniatures et gravures. Possiblement identique à Thielche (voir ci-bas). On mentionne également un portrait de la Princesse Charlotte Augusta of Wales, signé et daté en1818 par l'artiste, tableau que j'ai retracé dans l'inventaire d'une exposition au South Kensington Museum (détails spécifiés plus bas). Un de ses "sitters" est le Révérend Mr. Kuper, Aumônier de Sa Majesté. Son adresse est identifiée ainsi que nous l'avions déjà, soit à Queen's House entre 1805 et 1813 et au 21 King Street, Covent Garden entre 1814-16.

Dans le même ouvrage:
Thielche, XVIIIe siècle. Voir Thielke, H.D.
Dans le journal de Lady Charlotte Bury (1775-1861) il est fait mention d'une femme de chambre de la Reine Charlotte, fiancée à l'homme de chambre de George III ayant un fils qui peignait des miniatures. Cet artiste peut être H. D. Thielcke.

Item H)
A Dictionary Of Painters of Miniatures, 1525-1850. J.J. Foster, F.S.A., Londres, 1926.
Ici, Thielcke, H. T.
Un portrait par cet artiste de la Princesse Charlotte Augusta of Wales, daté de 1818, présenté à l'expo. de prêts de Kensington, 1865, par le Duc de Cambridge. Bref, même chose que item G.

Item I)
Catalogue of the Special Exhibition of Portrait Miniatures on Loan at the South Kensington Museum-juin 1865, Londres,1865. (Exposition organisé par Samuel Redgrave, auteur d'ouvrages mentionnant Thielcke)
En effet, le portrait de la Princesse figure sous les prêts accordés par le Duc de Cambridge:
"H.R.H. The Princess Charlotte Augusta Of Wales, born 1796, married 1816 to Prince Leopold, and died 1817. Signed and dated 1818, H. D. Thielcke".

(Bien malheureusement, le catalogue trace seulement l'inventaire de l'expo. il n'y a aucune illustration d'eouvre.)
La princesse Charlotte Augusta est en fait la fille de George IV, fils de George III, elle est donc la nièce de la Princesse Elizabeth de Hesse-Hombourg, qui a commandé les gravures auprès de H. Thielcke, gravures destinées à un recueil de poèmes dont je vous ai déjà fait mention. Vous savez, le fameux livre rare dont j'ai tiré des copies de gravures. *A ce sujet, voyez le résumé que j'ai greffé à cette correspondance, en Annexe 1.

Note: d'autres tableaux, dont le nom du peintre n'est pas mentionné sont susceptibles d'avoir été exècutés par Thielcke, mais comment le vérifier? Pour la plupart il n'y a pas de datation non plus. Il faudrait que je retrace les descendant de ce duc. Il y a des portraits de la famille de Georges III dont deux de la Princesse Elizabeth sa fille, marié à Frederich Landgrave de Hesse-Hombourg descendant de George Ier. Il n'y a aucun doute, c'est la même princesse qui a commandé les gravures puisqu'on la dit décédée en 1840, ce qui est la date que j'ai à son arbre généalogique.

Je dois vous dire que j'éprouve un peu de mal à me retrouver dans les arcanes de la monarchie de l'époque. La piste laissée par la Princesse Elizabeth d'Hesse-Hombourg semble des plus prometteuses. C'est en travers de sa vie à elle, que nous pourrions retrouver les traces de Thielcke puisqu'en tant qu'Altesse, Madame demeure le fil d'Ariane que je devrais suivre jusqu'au bout. D'autant plus qu'elle vit en Allemagne, à Hambourg (Hambourg), lors d'une de l'occupation britannique (1815-1866)?. J'avoue me perdre facilement sous ces jeux de pouvoirs monarchiques.

La Princesse Elizabeth était une femme lettrée, elle adorait les arts, et suivait une correspondance épistolaire depuis publiée. J'ai feuilleté ses lettres à la B.L. mais pas de mention dans ce que j'ai lu sur le ou les peintres qu'elle engage à la cour. Si toutefois, vers la fin de mon séjour ici, je n'ai pas plus de détails sur sa vie et ses déplacements je vais lire en entier ses lettres. Pour le moment je préfère me concentrer sur d'autres pistes.

Toujours en ce qui concerne la Princesse Elizabeth, c'est évidemment elle qui demeure à Queen's House, puisque fille de George III, elle habite la résidence royale depuis sa naissance en 1770 jusqu'à son mariage en 1818 avec Frederick de Hesse-Hombourg, date à laquelle elle quitte pour l'Allemagne, alors que Thielcke, à ce qu'on en sait, n'expose plus à Londres. Le peintre aurait-il suivit la princesse, comme vous en avez retenu la possibilité? Il faudrait décidément que je lise les trois volumes.

Comme parfois le hasard fait bien les choses, j'ai découvert un autre bâtiment royal nommé Queen's House, chose que je n'ai malheureusement pas eu le temps de vérifier avant mon départ pour Paris. En effet, alors que nous faisions les visites touristiques qui s'imposent, j'ai découvert à Greenwich, un magnifique petit château érigé, si je me souviens bien, au XVIIe pour une princesse, encore une, dont j'ai oublié le nom. C'était un lieu provisoire de résidence de la famille royale, et George III tout comme de nombreux rois, y a séjourné pendant quelques temps. Il faudra pousser plus loin, la conclusion reste à venir. Je vais consulter le guide des établissements londoniens pour vérifier le tout. J'ai déjà à mon agenda prévu une visite à Queen's House lors de mon retour. Il faut aussi que je vous dise, ce château abrite un musée de collections royales - bref très intéressant ...

Je voulais également vous faire part de mes démarches sans succès auprès de la Royal Academy. Je n'ai même pas pu franchir le seuil de la porte de la bibliothèque. On y entre sur rendez-vous seulement. J'ai eu au téléphone un gentil monsieur qui m'a dit que la R.A. ne tenait rien sur ses membres qu'ils ait été exposant ou non, ou qu'il est ou non reçu des médailles. Ils détiennent de l'information seulement sur les académiciens, et forcément puisque notre Thielcke n'est pas encore tout à fait passé à l'histoire, il n'était pas académicien. Le Palais de Buckingham demeure ma pièce de résistance, je vais entrer en contact avec eux en finale, lorsque j'aurai rassemblé le plus d'informations pertinentes possibles sur le peintre. J'ai depuis, appris qu'on ne badine pas avec les Anglais surtout pas avec les "obligés" du Palais Royal.

En conclusion, je vous remercie beaucoup du parrainage que vous porter à mes fouilles, j'ose espérer qu'elles vous éclaircissent un peu. Toujours, vos conseils sont hautement appréciés.
Souhaitez-vous attendre les résultats de mes recherches avant la publication de votre document sur Thielcke? Serait-ce utile de vous envoyer un double des photocopies d'ouvrages que j'ai tirées? Souhaitez-vous que je vérifie quelque chose pour vous à Paris?

Recevez, Monsieur Karel, mes meilleurs vœux pour un printemps des plus agréables.

Bien à vous,

Annie Fraser

Texte de Annie Fraser (1969-2001), sous la supervision du professeur David Karel (décédé en 2007).


Faculté des lettres
Département d'histoire
Programme d'hstoire de l'art
Université Laval
21 janvier 1999

PRÉSENTATION D'UNE INITIATIVE D'ÉTUDIANT DANS LE CADRE DU COURS HAR-13943
PAR ANNIE FRASER

À M. DAVID KAREL

OBJECTIF:

La démarche proposée vise essentiellement à mettre en lumière de récentes informations rassemblées sur la nature des activités du peintre Henry Daniel Thielcke en sol britannique.
Il est plus que souhaitable que ces informations compilées lors d'un séjour prolongé en Angleterre sauront fournir des éléments propres à enrichir la biographie dudit peintre. L'initiative ainsi proposée s'articule autour de diverses étapes d'élaboration depuis la compilations des données rassemblées à la rédaction d'une courte monographie sous forme d'article de revue.

Les oeuvres qui ont été localisées tantôt auprès diverses institutions de la Couronne, tantôt auprès d'instances privées pourront a fortiori être proposées à des fins d'analyse stylistique.

LES ÉTAPES DE DÉVELOPPEMENT DU PROJET:

I - REPÈRES CHRONOLOGIQUES:

Elaboration d'un dossier synthétique en ce qui a trait aux données les plus récentes compilées sur la vie et l'oeuvre dudit peintre. L'ensemble des repères chronologiques permettra d'établir une vue d'ensemble des activités de l'artiste en sol britannique (registres, catalogues d'expositions, inventaires).

II - COMPARAISON DES DONNÉES BIOGRAPHIQUES

Comparaison des données essentielles concernant la formation de l'artiste et ses activités professionnelles avec les données préexistantes à l'aide de documents pertinents. Elargissement du champ de connaissances quant à l'intervention de l'artiste auprès de divers individus et sociétés (mécénat, commandes, etc.). Cette étape vise à apporter de nouvelles hypothèses qui viendront s'insérer dans le prolongement des questionnements relatifs à l'identité même de l'artiste.

III - INVENTAIRE DES OEUVRES

Identification des oeuvres localisées en territoire britannique. Élaboration d'une liste exhaustive des oeuvres présentes (numéros d'inventaire) dans la Collection Royale de Sa Majesté La Reine Elizabeth II. Vérification de la localisation des oeuvres figurant aux registres et catalogues des diverses instances possédantes, ce par le biais de correspondance. Dans le cas propre à certaines oeuvres identifiées, il sera possible de commander une épreuve photographique.

IV - REFONTE BIOGRAPHIQUE

Refonte de la biographie de l'artiste à la lumière des récentes découvertes et des sources extérieures qui se sont penchées sur un des aspects de la carrière dudit peintre depuis les dernières années.

V - RÉDACTION D'UN ARTICLE

La conclusion du projet pourrait correspondre avec la proposition d'un article auprès de revues spécialisées dans le but de faire connaître le parcours professionnnel de l'artiste favorisant le renouvellement d'une dynamique d'échange autour du sujet visé par cette initiative.

Ce texte est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon