Nicolas Patterson et Lost in the atmosphere : du talent à revendre

Catégories

Image

Après avoir senti le froid m’envelopper de la tête aux pieds, j’étais une fois de plus, soulagée à l’idée d’entrer au Divan Orange où les fenêtres, toujours embuées comme à leur habitude, nous promettaient une soirée chaleureuse. Cette supposition me fût confirmée par le foyer projeté à l’écran à l’entrée du bar. Contrairement aux soirées se déroulant durant la fin de semaine, il n’y avait pas une foule à n’en plus finir nous empêchant de nous frayer un chemin à notre aise. Il ne faut pas oublier de ne jamais juger une soirée par sa première impression, voici donc la suite.

En effet, lorsque Nicolas Patterson, qui performait en ce mercredi soir, monta sur scène, tous étaient au rendez-vous et le bar semblait s’être soudainement rempli comme par magie. Armé de sa guitare et de sa tuque grise, il fût tout de suite à l’aise même s’il n’a cessé de répéter à maintes reprises qu’il était du genre gêné. Je crois plus que c’était un coup de promo, car qui n’est pas plus porté à être respectueux envers un artiste gêné? S’il était timide, il l’a bien caché en parlant entre ses chansons plus qu’il ne jouait.

Le matériel qu’il nous a livré avait été testé en Europe avant de se rendre à nos oreilles montréalaises. En effet, Nicolas a fait durant 3 mois une tournée là-bas afin de se faire connaître. Hier soir, il en était donc à sa deuxième « date » avec Montréal. On peut dire que ça semble avoir cliqué des deux côtés. Il y aura sans aucun doute une troisième « date » qui s’ensuivra. Le public était réceptif et communicatif. Nicolas Patterson se démarque par la sensibilité de ses chansons, lui qui était jadis sous une influence plus punk, il va sans dire que ce nouveau style lui va à merveille. Je dois aussi mentionner que sa reprise de Wrecking ball de Miley Cirus fût un franc succès. J’ai même trouvé la chanson poétique, faut le faire!

Le groupe qui monta sur scène tout de suite après fut Lost in the atmosphere. Un groupe folk montréalais que j’avais découvert sur le site internet bandcamp. Les chansons de leur ep m’avaient plue, car je les trouvais entraînantes. Il y a de ces groupes que vous vous devez voir en spectacle, afin de jouir pleinement de cette expérience enrichissante. Lost in the atmosphere est l’un de ceux-ci. En fait, les voir sur scène devient une expérience à vivre dès que vous décidez de vous laissez aller un temps soit peu.

Mettez une foule participative et réceptive dans la même salle que ces 4 musiciens multi-instrumentalistes et vous obtiendrez une recette gagnante à coup sûr. Il est d’ailleurs à noter que chaque membre du groupe joue plus d’un instrument. Par exemple, Alexandre Gariépy joue de la basse et de la contrebasse tout comme Louis Aublet de la mandoline, de la guitare et du xylophone, sans oublier Nicholas Rivet qui s’occupe des percussions et manie la guitare acoustique et électrique entre deux rythmes.

On peut lire sur leur site internet qu’ils aiment des groupes tels que le groupe émergent québécois Alaric’s House, ainsi que Mumford and sons. On sent l’influence de ces derniers au sein de leur vivacité, de leur dynamisme et aussi de chacune de leur harmonie vocale. Ils ont la même fougue et le même regard passionné que ceux-ci.

C’est après une chanson livrée en rappel, la dernière du répertoire de Lost in the atmosphere, que j’ai quitté le Divan Orange, le corps encore en train de danser et le sourire aux lèvres. C’est lors de soirées comme celles-ci que je prends encore plus conscience du talent diversifié et riche que nous détenons au Québec en matière de musique émergente.

Je vous conseille de visiter leurs pages facebook et le bandcamp de
Lost in the atmosphere : http://lostintheatmosphere.bandcamp.com/
https://www.youtube.com/watch?v=whgNXsQpG7M&app=desktop
Vous pouvez également visionner le vidéo de Nicolas Patterson ci-haut.