Coup de cœur pur et simple pour le roman «La tendresse attendra» de Matthieu Simard

Début de l'événement: 

08 octobre 2011 - 00:00
Catégories:

« La tendresse attendra », de l’auteur Matthieu Simard, est le genre de roman que vous débutez en sachant instantanément qu’il va vous rentrer dans le cœur, qu’il va bercer les allers-retours de vos pupilles jusqu’à très tard le soir, parce que c’est impossible de l’arrêter, parce que vous vous y retrouver et parce que vous avez l’impression d’appartenir à ce que vous lisez, comme si son auteur était venu vous observer et qu’il était reparti avec une partie de votre humanité pour la coucher sur papier.

Il n’y a pas une seule seconde, pas une seule phrase et pas un seul paragraphe que je n’ai pas adoré dans ce roman de peine d’amour, d’écriture et de plomberie. Matthieu Simard nous invite à suivre le destin d’un écrivain qui n’en peut plus de sa réalité d’auteur et qui veut devenir plombier pour faire plaisir à sa blonde, son ex-blonde, celle qu’il n’arrive pas à oublier, celle pour qui il aimerait bien changer. Un jour, il décide d’aller cogner à la porte d’une entreprise de plomberie pour trouver du boulot, pour qu’un jour elle y croit, pour qu’un jour elle le voit, lui, son ex-auteur de chum qui vient de trouver un vrai de vrai travail en face de chez elle.

Avec son nouveau roman, Matthieu Simard trouve le moyen de nous intéresser au destin de son ex-écrivain-futur-plombier en y allant d’un regard caustique, libérateur et très, très drôle sur le métier d’auteur, tout en y allant de pointes ici et là sur une peine d’amour aux accents très masculins. Sarcasmes et ironie à la pelletée, talent indubitable pour raconter les petits détails des grandes déchirures, capacité de se servir de la description de l’environnement pour faire avancer une histoire sans l’alourdir, humour personnel qui fonctionne à chaque détour et cette merveilleuse habilité qu’il a de nous lancer un revirement en pleine figure au milieu ET à la fin de son histoire.

Il y a tant à dire au sujet de ce roman d’à peine 200 pages. L’écriture de Matthieu Simard est d’une maturité et d’une fluidité incomparables, son roman se lit d’une traite, il émeut, il surprend, il fait rire très souvent, il fait réfléchir une fois de temps en temps et il nous donne envie de courir à la librairie acheter ses autres romans.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon