Nikon Film Festival : soutenons la production montréalaise

Catégories

Image

Nikon Film Festival : soutenons la production montréalaise

À l’occasion de la 5e édition du Nikon Film Festival, le festival de courts métrages a dépassé toutes ses espérances. Lancé le 1er septembre dernier, plus de 1000 films étaient en lice. Professionnels comme étudiants, tous caressent l’espoir d’être récompensés pour leurs prouesses cinématographiques. Concours oblige, il y a eu des déçus et il ne reste plus que 50 productions sélectionnées pour décrocher l’un des 5 prix en compétition.

Des 140 caractères que Twitter impose pour exprimer une idée, les participants avaient cette année 140 secondes pour répondre au thème « Je suis un Choix ». Présidé par Michel Hazanavicius, le jury rendra ses délibérations finales courant février en se basant sur le respect du thème, la qualité technique et esthétique, le scénario et la mise en scène.

Concernant le Prix du Public, tous les courts-métrages peuvent encore être visionnés sur le site du festival. Les internautes ont jusqu’au 11 février pour soutenir leur favori. Outre un concours, le festival se veut une plateforme de partage, une vitrine culturelle et virtuelle pour encourager et promouvoir la production des jeunes talents et cinéastes amateurs. Et du talent, il n’en a pas manqué cette année. Sans hésitation, notre choix s’est arrêté sur une des seules productions québécoises: JE SUIS UNIFORME, réalisée par Angèle De Lorme, Leopold Bélanger et Alexandre Bertrand.

En dernière année de Communication à Concordia, les trois copains décident de marquer la fin de leur études avec cette capsule vidéo. Grâce à leur association universitaire -ASFA- , ils obtiennent les fonds nécessaires pour concrétiser leur beau projet. Leur scénario prend racine autour du Restaurant Orange Julep et la volonté de rendre hommage à la ville qu’ils chérissent: Montréal. Ils voulaient tirer avantage de ses couleurs, de la diversité de son architecture, jouer autour des formes et des lumières.

De là est né Émile, un personnage aussi loufoque qu’attachant, qui évolue dans son univers où le rond règne en maître. La rigueur, il choisit de l’ignorer en se forgeant son petit monde à lui, un monde où il est maître de ses choix, maître d’arrondir les angles lorsque ça lui chante.

4 jours de tournage, quelques nuits blanches de montage plus tard et ils nous offrent un clip groovy, coloré. Formidablement bien orchestré, le tout rappelle l’esthétique de Wes Andersen, qui donne au court métrage de 2 minutes 20 son charme feutré, vivant, attachant.

À peine 24 ans, les trois réalisateurs amateurs ont de quoi faire pâlir leur concurrence. Sur les 1091 films en compétition cette année, ils réussissent à se placer en moins d’un mois, dans les 50 films les plus soutenus pour le Prix du public.

Vous pouvez d’ailleurs voter jusqu’au 11 février 2015 pour soutenir ce film sur le site du Festival Nikon

www.festivalnikon.fr
www.asfa.ca

Amélie Guénard Helgoualc'h