Théâtre : Une déclaration d'amour au Québec

Catégories:
Sophie Hartung spectacle Sophie au pays des tuques à la Place des arts de Montréal

Sophie Hartung, humoriste française installée au Québec depuis 13 ans, présente son spectacle « Sophie au pays des Tuques ! » à la Place des Arts de Montréal ce dimanche 22 février. Une pièce de théâtre comique en alexandrins.

Drôle, vrai, émouvant, avec un soupçon de clichés et beaucoup d'amour, le spectacle de Sophie Hartung, Sophie au pays des Tuques, est une véritable déclaration d'amour d'une française à sa contrée d'adoption, le Québec. Durant tout son spectacle, Sophie, endosse le costume de la française bourgeoise, fraîchement arrivée au Québec et qui rêve de tout visiter en... une semaine. Elle y fait aussi intervenir plusieurs personnages, comme une amie française qui vient la visiter, raconte la légende d'une nymphe, une escapade à la pêche à la mouche dans le nord du Québec... Le tout en alexandrins et avec la participation d'un pianiste québécois, Sylvain Bertrand, qui lui donne la réplique et qui l'accompagne dans ses envolées lyriques.
Les thèmes qu'elle aborde avec humour et sans aucun complexe, sont multiples : les nymphomanes absurdes, la caricature de la femme québécoise castratrice, la mode des régimes sans gluten et « curcumanisant », la nourriture gastronomique française mais riche en « beurre » et les expressions typiquement québécoise qu'elle affectionne tout particulièrement. « Car même si je suis critique, je suis surtout très amoureuse du Québec. Je me moque avec beaucoup d'amour. Je suis amoureuse de la langue française et la parlure québécoise est tirée du vieux français », confie l'amoureuse de la vie.

Des planches françaises aux planches québécoies.

Après huit ans sans monter sur les planches, Sophie Hartung a décidé de remettre ça ! Car Sophie Hartung est une comédienne dans l'âme. Elle est de ceux qui ont une passion, une vocation qui la transporte et qui lui donne l'impression d'être vivante. « Je veux être comédienne depuis l'âge de 4 ans ». Alors elle entreprend une formation de comédienne classique en France. Avec deux compagnies de théâtre, elle joue à Paris et en province française : Shakespeare, Goldoni, Marivaux, Molière ou encore Cocteau. Elle co-fonde même une compagnie de théâtre en appartement à Paris : Bafduska. En 1995, elle obtient le prix de Cyrano de la meilleure comédienne au Festival de l'ISG, organisé au Théâtre Déjazet à Paris. En 1998, elle se tourne vers l'humour en solo et crée son premier spectacle "Hartung Sophie débarque !" au célèbre Point-Virgule à Paris qui sera suivi en 2000 de Sophie "Hartung.net !" C'est l'envolée ! Elle participe ensuite à de nombreux festivals d'humour à Paris et en province. Durant toutes ces années, Sophie avait un ami qui vivait à Montréal. A plusieurs reprises, elle vient y passer des vacances. Coup de foudre ! Sophie quitte Paris il y a 13 ans pour s'installer à Montréal. Six ans après son installation, Sophie Hartung assiste à une soirée d'anniversaire où le jeu est de décrire le cadeau sans le citer. Une espèce de tabou. La comédienne, « sans savoir pourquoi », se met à décrire les objets en alexandrins avec une finesse qui la connaît. Avec son originalité, Sophie se fait remarquer par une réalisatrice de la radio Radio Canada, présente lors de cette soirée. S'en suit alors plusieurs collaborations. Le spectacle "Sophie au pays des tuques" rassemble plusieurs de ces petites histoires écrites ces années là. Cette administratrice dans une société de gymnastique sur table ne se sent pas complète sans la scène. « C'est mon vrai métier comédienne. Je ne vais pas écraser mes rêves ». Alors elle décide de monter la pièce en septembre 2013. Elle met les bouchées doubles et vend son spectacle à Varennes. Et cette « verbomotrice à l'os », comme elle se définit, investit le théâtre de la Place des Arts où elle fait un carton plein chaque soir de spectacle. Son spectacle « n'est pas du stand-up, ni du théâtre classique, ni une comédie musicale, c'est inclassable », estime une spectatrice. Ce qui fait d'elle cette unicité, ce sont ces inspirations diverses : côté français, Sophie est une admiratrice des comédiennes françaises, Muriel Robin et Jacqueline Maillant. Chez les hommes, son « idole » c'est Raymond Devos, « en terme de langue » et Pierre Desproges en terme d'humour. Côté québécois, elle admire Sol, Lise Dion « pour sa générosité sur scène, elle est succulente ». Tout comme Sophie, qui donne tellement avec humour et amour.

Info pratique: Prochaines représentations, demain dimanche 22 février à 16h et les dimanches 8 et 22 mars à 16h à la Salle Claude-Leveillée à la Place des Arts de Montréal.
27$ l'entrée. réservation: 514-842-2112

Mélanie Pinto

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon