La Bohème à la Salle Pollack, un opéra comme on en veut tant!

Début de l'événement: 

29 janvier 2011 - 16:35
Catégories:

Changement de l’habituel décor de la salle Wilfrid Pelletier pour se rendre en direction de la salle Pollack et apprécier l’un des opéras les plus joués au monde : La Bohème de Puccini. Une distribution d’étudiants aux charmes incontestables, un public subjugué par une mise en scène à la fois simple et efficace, un prix défiant toute concurrence… Que rêver de plus?

Patrick Hansen, directeur des études d'opéra et metteur en scène, accompagné de l'Orchestre symphonique de McGill et des Schulich School Singers, a vraiment su réjouir le public présent hier pour la deuxième représentation de la Bohème à la salle Pollack de McGill.
Au cours de cet opéra en quatre actes, l’audience a pu apprécier La Bohème telle qu’écrite par Puccini en 1896. Bien sûr, la conformation de la salle ne permettant pas des modifications de taille, les décors de Vincent Lefèvre se sont transformés en un espace pivotant qui peut accueillir une centaine de personnes!

En ce qui concerne la distribution, on peut compter sur les quatre voix principales composées par Jonathan Christopher (Marcello), Jaime Sandoval (Rodolfo), Tracy Cantin (Mimi) et Mariana Ramos (Musetta), accompagnés par d’autres voix mineures telles que Peter Walker (Colline), David Tinervia (Schaunard) et Lawrence Shirkie (Benoît).

Tracy Cantin domine incontestablement tout au long des quatre actes. Sa voix de soprano, puissante, articulée et modulée à volonté, surpasse dans bien des domaines celle des autres acteurs présents sur scène. Malgré un démarrage rythmé de quelques erreurs mineures, l’artiste progresse constamment. Quel travail, quelle maitrise à la fois gestuelle et vocale! À voir!

De son côté, Jonathan Christopher illustre l’esprit de bohème du groupe. Ce baryton touche les cordes sensibles du public avec une interprétation mêlant sensibilité et rires. Il en va de même pour Mariana Ramos, l’amour de sa vie. Cette dernière utilise ses charmes et sa voix de soprano pour mettre en valeur une Musetta aguicheuse au grand cœur.

Par contre, la prestation de Rodolfo laisse un goût amer à cette pièce. Ses premières notes laissent présager un passage de qualité. Malheureusement, cette voix de ténor se détériore au fil du temps, pour culminer au dernier acte. Fausses notes ou sensation de vide vocal, c’est bien dommage!

Preuve du succès que remporte cette création, la salle Pollack affiche complet samedi soir. S’il reste des places pour dimanche 14 h 30, courrez!

Marcello : Philippe Sly* / Jonathan Christopher
Rodolfo : Elias Berberian* / Jaime Sandoval
Colline : Gordon Bintner* / Peter Walker
Schaunard Cairan : Ryan* / David Tinervia
Benoit : Lukus Uhlman* / Lawrence Shirkie
Mimi : Véronique Coutu* / Tracy Cantin
Musetta : Hiather Darnel-Kadonaga* / Mariana Ramos
Choeur les membres du Choeur Schulich
Choeur des enfants les membres du Conservatoire de musique de McGill

Plus de renseignements sur : www.mcgill.ca/music/fr/%C3%A9v%C3%A9nements

Précision : Pour ceux qui ne connaissent pas la salle Pollack, celle-ci n’a rien à voir avec la salle Wilfrid Pelletier. Ce lieu possède un charme (600 sièges) et une acoustique qui à mon avis surpassent de loin la Place des Arts.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon